Bienvenue au 77e

« Philo sans fumée »

d'octobre 2006

Bonjour à tous!

-----------------------------------------------

1.     NOUVELLES DE PHILO5

*     Textes originaux de Husserl

*     Trois nouveaux philosophes s'ajoutent : Épictète, Bacon et Gödel

*     Les philosophes en un ou deux mots de A à Z

2.     SUJETS DU MOIS  : 1. SAVOIR VIVRE ENSEMBLE et 2. RÉOUVRIR 9/11

3.     PHILOSOPHE DU MOIS  : LA METTRIE

4.     LES QUESTIONS PHILOSOPHIQUES  : QUESTIONS TYPIQUES : « À quelle condition...? »

5.     QUELQUES LIVRES REMARQUABLES  : ... sur le Savoir-Vivre proposés au Ministre de l'Éducation

6.     MAGAZINE  : PHILOSOPHIE MAGAZINE

7.     RIRE ET S'ATTENDRIR  :

8.     PENSÉE DU MOIS  :

9.     POUR LES NOUVEAUX PARTICIPANTS...  : Écrivez nous pour participer...

-----------------------------------------------

1 – N O U V E L L E S   D E   P H I L O 5

Textes originaux des philosophes

* Je vous offre ce mois-ci les textes fondateurs essentiels de la pensée philosopĥique de Edmund Husserl : Phénomène . Je le considère comme l'un des plus difficile à comprendre parce que, pour y arriver, on doit d'abord passer par la maîtrise d'une suite de notions amenées par de nombreux philosophes avant lui et dont il est le génial aboutissement. Husserl introduit la phénoménologie, méthode philosophique qui cherche à comprendre le monde indépendamment de tout savoir constitué. Comme on ne peut pas connaître avant de connaître, nous risquons alors de nous perdre dans le paradoxe de l'œuf et de la poule. Pour ne pas sombrer dans ce paradoxe, prenons donc la maxime suivante comme point de repère fondamental : La conscience est toujours la conscience de quelque chose. Elle ne peut en aucun cas être considérée seule puisque sans aucun rapport, la conscience n'existe pas. Husserl établit qu'un phénomène est ce que fait apparaître la conscience, c'est-à-dire, c'est se qui se produit lorsque le couple conscience-monde sont réunis sans tenir compte d'aucun savoir constitué. Exemple : Un bébé ouvre les yeux et voit un hochet (un phénomène lui apparaît) ; sa conscience vient de créer dans son monde une énigme qu'il aura à élucider.

Trois nouveaux philosophes s'ajoutent : Épictète, Bacon et Gödel

* Épictète est un philosophe du stoïcisme tardif (ou impérial). Il n'a rien écrit mais Flavius Arrien, un élèves attentif, a pris des notes, de telle sorte que nous connaissons assez biens ses enseignements. Il enseigne une forme de savoir-vivre qui, au-delà des relations harmonieuses avec les autres, donne la clef d'une relation harmonieuse avec soi-même. Et c'est peut-être en cela que la philosophie se distingue de l'étiquette. Son principal enseignement nous apprend à distinguer, parmi les choses qui existent, celles qui dépendent de nous et celle qui ne dépendent pas de nous.

* Francis Bacon est un peu le Descartes des anglais. Au 17e siècle, il a introduit la méthode expérimentale dont on se sert toujours aujourd'hui en sciences : 1. Observation, 2. Hypothèse, 3. Vérification expérimentale. Bacon nous invite à nous libérer des idoles (préjugés) et nous indique les moyens à prendre pour maîtriser la nature. Sa méthode est l'induction : opération mentale qui consiste à remonter des faits à l'établissement d'un loi les régissant.

* Kurt Gödel était un grand ami d'Einstein. Logicien et mathématicien, il nous a donné le Théorème d'incomplétude qui affirme que tout système formel, aussi élaboré soit-il est toujours incomplet. Regardé sous un angle strictement mathématique, ceci semble plutôt obscur. Mais cet énoncé, d'un point de vue philosophique est tout à fait révolutionnaire, même s'il plonge ses racines très loin. À une époque où on croyait que les sciences étaient en voie de tout expliquer, Gödel démontre que toute démonstration est incomplète par elle-même et qu'il faut nécessairement référer à au moins un élément extérieur pour la prouver. Du coup, ceci justifie scientifiquement le Dieu nécessaire de Descartes et le célèbre énoncé de l'oracle de Delphes pour Socrate, à savoir qu'il était le plus savant parce qu'il savait qu'il était ignorant.

