050503

Ouate de phoque

par Gérard Lévesque [1]

L'après-Rupture © 2004

En réponse au jeune Rémi Arsenault (voir plus bas...), Gérard Lévesque met les pendules à l'heure sur plusieurs dogmes féministes : la réécriture de l'histoire, la presse féminine, la consommation, l'opportunisme, l'avortement, le droit de vote, l'équité salariale et l'esprit chevaleresque masculin.

Mon cher Rémi Arsenault,

            Tu fumes du mauvais « stock » mon vieux ; c'est truffé de fautes ton machin (voir en rouge plus bas).

Quelques réflexions.

Anorexie, boulimie, abus de drogues, suicides, etc. n'étaient pas de réels problèmes à la « Belle époque » de la supposée domination du patriarcat : Maurice Duplessis et ses prédécesseurs. Nos aïeuls étaient trop occupés à travailler pour tout simplement « survivre ». Depuis, relativement, nous nageons dans la richesse et l'opulence et nous avons des problèmes de ... riches.

Ce sont les femmes qui consomment des centaines de milliers de tonnes de magazines de mode ou règnent les « top models » anorexiques. Ce sont les femmes et les féministes (aux petits seins?) qui reprochent aux gars de préférer les femmes aux gros seins. Il n'y aurait pas de grosse « toutoune » dans la pop musique? Ginette Renaud (une belle voix) aurait-elle pris sa retraite? Les femmes seraient toujours esclaves des standards de beauté masculins? Si cela est vrai, quelle monumentale faillite du fémi-sexisme qui depuis 40 ans prêche l'indépendance de la « forte femme féministe. »

Tu ne veux pas croire que les femmes sont des consommatrices invétérées? Mon pauvre vieux, vas voir par toi-même au centre ville et regarde l'espace commercial (ou le nombre d'étages) réservé aux produits féminins (vêtements, produits de beauté, articles ménagers...) et celui réservé aux hommes. Compte le nombre de femmes et le nombre d'hommes dans les grands magasins un après midi de la semaine (lundi au jeudi). Où sont les hommes? Au travail la semaine ; au centre de rénovation la fin de semaine.

Tu reproches aux hommes de considérer LA femme comme un objet sexuel. Un ; PERSONNE ne force ces femmes de vendre leur beauté féminine aux magazines sexys (ou pornographiques). Elles sont fort BIEN rémunérées : c'est un job. Mieux, elles finissent par se harponner un mari qui a du « cash » (Ivana Trump, Mila Mulroney, etc., etc.) Deux ; tu ne reproches pas aux femmes leur propre sexisme, celui de considérer le mâle comme un « portefeuille ambulant »... (OUPS!) ... je veux dire comme un « objet de succès social » : argent, statut social, prestige et confort matériel. Les filles te jaugent déjà (depuis longtemps) selon tes capacités d'être un pourvoyeur et tu en es ignorant. Ah, avoir 20 ans!

Le « capitalisme véreux » est ce système qui crée une somme des richesses si gigantesques qu'elles dépassent les rêves les plus fous de nos grands parents de l'ère Duplessis ; il y a à peine 60 ans.

Les homosexuels sont ils pathologiques? Je t'avouerai que je ne sais pas. Mon frère ne me semble pas avoir un comportement pathologique lorsque nous discutons. Évidemment, c'est mon frère, alors je suis peut être aveugle à sa pathologie.

Ce que je sais c'est qu'ils ont des COMPORTEMENTS pathologiques. Les homosexuels sont au mieux 3% de la population : ceci est un chiffre FORT généreux ; on ne sait pas quel est leur nombre réel. Les homosexuels mâles sont donc (au mieux) 1.5% de la population. Et bien ces 1.5% de la population représentent plus des deux tiers des cas de SIDA. L'Internet, ce magnifique outil de recherche issu du génie mâle (les mâles SONT les créateurs et les inventeurs malgré 40 ans de domination fémi-sexiste du système scolaire) te permets de t'informer par toi même. Vois par toi-même :

  1. Need for Sustained HIV Prevention Among Men who Have Sex with Men

In 2000, 59% of reported HIV infections among adolescent males aged 13-19 and 53% of cases among men aged 20-24 were attributed to male-to-male sexual contact.

