accueilLes philosophesLes vrais penseursPenser par soi-mêmeDes philosophes vivantsTextes F. B.

Philo5

Site animé par François Brooks

Intention de « Philo sans fumée »

Une lettre d'Hélène Jutras, alors étudiante de 19 ans, publiée dans le journal Le Devoir en 1994, m'avait frappé. Elle avait osé dénoncer l'inculture de la société québécoise : « Les valeurs que je préconise, dit-elle, le savoir, le développement intellectuel, ne se retrouvent pas ici ». Après avoir publié Le Québec me tue, les médias – premiers acteurs dans notre alimentation culturelle collective – l'avaient brûlée. Non pas comme le philosophe Bruno, mais l'effet fit pareil. On la somma de quitter le Québec ou de se taire. On ne l'entendit plus jamais parler du sujet. Une brève conversation téléphonique me convainquit de sa totale rétractation. J'avais partagé son sentiment mais, instruit de son expérience, j'ai compris l'impasse. Elle avait eu la sagesse de Descartes qui dit « Tâcher toujours plutôt à changer mes désirs que l'ordre du monde. » Je n'ai pas encore cette sagesse mais je peux toujours bien essayer d'agir sur ma propre inculture.

* * *

Philo sans fumée est né d'un désir de se meubler l'esprit et de partager le fruit de nos activités intellectuelles. Devant l'océan de produits culturels auquel nous expose la société actuelle, il est difficile de savoir où regarder. Les valeurs démocratiques et égalitaires en cours nous font croire que tout est d'égale valeur.

 À Philo sans fumée, nous pensons que l'écrit a une valeur supérieure aux autres médias puisqu'il met directement en contact avec l'esprit de l'auteur. Ce média nous branche sur les époques les plus anciennes comme les plus récentes. Il est à la portée de tous, simple, abordable. Cependant nous nous désolons souvent de ce que nous lisons. L'esprit des « écriveurs » est fréquemment confus. La diffusion de l'écrit est devenue si facile que quiconque le désire peut être publié – ceci venant surcharger nos choix. Il faut  lire une quantité phénoménale de textes pour en trouver la substance qui pourrait souvent se résumer en quelques phrases. Les classiques font malheureusement pâle figure à côté des nouveautés, présentées toujours comme un impératif dans cette ère de consommation.

  Nous avons décidé d'agir en nous rencontrant une fois par mois pour partager notre vie intellectuelle. À tour de rôle, nous présentons aux participants les livres, articles de journaux ou autres sources qui alimentent notre discours intérieur. Nous essayons par ce moyen de valider ou d'invalider nos pensées. Nous tentons de mieux nous comprendre. Nous poursuivons simplement la quête de Socrate : « Connais-toi toi-même ».

Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?