Les philosophes en un ou deux mots de A à Z

* La section « Les philosophes » de Philo5 a été réorganisée pour y ajouter un nouvel index alphabétique, visuel et conceptuel. Sur une seule page, chaque philosophe a son portrait et est résumé en un seul mot. Ce mot est ensuite contextualisé par une courte expression. Des liens  mènent aux textes fondateurs et, graduellement, vont s'ajouter des extraits audio  de leurs œuvres. Cette page vous sera très utile, surtout si vous êtes nouveau à la philosophie. Je vous recommande de l'imprimer en livret (25 pages = 7 feuilles en livret).qui pourra vous accompagner dans vos cours de philosophie. C'est une référence pratique qui vous aidera à connaître cette assemblée de penseurs illustres avec qui vous avez tout avantage à faire connaissance. Quand vous aurez mémorisé chacun des 125 philosophes qu'elle contient, vous pourrez vous targuer d'avoir des relations très flatteuses.

 

-------------------------------------------------

2 S U J E T S   D U   M O I S   :

SAVOIR VIVRE ENSEMBLE

On entend souvent dire que la politesse est un art qui se perd de nos jours parce qu'il ne s'enseigne plus. Mais de toute époque on a affirmé la même chose. Toute l'histoire du monde oppose les barbares aux civilisés. Il fut cependant une époque où le savoir-vivre était la toute première préoccupation sociale. La vie de tous les jours ne se pensait pas en terme de performances, de satisfaction de ses désirs personnels ou de l'importance de son pouvoir d'achat, mais en terme de relation aux autres. Au 19e siècle, la politesse était si pratiquée qu'elle tournait souvent à l'embarrassante obséquiosité. Qu'en est-il aujourd'hui? Si l'une des plus importantes questions philosophiques nous demande comment vivre ensemble?, je me suis demandé comment peut-on savoir vivre ensemble?

 

RÉOUVRIR 9/11

Je vous ai fait parvenir ce sujet du mois la semaine dernière pour obtenir votre participation active avant de rédiger ce bulletin. Je remercie tous ceux qui m'ont écrit pour me faire part de leurs commentaires. Les réactions ont été très variées. Certains sont convaincus de cette nouvelle thèse, d'autres médusés, troublés, d'autres encore révoltés à l'idée qu'on leur présente une nouvelle interprétation qui bouscule celle dont ils s'étaient satisfaits. J'ai réuni votre participation dans un dossier. La plus fertile est certainement celle de monsieur F.G. qui était si révolté que ses propos sulfureux se promettent de combattre. Voici le dossier « « Théorie des complots » (2) : creusons un peu ».

 

-------------------------------------------------

3 L E   P H I L O S O P H E   D U   M O I S   :

La Mettrie

La Mettrie était médecin. Pourchassé pour ses idées révolutionnaires, il n'a pas eu la vie très longue (42 ans). Il arrive à une époque où les observations anatomiques expliquent le corps humain comme une machine sophistiquée et autonome. Les dissections récentes permettent alors d'en observer les mécanismes. Chaque muscle étant un moteur relié au cerveau par des fils électriques (les nerfs), le fonctionnement secret des moteurs physiologiques (entre autres) est enfin dévoilé. La Mettrie est à la médecine ce que Darwin est à l'anthropologie. Ils ont tous deux arraché par la science une partie du pouvoir aux anciens prêtres du savoir mystique, un peu comme l'observateur perspicace dévoile les ficelles des tours de l'illusionniste.

 

-------------------------------------------------

4 – L E S   Q U E S T I O N S   P H I L O S O P H I Q U E S

À quelle condition...?

Dans les types de questions possibles, nous avions choisi de les examiner sous l'angle théologique :

 Les types de questions sur Dieu

(Je répète que ceci est un exercice philosophique et non pas une étude sur la foi en Dieu. Si j'ai choisi ce thème, c'est qu'il est universel et peut par la suite se prêter à n'importe quel autre sujet. Dieu n'est ici qu'une variable générale commode. J'espère que ceux qui ont la foi sensible sauront faire abstraction de leurs connotations personnelles pour profiter de la richesse de l'exemple.)