Research among gay and bisexual men suggests that some individuals are now less concerned about becoming infected than in the past and may be inclined to take more risks.

  1. AIDS Cases

In 2003, the estimated number of diagnoses of AIDS in the United States was 43,171. Adult and adolescent AIDS cases totaled 43,112 with 31,614 cases in males and 11,498 cases in females. Also in 2003, there were 59 AIDS cases estimated in children under age 13.

(Soit 73% de males ; GPL)

The cumulative estimated number of diagnoses of AIDS through 2003 in the United States is 929,985. Adult and adolescent AIDS cases total 920,566 with 749,887 cases in males and 170,679 cases in females. Through the same time period, 9,419 AIDS cases were estimated in children under age 13.

(Soit 80% de mâles : GPL)

Mais mon vieux on sait cela depuis AU MOINS 20 ans.

Comment « attrape »-t-on le SIDA en Occident? Par une obsessive promiscuité sexuelle faite de pénétrations anales SANS protection. Diable, même un fémi-sexiste de carrière comme Martin Dufresne sait cela ; c'est donc de notoriété publique.

La propagande « gaie » INTERDIT toute critique. Quiconque dit ouvertement que le SIDA est, en Occident, essentiellement une maladie « gaie » est tout de suite sali, calomnié, traité d'homophobe, de réactionnaire, de fasciste, etc., etc., etc., etc.

Les mêmes tactiques de censure totalitaire que le fémi-sexisme, et toi-même, emploie pour faire taire leurs critiques.

Remarque la gigantesque perte que représente le fléau sidatique. Les homosexuels sont souvent très éduqués, ils s'amusent et dépensent beaucoup, n'ont pas d'enfants et ils meurent jeunes : il n'y a PAS de sidatique de 50 ans. À la fin de leur vie de sidatiques, non seulement ne peuvent-ils plus travailler mais ils consomment des douzaines (centaines?) de milliers de dollars en médicaments et soins médicaux payés par ... des hétérosexuels ... comme toi (je t'imagine hétéro). Une gigantesque perte ; colossale!

Tu te scandalises parce que l'on dénonce l'avortement. Tu préfères qu'un bébé (à naître) soit éliminé plutôt qu'il vive non aimé ou dans la pauvreté. Je remarque que tu considères cela acceptable SEULEMENT lorsque c'est la fille qui ne veut pas de ce bébé : c'est du sexisme cela, mon vieux. Tu dis c'est le corps de la fille ; c'est a elle seule de décider. J'espère que tu dis à tes petites amies féministes qu'elles n'ont pas le droit d'imposer LEUR corps à un autre.

En bref : si la fille a tous les droits sur son corps, elle doit en assumer toutes les responsabilités : droits ET responsabilités vont main dans la main. Si on peut avorter un fœtus, ce n'est donc pas un être humain. Ergo, on ne peut pas imposer un magma de tissus maternels à un mâle. Inversement, si on peut imposer un futur bébé à un homme, le fœtus est donc un être humain. Ergo, la fille a ÉGALEMENT des responsabilités face à cette vie humaine. Si la fille peut imposer un fœtus à un gars, la fille décide que l'avortement d'un fœtus est un assassinat.

Le « miracle fémi-sexiste de la transsubstantiation » du fœtus de vulgaire magma de tissus féminins, éliminables à souhait, en futur être humain avec un droit inaliénable à la vie selon la seule subjectivité de la femme est du PUR OPPORTUNISME FÉMI-SEXISTE. Le monopole sur la reproduction entraîne le monopole sur ses conséquences. En bref, dis à tes petites amies avorteuses d'assumer leurs responsabilités.

Avant la richesse que créée le capitalisme depuis un siècle, nous vivions TOUS dans la nécessité. Les rôles sexuels des hommes et des femmes étaient complémentaires. Tous les deux étaient esclaves des besoins ... de leurs enfants : i.e. de leur propre survie génétique. Une domination réciproque en quelque sorte. Ceux qui n'ont pas réussi à s'entendre avec un membre de l'autre sexe... sont  morts sans descendance : de nos jours des centaines de milliers de fémi-sexistes de carrière vont mourir sans descendance.

