060127

Le Wedge Document [1]

par Discovery Institute

Nouvel Observateur © 2005-2006

Préambule de la revue Le Nouvel Observateur

Présentation de la stratégie

La stratégie du « Coin »

Projets

Résumé du plan stratégique en cinq ans

Objectifs

Ambitions

Activités

Récapitulatif du déroulement de la stratégie du « Coin »

* * *

Préambule de la revue Le Nouvel Observateur

À lire le texte reproduit ci-dessous, publié par la puissante institution créationniste américaine Discovery Institute, le débat pseudo-scientifique engagé par elle autour de la thèse du dessein intelligent est une étape stratégique dans le combat politique qui vise la cléricalisation de la sphère publique.

Présentation de la stratégie

L 'idée que l'être humain a été créé à l'image de Dieu est l'un des principes fondateurs de la civilisation occidentale. On peut discerner son influence dans la plupart, sinon dans toutes les plus grandes réussites de l'Occident, parmi lesquelles la démocratie représentative, les droits de l'Homme, la liberté d'entreprendre et les progrès des arts et des sciences. Pourtant, voici un peu plus d'un siècle, cette notion cruciale a été attaquée de toutes parts par des intellectuels qui s'appuyaient sur les découvertes scientifiques. Discréditant les conceptions traditionnelles de Dieu comme de l'Homme, des penseurs comme Charles Darwin, Karl Marx et Sigmund Freud ont dépeint les humains non comme des êtres moraux et spirituels, mais comme des animaux ou des machines évoluant dans un univers régi par des influences purement impersonnelles, dont le comportement et même les pensées sont dictés par les forces inébranlables de la biologie, de la chimie et de l'environnement. Cette conception matérialiste de la réalité a fini par contaminer quasiment tous les domaines de notre culture – de la politique et de l'économie à la littérature et à l'art.

Ce triomphe du matérialisme a eu des effets ravageurs, culturellement parlant. Les matérialistes ont nié l'existence de normes morales objectives, affirmant que c'est l'environnement qui dicte notre comportement et nos croyances. Ce relativisme moral a été adopté sans discussion par la plupart des sciences sociales, et il sous-tend encore une grande partie de l'économie, des sciences politiques, de la psychologie et de la sociologie contemporaines.

Les matérialistes ont aussi mis à mal la notion de responsabilité individuelle en déclarant que la pensée et les comportements humains étaient dictés par la biologie et l'environnement. On en voit le résultat dans la conception actuelle de la justice pénale, de la responsabilité industrielle sur les produits et de l'aide sociale. Pour les matérialistes, chacun est une victime et nul ne peut être considéré comme responsable de ses actes. Enfin, le matérialisme a engendré un courant virulent d'utopisme. Croyant pouvoir bâtir une société parfaite en appliquant les connaissances scientifiques, les réformateurs matérialistes ont plaidé en faveur de programmes de gouvernement fondés sur de fausses promesses de paradis sur terre.

Le Centre pour le renouveau scientifique et culturel n'a d'autre ambition que de renverser le matérialisme et son héritage culturel. Rassemblant des spécialistes des sciences de la vie, mais aussi des sciences sociales et humaines, le Centre étudie les doutes sérieux que soulèvent les dernières découvertes de la biologie, de la physique et des sciences cognitives à propos du matérialisme scientifique, remettant à l'ordre du jour une appréhension globalement théiste de la nature. Le Centre accorde des bourses sur des sujets de recherche originaux, organise des conférences, et explique aux décideurs politiques qu'il y a une vie après le matérialisme.

Le Centre est dirigé par le Dr Stephen Meyer. Professeur de philosophie au Whitworth Collège (État de Washington), le Dr Meyer est titulaire d'un doctorat en histoire et philosophie des sciences de l'université de Cambridge. Il a travaillé comme géophysicien pour l'Atlantic Richfield Company (Californie).

La stratégie du « Coin »

Phase I : recherche scientifique, écrits et publicité.

Phase II : publicité et formation d'opinion.

Phase III : confrontation et renouveau culturel.

