Bienvenue au 72e

« Philo sans fumée »

de mai 2006

Bonjour à tous!

-----------------------------------------------

1.     NOUVELLES DE PHILO5 Ê :

*     Textes originaux de tous les philosophes naturalistes Ê

2.     SUJET DU MOIS Ê : DIEU ET LA MÉMÉTIQUE ?

3.     PHILOSOPHE DU MOIS Ê : LOCKE

4.     LES QUESTIONS PHILOSOPHIQUES Ê : QUESTIONS TYPIQUES : « EXISTE-T-IL? »

5.     QUELQUES LIVRES REMARQUABLES Ê : PASCAL JOUXTEL et NATHALIE SINELNIKOFF

6.     MAGAZINE Ê : LE POINT Hors-série : « Psychanalyse » et SCIENCE & VIE : « Science et conscience »

7.     RIRE ET S'ATTENDRIR Ê : CALVIN et HOBBES : « Ignorance bénie! » et « Devoir de Math... »

8.     PENSÉES DU MOIS Ê : Jacques Monod, Bertrand Russel et Keith Bellows

9.     POUR LES NOUVEAUX PARTICIPANTS... Ê : Écrivez nous pour participer...

-----------------------------------------------

1 – N O U V E L L E S   D E P H I L O 5

Textes originaux des philosophes

* Je vous offre ce mois-ci les textes fondateurs de la pensée philosopĥique naturaliste occidentale. Le XIXe siècle a produit trois philosophes incontournables : Lamarck, Darwin et Haeckel, et le XXe siècle deux autres : Riedl et Gould.

Lamarck pense que la mutation des êtres vivants s'effectue graduellement & par une adaptation continue de l'être vivant à son milieu qui, à force d'y être soumis, la transmet à ses descendants, un peu comme le père transmet le métier qu'il a perfectionné toute sa vie à son fils. Le lamarckisme est un évolutionnisme par transformisme.

Darwin aime bien cette idée de mutation mais son voyage autour de la planète lui a fait observer un tout autre phénomène. La mutation produit des espèces qui seront sélectionnés pour la survie selon qu'ils s'adapteront ou non au milieu qui les a fait naître. C'est par attrition que les espèces disparaissent, et par adaptation qu'elles prospèrent. La mutation et la sélection naturelle causent l'évolution biologique dont l'homme fait partie &.

Heackel quant à lui, nous donne un arbre généalogique et quatre arguments scientifiques qui cherchent à démontrer que le dogme de l'immortalité de l'âme est une chimère. Ses observations anatomiques démontrent que chaque partie du cerveau s'occupe d'une fonction spécifique qui se trouve entravée si elle est endommagée. Il observe aussi que le développement de l'embryon humain passe par toutes les étapes de l'évolution des espèces et que notre cerveau est doté de tous les organes présents également dans celui de tout anthropoïdes. Sa conception naturelle, moniste, de l'âme humaine est ce que l'on appelle le monisme causatif &.

Riedl fait une synthèse extrêmement séduisante puisqu'il arrive à concilier hasard, nécessité et harmonie post-établie. Il récuse donc une détermination totale en mettant en évidence un processus évolutif. Autrement dit, l'évolution se fait par un jeu complexe d'actions-réactions dans un système où chaque élément dépend de la configuration de tous les autres. Cette interdépendance laisse place à une certaine forme de ‘liberté' par le dynamisme du processus, tout en tenant compte de la causalité qui détermine en partie l'évolution des espèces. Ses théories du système et du jeu & démontrent que nous sommes pris dans un système à effets rétroactifs et que la genèse de la vie ne peut être ni aussi simpliste que dans la Bible ni aussi linéaire que chez les naturalistes du XIXe siècle.

Gould apporte la note finale qui tient compte des récentes découvertes de la génétique qui ont attrait aux mutations spontanées de nos gènes. En se reproduisant, nos gènes ne font pas des copies parfaites d'eux-mêmes, et avec le temps, le hasard peut tout créer &. Même si son apport ne semble pas très original, il a le mérite d'avoir expliqué le fait que l'évolution procède par sauts et non pas graduellement. Le saltationnisme de Gould s'oppose au gradualisme de Lamarck qui est encore trop souvent confondu à tort avec l'évolutionnisme de Darwin.

 

-------------------------------------------------

2 S U J E T   D U   M O I S   :

DIEU ET LA MÉMÉTIQUE

Comme l'humain se construit des édifices volants (Airbus A380) pour se véhiculer dans l'espace, le gène se construit des organismes vivants pour se véhiculer dans le temps. Ainsi se perpétue-t-il ; il devient en quelque sorte éternel, un peu à la manière Schopenhauer qui nous expliquait que la vie et la mort n'est qu'une vibration de l'espèce...