« Cé tsu assez beau le fémi-sexisme! »

La PREUVE de la domination des femmes par les hommes serait l'absence de leur DROIT de vote. C'est con cela mon vieux ; très con. Cet antique mensonge fémi-sexiste ne peut durer que parce qu'il y a des « bon gars » crédules et un peu, beaucoup, niais comme toi.

Mais quand donc les hommes ont-ils obtenu le droit de vote?

À la Révolution française (1789) pour les Français, plus tard et graduellement pour les Anglais (1918 ; voir plus bas) et plus tôt pour les Américains (1776). Au Canada : « The Dominion Elections Act of 1920 established a near-universal federal franchise for adult Canadian citizens, men and women » 1920! « Near-universal » : PRESQUE tous les hommes ; presque. APRÈS, pas avant, avoir payé l'impôt du sang (voir plus bas).

What is the history of the Right to Vote in Britain?

In 1800, the right to vote was based on wealth and gender (male). Less that 3 adults out of every 100 could vote. Since then, there have been some significant changes to the voting regulations :

1832 Reform Act. Extended the right to vote to certain leaseholders and householders.

5 adults out of every 100 could vote.

1867 Second Reform Act. Further extension of the voting regulations in counties and boroughs.

13 adults out of every 100 could vote, but still based on wealth.

1872 Secret Ballot Act. Introduced voting by secret ballot.

1884 Representation of the People Act. Any male occupying land or property with an annual rateable value of £10 could vote. 24 adults out of every 100 could vote.

1918 Representation of the People Act.

All males over the age of 21 were given the vote.

Women over 30 got the vote.

Women could sit in the House of Commons as MPs. 75 adults out of every 100 could vote.

1928 Representation of the People Act.

Uniform voting rights were extended to all men and women over the age of 21.

99 adults out of every 100 could vote.

1969 Representation of the People Act.

The voting age was reduced to all men and women over the age of 18.

Les citoyens mâles adultes ont obtenu le droit de vote AINSI que l'obligation (le DEVOIR) de protéger ce droit de vote, la Patrie, femmes et enfants en se battant lorsque nécessaire. Les hommes ont obtenu le droit de vote en payant (par douzaines de millions) un lourd IMPÔT DU SANG. Les femmes ont obtenu le droit de vote ... GRATUITEMENT ... en restant dans le confort chaud et douillet de leur foyer. Beaucoup de mâles n'ont toujours pas le droit de vote : les Cubains, les Nord Coréens, les Vietnamiens, les Chinois, les Syriens, la plupart des Africains ... ; ils ont « droit » à un simulacre de droit de vote.

L'iniquité salariale est un autre GROS mensonge fémi-sexiste. Les femmes gagnent moins parce qu'elles travaillent MOINS et dans des emplois moins bien rémunérés, mais chauds, douillets, confortables ET sécuritaires. Elles REFUSENT d'assumer leur part des emplois durs, sales et dangereux et donc souvent MIEUX payés ; ces emplois où 95% des accidentés et morts au travail sont des ... mâles. Dans une société VÉRITABLEMENT égalitaire, 47.5% des accidentés et morts au travail seraient des ... femmes.

Qui domine qui? Le mâle estropié ou décédé, ou la femme qui a obtenu son emploi grâce à un programme de discrimination anti-mâle? Au gouvernement du Québec des fémi-sexistes, s'inspirant du désastre des plans quinquennaux soviétiques, décident de façon bureaucratique, la valeur monétaire d'un emploi. Tu ne seras pas surpris d'apprendre que c'est toujours la même « minorité » (les femmes) qui gagne.

À lire :  Why men earn more?