Projets

Phase I. Recherche scientifique, écrits et publicité

Phase II. Publicité et formation d'opinion

 Phase III. Confrontation et renouveau culturel

Résumé du plan stratégique en cinq ans

Les conséquences sociales du matérialisme ont fait des ravages. En tant que symptômes, elles méritent certes d'être traitées, mais nous sommes néanmoins convaincus que pour vaincre le matérialisme, il nous faut le trancher à la base. Une base qui n'est autre que le matérialisme scientifique. Et c'est précisément 1à notre stratégie. Si l'on considère la science matérialiste dominante comme un arbre géant, notre stratégie doit opérer comme un « coin » qui, bien que relativement petit, est capable de briser le tronc s'il est enfoncé dans ses points les plus faibles. Le tout début de cette stratégie, le « côté le plus fin du coin » fut la critique du darwinisme par Johnson, lancée en 1991, avec « Darwinism on Trial » le Darwinisme en question ») puis avec « Reason in the Balance » (« la Raison dans la balance ») et « Defeating Darwinism by Opening Minds » (« Déjouer le darwinisme en ouvrant les esprits »). L'oeuvre de Philip Johnson a été suivie par le grand succès de Michael Behe, « Darwin's Black Box » (« la Boîte noire de Darwin »). Nous nous appuyons sur cette dynamique, élargissant notre « coin » avec une alternative scientifique positive aux théories scientifiques matérialistes, qui a pris le nom de dessein intelligent (Intelligent Design). La théorie du dessein intelligent promet de renverser l'étouffante domination de la vision matérialiste du monde, et de la remplacer par une science conforme aux convictions chrétiennes et théistes.

La stratégie du « coin » peut être divisée en trois phases distinctes mais indépendantes, à peu près (mais pas strictement) chronologiques. Nous pensons que, avec les appuis adéquats, nous pouvons accomplir beaucoup des objectifs des phases I et II dans les cinq prochaines années (1999-2003), et lancer la phase III (voir « Buts/Objectifs à cinq ans/Activités »). La phase I est l'élément essentiel de tout ce qui suit. Sans études, recherche ni débats sérieux, ce projet ne serait qu'une tentative supplémentaire d'endoctriner au heu de convaincre. L'histoire de la science nous enseigne qu'il n'est pas nécessaire d'être plus nombreux que ses contradicteurs. Les révolutions scientifiques sont, d'ordinaire, organisées par un groupe restreint au départ de scientifiques relativement jeunes qui ne sont pas aveuglés par les préjugés dominants et sont en mesure d'effectuer un travail créatif sur les « points de pression », c'est-à-dire sur les thèmes critiques qui sont les charnières de systèmes de pensée tout entiers. Ainsi, au cours de la phase I, nous soutenons l'intelligence et la recherche sur les aspects les plus fragiles de l'édifice matérialiste.

L'objectif essentiel de la phase II consiste à préparer le grand public à accueillir nos idées. Sans publicité, le meilleur et le plus juste des travaux de recherche peut demeurer inconnu et inutile. C'est pourquoi nous nous efforçons de cultiver des relations et de convaincre des personnalités influentes de la presse écrite, de la radio et de la télévision, des groupes d'experts, des scientifiques, des universitaires, des membres du personnel du Congrès, des animateurs d'émissions de débat, des dirigeants d'universités et de séminaires, des professeurs, de futurs talents et des alliés universitaires potentiels. Grâce aux fonctions politiques et journalistiques qu'il a longtemps exercées, le président de Discovery, Bruce Chapman, apporte au projet une connaissance et des relations exceptionnelles avec des éditorialistes, des journalistes et des dirigeants politiques clefs. Cette combinaison d'expertise savante et de liens avec les médias et la politique fait tout le caractère unique de notre « coin », et évite qu'il demeure « seulement universitaire ». Parmi nos autres activités, citons la production d'un documentaire sur PBS sur le dessein intelligent et ses implications, et la publication d'éditoriaux grand public.

Parallèlement aux efforts que nous concentrons sur les leaders d'opinion, nous cherchons à établir une base de soutien populaire parmi nos alliés naturels : les chrétiens. Cet objectif sera atteint essentiellement par le biais de séminaires d'apologétique, destinés à encourager les croyants et à leur fournir de nouvelles preuves scientifiques pour appuyer leur foi, mais aussi à populariser nos idées en général.

La phase III débutera une fois que nos recherches et nos écrits auront atteint une certaine maturité, et que le public aura été préparé à recevoir la théorie du dessein intelligent, alors nous en viendrons à la confrontation directe avec les partisans de la science matérialiste, à travers des conférences de contestation dans des environnements universitaires prestigieux.

Nous rechercherons aussi éventuellement un soutien juridique pour réagir à la résistance à l'intégration de la théorie du dessein intelligent dans le programme de sciences de l'école publique. L'attention, la publicité et l'influence de la théorie du dessein intelligent devraient faire venir les scientifiques matérialistes au débat public, et nous serons prêts. En mettant davantage l'accent sur les sciences humaines et sociales, nous commencerons à nous pencher sur les conséquences spécifiquement sociales du matérialisme et du darwinisme qui le sous-tend dans les sciences.

