Hiérarchie de la noblesse

 Spéculations philosophiques 

 

François Brooks

2010-07-01

Essais personnels

 

Hiérarchie de la noblesse

[1] Le silence est le refuge des faibles et la grandeur des puissants.

Général Charles de Gaulle

L'homme est habité par un sentiment d'honneur qui découle d'un réflexe spontané qui nous pousse à évaluer tout ce qui nous entoure. Nous aspirons toujours à la noblesse, mais nous pensons aujourd'hui la hiérarchie sociale en termes de richesse. Et comme les valeurs égalitaires priment, nous restons discrets sur notre compte en banque.

Mais il fut un temps où la valeur d'un individu s'affichait ostensiblement. Chacun occupait une place déterminée du simple roturier jusqu'à Dieu. Le titre indiquait non seulement le rang, mais aussi la responsabilité sociale en vertu de l'étendue de la possession territoriale. L'administrateur d'une province était évidemment doté d'une noblesse supérieure à celui qui ne possédait qu'une simple terre.

De nombreux abus en ont terni la crédibilité, et l'époque actuelle a aboli définitivement l'usage des titres. D'aucuns se retrouveraient devant la reine d'Angleterre qu'ils se conteraient de l'appeler Madame. Nos enfants mêmes refusent souvent notre titre parental pour nous appeler par notre prénom dès qu'ils prétendent à l'indépendance ; c'est tout dire comme la hiérarchie nous obsède tant nous chérissons le principe enseigné dans l'Évangile nous déclarant tous égaux devant Dieu. Mais il est pourtant nécessaire de les connaître dès qu'on s'aventure dans la littérature où ils sont abondamment utilisés.

Ces titres furent nombreux et variés selon les pays et régions où ils étaient en usage. Voici un ordre valable pour à peu près toute l'Europe jusqu'à ce que la Révolution française de 1789 fasse taire toute prétention de noblesse sous menace de décapitation.

1.      Dieu

— Être suprême.

2.     Empereur

— Titre le plus élevé qu'un homme puisse porter. Il régit plusieurs royaumes unifiés.

3.      Roi

— Représentant de Dieu sur terre dans son royaume.

4. Prince

— Fils du roi ; chef d'une principauté indépendante de tout royaume.

5.   Duc

— Souverain d'un duché (territoire faisant partie d'un royaume).

6. Marquis

— Originellement, officier militaire chargé d'administrer une province.

7. Comte

— Administrateur d'un comté.

8. Vicomte

— Administrateur d'un vicomté.

9. Baron

— Homme libre. Possesseur d'une terre (propriétaire).

10. Banneret

— Seigneur qui arborait une bannière.

11. Seigneur, Sieur        (Monsieur)

— Possesseur d'un fief.

12. Chevalier

— Cadet de bonne famille ; fonctionnaire ; qui possède un cheval (une voiture).

13. Écuyer
      (ou Damoiseau)

— Assistant du chevalier.

14. Roturier

— Qui ne fait pas partie de la noblesse (locataire).

Ces titres comportaient des fonctions qui existent toujours. Le domaine dont nous avons la gouvernance détermine évidemment l'étendue de nos pouvoirs et responsabilités. Mais aujourd'hui, compte tenu du fait que la richesse peut prendre des formes considérablement plus variées que l'étendue d'un territoire physique à gérer, il serait difficile d'accorder un titre de noblesse précis. D'autant plus que, désormais, le territoire actuel le plus convoité est le temps de cerveau des masses.

[1] Le Sacre de Napoléon, Musée du Louvre.

Philo5
                Quelle source alimente votre esprit ?