LES VRAIS PENSEURS 

Guy Sorman

Fayard © 1989

Zhao Fusan

1926 —

Théologien Chinois
pasteur luthérien

4. Culture — Occident-Chine

A publié, en Chine, des essais sur l'histoire des religions et les rapports entre politique et religion, et un dictionnaire des religions.

L'occidental est à la recherche du bonheur individuel, le Chinois recherche l'harmonie sociale.

Il cite Hegel ou saint Augustin avec la même aisance que Confucius et Lao-tseu. La société occidentale, par ses racines chrétiennes, s'oppose à la société chinoise et ses racines confucéennes de la façon suivante :

SOCIÉTÉ OCCIDENTALE
Christianisme

SOCIÉTÉ CHINOISE
Confucianisme

La société doit permettre à l'individu de s'épanouir.

L'homme s'accomplit s'il prend conscience de sa dimension sociale.

Recherche du bonheur individuel.

Recherche de l'harmonie sociale.

Ne pas aller contre l'individu.

Ne pas aller contre la société.

Culte du succès personnel.

L'homme se considère comme subordonné à la société.

L'individu se réalise par son accomplissement égoïste.

L'individu se réalise dans ses responsabilités sociales, dans sa recherche de l'intégration collective.

Le Bien et le Mal sont étroitement mêlés dans l'individu depuis le péché originel.

L'homme est naturellement enclin à la droiture et à la bienveillance ; ses vertus sont innées. Le Mal chez l'homme vient de ce qu'il n'est pas conscient de sa propre vertu.

Il s'agit de développer la personnalité de l'enfant et de favoriser la diversité sociale.

L'éducation inculque le sens du Bien, elle conduit les vertus potentielles de l'homme à leur épanouissement. L'homme non éduqué est pareil à l'animal ; il ne s'accomplira comme homme que si l'éducation lui fait prendre conscience de sa dimension sociale. Les parents et maîtres doivent veiller à ce que les enfants ne commettent pas de fautes.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?