Objectifs

OBJECTIFS PRINCIPAUX

OBJECTIFS À CINQ ANS

OBJECTIFS À VINGT ANS

Ambitions

AMBITIONS À CINQ ANS

La une de plusieurs grands magazines d'information comme « Time » ou « Newsweek ». Des émissions sur le réseau PBS, telle Nova, traitant honnêtement de la théorie du dessein intelligent. Une couverture de presse régulière sur les progrès de la théorie du dessein intelligent. Des éditoriaux et des chroniques favorables sur le mouvement du dessein intelligent dans d'autres médias,

De grands mouvements pour le renouveau commencent à s'approprier les découvertes de la théorie du dessein intelligent, et à désavouer les théologies influencées par le matérialisme. Un(des) grand(s) culte(s) chrétien(s) défend(ent) la doctrine traditionnelle de la création et désavoue(nt) les autres. Les séminaires darwinistes sont de plus en plus nombreux à détecter et à désavouer les présupposés naturalistes. Assimilation évidente dans les sondages d'opinion sur des questions telles que la sexualité, l'avortement et la foi en Dieu. Dix États commencent à rectifier le déséquilibre idéologique qui affecte leurs programmes scolaires scientifiques et y incluent la théorie du dessein intelligent.

Mouvements du dessein intelligent actifs en Israël, au Royaume-Uni et dans d'autres grands pays à l'extérieur des États-unis. Dix membres du CRSC enseignant dans de grandes universités. Deux universités dans lesquelles la théorie du dessein intelligent est devenue dominante. Le dessein intelligent devient un concept clé en sciences sociales et des mouvements pour une réforme juridique fondent leurs nouvelles propositions de lois sur la théorie du dessein intelligent.

Activités

Récapitulatif du déroulement de la stratégie du « Coin »

LIVRES

William Dembski et Paul Nelson, deux membres du Center for the Renewal of Science and Culture (CRSC), vont très bientôt voir leurs livres publiés par de grands éditeurs universitaires laïques – respectivement Cambridge University Press et The University of Chicago Press (l'un critique le matérialisme darwinien, l'autre propose une alternative forte).

Le livre de Paul Nelson, « On Common Descent » (« De l'ascendance commune »), est le dix-septième de la prestigieuse collection « Evolutionary Monographs » (« Monographies sur l'évolution ») de l'université de Chicago, et la première à critiquer le néodarwinisme. L'ouvrage de William Dembski, « The Design Inference » (« l'Inférence du dessein ») était en réédition dès juin 1998, deux mois après sa date de publication.

Ces ouvrages ont suivi de près celui de Michael Behe, « Darwin's Black Box », aujourd'hui disponible en poche après neuf éditions de la version d'origine. Il est déjà traduit en si langues. Le succès de ce livre a conduit d'autres éditeurs laïques, tel McGraw Hill, à nous commander d'autres manuscrits. Il s'agit là pour nous d'une ouverture. InterVarsity va publier cet automne notre grande anthologie, « Mère Création » (« La Création, tout simplement »), et Zondervan édite « Maker of Heaven and Earth : Three Views of the Creation-Evolution Controversy » (« Créateur du ciel et de la terre : trois points de vue sur la controverse entre création et évolution »), sous la direction de nos membres John Mark Reynolds et James Porter Moreland.

McGraw Hill a sollicité une proposition rapide de Meyer, William Dembski et Paul Nelson, pour leur ouvrage « Uncommon Descent » (« Ascendance singulière »). Enfin, Ed Larson, un membre de Discovery, a remporté le prix Pulitzer pour « Summer for the Gods » (« Été pour les dieux »), son récit du procès Scopes, et InterVarsity vient de publier l'attaque qu'il a co-écrite sur le suicide assisté, « Une mort différente ».

ARTICLES UNIVERSITAIRES [...]

Interventions en radio et télévision [...] Articles dans les journaux et les magazines [...] dans la presse tant laïque que chrétienne. Par exemple, le « Wall Street Journal », le « New York Times »,le « Washington Times »...

D'autres écrits du même type verront le jour prochainement.


[1] Paru dans Le Nouvel Observateur, hors-série No. 61 – déc. 2005 / jan. 2006 (traduit de l'anglais par Muriel Gilbert). (Voir Wikipédia, Stratégie du coin.)


Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?