Le mème – réplicateur [1] culturel d'un langage codé – est à l'esprit ce que le corps est au gène. Ainsi, l'esprit est éternel – ou cherche à le devenir – en se construisant une culture véhiculée par des corps vivants. Une sélection culturelle s'opère pour décider des mèmeplexes [2] qui survivront ou non, à la manière dont la sélection naturelle de Darwin s'opère pour décider de l'évolution des espèces.

Darwin nous démontrait que l'on peut se passer de Dieu pour expliquer la création ; c'est maintenant Dawkins qui nous dit que l'on peut se passer de l'Esprit Saint pour illuminer notre pensée.. (lire la suite...)

-------------------------------------------------

3 L E   P H I L O S O P H E   D U   M O I S   :

Locke

Dans la même perspective que Hobbes le mois dernier, Locke est un philosophe empiriste essentiel. Il a les pieds bien enracinés dans le gros bon sens. Pour lui, nous ne connaissons que ce que nos sens nous font connaître &. La réalité nous démontre que seul des individus concrets existent même si notre esprit produit des idées abstraites. Il distingue qualité et idée. L'idée est une abstraction de notre esprit alors que la qualité est une caractéristique propre aux objets. Et dans les qualités, il en distingue deux types. Les qualités premières qui sont vraies puisqu'elles sont intégrées à la matière (solidité, taille, vitesse) et les qualités secondes qui dépendent de notre appareillage sensitif (couleurs, odeurs sons). Les premières peuvent être perçues par plusieurs sens à la fois alors que les secondes ne sont perçues que par un seul sens, ce qui les rend moins fiables. Seules existent réellement les choses dont on peut en faire l'expérience. La substance n'existe pas. Tout ce qui existe, à l'exception de Dieu, est soumis au changement. Il nous est impossible de connaître les choses telles qu'elles sont indépendamment de nous. L'âme existe mais nous ne pouvons la connaître puisque nous n'en avons aucune expérience sensible.

 

-------------------------------------------------

4 – L E S   Q U E S T I O N S   P H I L O S O P H I Q U E S

Il y a des questions qui sont philosophiques, d'autres qui ne le sont pas. Si je vous demande : « Y a-t-il du lait dans le frigo? », on a affaire à une question factuelle. De même, si je vous demande combien d'objets sont sur la table la réponse est technique : il s'agit de les compter pour trouver la réponse. Mais si vous me demandez « est-ce que le chat sur la table est un objet? », la question risque de prendre une tournure philosophique.

 

Grosso modo, on peut dénombrer 8 types de questions philosophiques. Dans les prochains mois, on va examiner chaque type et essayer d'en faire le tour à partir d'un concept clé en philosophie : Dieu (Ça aurait pu être n'importe quel autre concept, mais celui de Dieu est si universel qu'il me semble se prêter à merveille à cet exercice. J'espère que vous n'avez jamais été agressé religieusement ou que, si c'est le cas, vous avez eu l'occasion d'en guérir.).

 

Les types de questions sur Dieu

La première, la plus évidente c'est : Dieu existe-t-il?

 

Qu'en pensez-vous? À partir du point de vue de votre philosophe préféré, essayez de m'expliquer votre point de vue... J'attends votre texte.

 

 -------------------------------------------------

5 – Q U E L Q U E S L I V R E S   R E M A R Q U A B L E S

 

Comment les systèmes pondent : Une introduction à la mémétique, Pascal Jouxtel

Éditions Le Pommier © 2005

À mon sens, ce livre a toutes les qualités d'un livre idéal : il est écrit par un être humain qui parle à d'autres êtres humains et, même si l'auteur fait référence à une foule de connaissances philosophiques variées, il ne nous laisse jamais en arrière et gagne le pari de nous faire sentir plus intelligents après avoir fini de le lire. C'est comme si j'avais eu un ami qui m'avait tenu compagnie dans un fantastique voyage où l'univers entier de la pensée a été redessiné pour remettre à leur place et intégrer toutes nos connaissances actuelles. En effet, chaque époque apporte son nouveau lot de jouets technologiques qui transforment notre rapport au monde et nous oblige à ouvrir de nouvelles voies philosophiques pour se remettre en phase avec nous-mêmes. À la fin, on maîtrisera un glossaire contenant 23 nouveaux concepts nécessaires à voyager à l'aise dans le monde du MÈME. Attachez vos ceintures, ça va bousculer votre façon de voir le monde!