1.     Est-il nécessaire que Dieu existe pour que la vie ait un sens? (condition nécessaire)

2.     L'athéisme méthodique permet-il de purifier sa foi? (condition facilitante)

3.     Suffit-il que Dieu n'existe pas pour que s'évanouisse la culpabilité du péché? (condition suffisante)

4.     La pérennité des religions est-elle probable? (probabilité)

5.     La fin des religions est-elle prévisible? (prévision)

6.     Est-il possible que Dieu ne soit pas parfait? (Possibilité : on trouvera souvent peut-on? Pris dans ce sens)

7.     Quand suis-je pécheur?

8.     Dieu est-il déjà mort? (temporalité)

9.     Dans quelle mesure Dieu règle-t-il le problème de mon angoisse devant la mort?

10.  Jusqu'où faut-il obéir à Dieu? (degrés et limite)

 

Pour tester l'universalité de ces questions, je vous propose d'essayer de les transposer à un autre sujet. Par exemple à la « théorie des complots », controverse actuelle très chaude qui concerne le événements du WTC 9/11.

1.     Est-il nécessaire que Ben Laden existe pour donner un sens au WTC-9/11?

2.     Les nouvelles données médiatiques permettent-elles d'éclaircir l'interprétation des événements?

3.     Suffit-il de cette nouvelle explication pour disculper Ben Laden?

4.     Quelle est la probabilité que Ben Laden existe véritablement?

5.     Pouvons-nous prévoir de tels événements?

6.     Est-il possible que la thèse médiatique soit erronée?

7.     Dans tous ces événements, quels sont les éléments dont nous sommes véritablement certains?

8.     Ben Laden est-il toujours vivant?

9.     Dans quelle mesure l'information médiatique calme-t-elle mon angoisse devant mon ignorance des événements?

10.  Jusqu'où faut-il croire au téléjournal?

 

 -------------------------------------------------

5 – Q U E L Q U E S   L I V R E S   R E M A R Q U A B L E S

... sur le Savoir-Vivre

 

1   2   3   

4   5   6

Érasme est le philosophe du savoir vivre ensemble. Il nous apprend comment n'exclure aucun. Est-il quelque chose de plus agréable que de rencontrer une personne qui, pleine de style et de considération, sait nous mettre à l'aise et ensoleille notre journée par ses manières respectueuses? Il fut un temps où le savoir-vivre était de toute première importance, une fin en soi, un art de vivre que chacun cultivait avec une attention de chaque instant. Curieusement, au Québec, le savoir-vivre ne fait pas partie des matières programmées par le Ministère de L'Éducation. Est-ce parce que l'on considère que ceci viendrait en contradiction avec la Charte des Droits et Libertés? L'individualisme régnant actuellement comme valeur suprême nous aurait-il fait oublier que l'éducation passe d'abord par l'éducation de nos rapports avec les autres? Pourtant, il est difficile de penser vivre ensemble sans savoir-vivre. Pour tenter de combler cette lacune, j'ai esquissé un programme que je suggère au Ministre de considérer. En attendant qu'il soit programmé, il n'en tient qu'à vous d'en prendre l'initiative...

Au primaire

1.     L'ABC du Savoir-Vivre pour les enfants de Sylvie-Anne Chatelet (Quebecor © 2006).

Tout le monde s'entend pour reconnaître que le savoir-vivre n'est pas naturel. Hobbes nous a appris que dans son état naturel, « L'homme est un loup pour l'homme ». Châtelet nous enseigne donc le ba-be-bi-bo-bu dont nous sommes souvent surpris de constater la plus totale ignorance chez la majorité des adultes : Propreté, langage, civisme, à table, en famille et sur l'Internet.

Au secondaire

2.     Pour bien vivre, il faut savoir vivre! de Danièle Parent (Publistar © 2006).

Une fois l'ABC maîtrisé, l'élève pourra parfaire son éducation sous la charmante gouverne d'une dame publique qui est trop jeune pour avoir appris cet art à l'école mais qui a pourtant tellement à nous apprendre : Les faux pas à éviter, tout ce qui touche les activités hors travail, l'amitié et le savoir-vivre sexuel, les transports en commun (avion, voiture, moto, métro, autobus, taxi, train), au bureau, dans les grandes villes et à l'étranger (resto, voisins, portier, stationnement, cinéma etc.).