 

Dictionnaire critique des psychothérapies, Nathalie Sinelnikoff

ESF © 2006

Le titre ne rend malheureusement pas justice à ce considérable petit ouvrage à moins que l'on entende le mot critique au sens que Kant lui donne. Il s'agit bel et bien d'un dictionnaire qui présente brièvement, mais très clairement chaque discipline psychothérapeutique, les grands noms et les pathologies. Ce livre de 300 pages est doté de pas moins de quatre index : 1. Concepts, 2. Nom propres, 3. Techniques et 4. Usagers, patients, pathologies et symptômes. L'auteure exerce sa profession de psychologue depuis 20 ans et elle enseigne à des professionnels de la santé et de l'éducation l'exercice des thérapies familiales. Elle tient le pari de développer simultanément une approche pragmatique, critique et théorique des psychothérapies avec l'exploitation rigoureuse de leurs démarches. Au fil des pages, avec les retours et les recoupements, le lecteur peut s'approprier progressivement ce territoire trop longtemps réservé aux seuls initiés.

 

-------------------------------------------------

6 – M A G A Z I N E

 

Freud, Ferenczi, Klein, Lacan...Les textes fondamentaux de la psychanalyse, Le Point – Hors-série No. 7 mars-avril 2006

De Freud à Lacan, la psychanalyse est présentée à travers une suite de textes originaux fondateurs de cette pensée philosophique qui gravite autour du concept de l'inconscient et de ce qu'il nous fait faire sans qu'on le sache. Mais depuis 100 ans que l'on étudie l'inconscient, se peut-il que nous en soyons devenu conscient? Étudier ce qui, par définition, se doit de rester inconnu... : J'aime bien ce paradoxe duquel j'ai essayé de me dégager en démontrant que l'inconscient, ça n'existe pas.

 

 

La science aux portes de la conscience, Science & Vie – No. 1062 mars 2006

Encore un titre de Science & Vie qui m'a fait rigoler. Lu rapidement, ça fait « Science de la conscience ». Qu'arrivera-t-il le jour où je pourrai regarder – au moyen d'un appareil médical sophistiqué – la cellule qui se regarde regarder la cellule qui regarde...? Un microphone placé devant un haut-parleur produit un effet bien connu en audio : l'oscillation boucle et produit un sifflement insupportable. Comment doit-on appeler cet effet Larsen pour la pensée? Serait-ce la mystérieuse folie qui nous fait si peur? Comment bloquer cette boucle monstrueuse autrement que par le rire...? (Lire la suite...)

 

-------------------------------------------------

7 – R I R E   E T   S ' A T T E N D R I R

À La nuit de la Philo, un kiosque m'a fait découvrir Calvin et Hobbes pour qui j'ai développé très vite une agréable tendresse. En voici deux bandes :

IGNORANCE BÉNIE ! et DEVOIR DE MATH OU MYSTÈRE SAVOUREUX.

 

-------------------------------------------------

8 – P E N S É E S   D U   M O I S

ê N W

L'homme sait enfin qu'il est seul dans l'immensité indifférente de l'univers d'où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n'est écrit nulle part. À lui de choisir entre le royaume et les ténèbres.

Jacques Monod (Citation No. 316)

Φ Φ Φ

Chaque grande idée commence par un blasphème.

Bertrand Russel (Citation No. 317)

& & &

C'est fantastique d'être avec quelqu'un qui voit les choses différemment.

Keith Bellows (Citation No. 311)

 

-------------------------------------------------

9 P O U R   L E S   N O U V E A U X   P A R T I C I P A N T S

 « Philo sans fumée » est le bulletin mensuel de Philo5.com mais c'est aussi une rencontre mensuelle organisée le premier vendredi de chaque mois. Vous êtes cordialement invité à y participer. Pour être invité, écrivez-nous.

Si vous n'habitez pas Montréal et que nos rencontres vous intéressent, vous pouvez encore nous écrire vos réflexions. Elles seront communiquées au groupe et viendront enrichir notre échange. Qu'elle soit épistolaire ou en personne, nous vous remercions de votre présence.

 

François Brooks

 

 www.philo5.com

A quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?



[1] Pascal Jouxtel, dans Comment les système pondent, (Le Pommier © 2006, p. 318) utilise le terme réplicateur qu'il définit comme suit : « Système de codage d'information porté par un support capable d'interagir avec son environnement pour produire de nouveaux exemplaires d'un code semblable, doués de la même propriété. L'ADN, grâce au système d'administration biochimique qui l'environne, est un réplicateur. Les cristaux d'argile sont des réplicateurs minéraux. Les virus informatiques ont des propriétés de réplicateurs. Les mèmes sont définis comme des réplicateurs culturels. » On pourrait aussi dire « réplicant », emprunté au cinéma états-unien (Blade Runner (1982) ou Replicant (2001)), synonyme de clone à croissance accéléré.

[2] Mèmeplexe : groupe de mèmes qui travaillent ensemble ou « complexe co-adapté de mèmes ».