Au cégep (lycée)

3.      Deux livres : Savoir-vivre de tous les jours de Gisèle d'Assailly et Jean Beaudry (Maison Mame © 1951) et  Le Savoir-Vivre, guide pratique des bons usages d'aujourd'hui de Sabine Denuelle (France Loisirs © 1992).

L'étude comparée du savoir-vivre à partir de ces deux volumes qui couvrent la presque totalité du sujet se fera avec une perspective comparée de 1951 à 1992, l'évolution des règles, c'est-à-dire ce qui reste vs ce qui change. Ceci amènera l'élève à apprendre à agir non plus seulement sous les convenances élémentaires ou contextuelles mais aussi inter générations. Des mises en situations théâtrales pourraient enrichir l'enseignement à ce niveau.

À l'université

4.     Deux livres : Ni précieux, ni ridicules, Petite histoire des codes de politesse à travers les siècles, de Anne-Marie Deraspe (Alexandre Stanké © 2001) et Guide des protocoles et usages de Jacques Gandouin (Stock © 1995).

Comment l'étiquette a-t-elle changé à travers les siècles? Si vous aviez à vous adresser à la reine d'Angleterre, sauriez-vous comment vous y prendre? L'université complètera l'éducation sociale des trois premiers stages en ajoutant une dimension historique et diplomatique protocolaire. Loin d'être rasoir, Gandouin, tout protocolaire soit-il, a développé une approche si charmante des usages qu'il sait transformer les bévues en humour fin et nous faire aimer ce qui, à première vue, semble bien rébarbatif. Deraspe pour sa part rallonge notre vie sur des siècles de culture qui dévoilent l'évolution de nos mœurs et comment ce qui autrefois était acceptable ne l'est plus aujourd'hui et vice versa.

 

-------------------------------------------------

6 – M A G A Z I N E

 

Philosophie magazine

Voici un magazine que l'on attendait avec impatience. Philosophie magazine paraît à tous les deux mois. Il en est actuellement à sa quatrième livraison. Débats, réflexions, entretiens, dossiers, notions, société, arts, mais avant tout, les philosophes. On réfère continuellement aux grands philosophes de notre histoire et on y présente un texte important de l'un d'eux à chaque parution dans un livret encarté. Cent pages fournies où chacun peut y trouver son compte qu'il soit cégépien, universitaire ou monsieur-tout-le-monde. Il n'y manque que quelques pages pour les enfants et les adolescents pour qu'il soit parfait...

 

-------------------------------------------------

7 – R I R E   E T   S ' A T T E N D R I R

 

 Enseignement : Réformes successives au Québec

 

 

 

-------------------------------------------------

8 – P E N S É E    D U   M O I S

The best part about being wrong is the joy it gives to others.

[L'avantage d'avoir tort est la joie que ça procure aux autres.]

Michael Sinelnikoff (Citation No. 51)

 

Good manners means, no more and less, behavior that makes others feel comfortable.

[Les bonnes manières consistent ni plus ni moins à faire en sorte que les autres se sentent confortables].

Ludmila Wilmot (Citation No. 72)

 

Les gens ne veulent pas être critiqués ; ils veulent être aimés.

Michael Sinelnikoff (Citation No. 16)

 

-------------------------------------------------

9 P O U R   L E S   N O U V E A U X   P A R T I C I P A N T S

 « Philo sans fumée » est le bulletin mensuel de Philo5.com mais c'est aussi une rencontre mensuelle organisée le premier vendredi de chaque mois. Vous êtes cordialement invité à y participer. Pour être invité, écrivez-nous.

Si vous n'habitez pas Montréal et que nos rencontres vous intéressent, vous pouvez encore nous écrire vos réflexions. Elles seront communiquées au groupe et viendront enrichir notre échange. Qu'elle soit épistolaire ou en personne, nous vous remercions de votre présence.

 

François Brooks

 

 www.philo5.com

A quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?