Why do men earn more than women? Because they deserve to ... [Farrell] challenge[s] [...] feminist conventional wisdom. Men work longer hours at more dangerous and disagreeable jobs. They more readily accept night shifts, hardship postings to Alaska and entrepreneurial risks. Men get in-demand degrees in engineering, while women get degrees in French literature. Female librarians earn less than garbagemen, not because of discrimination, but because so many applicants compete for the safe, clean, comfortable, convenient, fulfilling jobs women prefer. Indeed, the author insists, statistics show that women and men with equal experience and qualifications, doing the same job, for the same hours, under the same conditions-get paid the same. Farrell, author of The Myth of Male Power, usefully points women towards high-paying, male-dominated fields that are becoming female friendly and suggests that ambitious women marry stay-at-home husbands. But he considers men the real victims, taken advantage of because of their innate chivalry and social expectations that they trade earning power for love and sex and be "willing to die to support the wives and children." He decries anti-male discrimination in occupations like teaching, nursing and cocktail-waitressing, and pillories comparable worth initiatives as "spoiled-brat economics." A whole chapter is devoted to "genetic celebrities" -i.e., beautiful women (exemplified in photos of same) whom men shower with free dinners, gifts and home repairs and who "marry up" into cushy lifestyles paid for by workaholic husbands. Ostensibly a road-map to workplace equality, Farrell's portrait of pampered, ungrateful women and stoic, self-sacrificing men may strike some readers as an unhelpful caricature.

Prière de RELIRE ceci attentivement :

men [are] the real victims, [because they are] taken advantage of because of their innate chivalry and social expectations that they trade earning power (i.e. MONEY) for love and sex and be "willing to die to support the wives and children."

L'instinct de chevalerie des hommes (PROTECTION des femmes et des enfants), cet instinct qui t'anime, est notre pire ennemi. Notre devoir de mâle est de penser avec notre grosse tête ; difficile à vingt ans où on pense surtout avec ses hormones. Notre devoir de mâle est de harnacher notre instinct de chevalerie pour la protection de nos ... enfants. Le Québec, et son État, vit sous un régime fémi-sexiste, quasi-totalitaire, financé (surtout) par le travail des mâles ... comme toi.

Un des grands tabous de notre société est de dire ouvertement et publiquement que les femmes « braillent » plus que les hommes. Tu ne me crois pas? Va voir par toi-même ... sur GOOGLE : « droit de vote des hommes » (UNE (1) entrée) et « droit de vote des femme » (690 entrées). Angry Harry tiens un compte courant des recherches sur Google sur les droits humains des femmes (2 730 000) ou 78%, des hommes (371 000) ou 1% (oui, oui UN pourcent, il n'y a pas d'erreur) et des enfants (713 000) 21%.

Finalement, en ce qui concerne ton vœu de vivre dans une société libertaire, libre, égalitaire et juste, je ne peux que te dire que nous aussi nous avons, jadis, eu 20 ans. Je ne t'en veux pas vraiment ; nous aussi nous avons été « jeune, beau et con à la fois » (c'est du Brel ça, mon vieux 1966 ; l'Antiquité ... la PRÉ-histoire ). Allez, « jeune » branche, commence à faire attention au « stock » que tu consommes,

Gérard Levesque


Jacques Brel - La chansons de jacky

________________________

Gérard Pierre LEVESQUE

Courriel :   levesque.gerard@gmail.com

« Delenda est Feminisma »

Voir : 

Jack Kammer, Si les hommes ont tout le pouvoir, pourquoi les femmes imposent-elles les règles?

http://www.lapresrupture.qc.ca

http://www.masculinisme.blog-city.com/grard_levesque.htm

--------------------------------------------------------

Vive l'Anarchisme!
Vive la Liberté!
Fuck le patriarcat!

1 mai 2005

Cher monsieur Gagnon,

« Le patriarcat, fortement dénoncé pendant de nombreuses années par certains mouvements féministes extrémistes, a donné comme résultat que nos jeunes sont confrontés à de graves problèmes qui risquent de prendre de l'ampleur : anorexie, boulimie, abus de drogue, décrochage scolaire, suicide etc. » (Jean-Pierre Gagnon, Égalité ou féminisation?, 15 déc. 2004)[2]

Que voulez-vous nous faire comprendre par cette citation? Dans ce document, vous dénoncez les groupes féministes et leur attribuez tous les maux de notre société Québécoise. Votre argumentation est truffée de préjugés à l'égard des femmes. Vous tenez des propos misogynes et homophobe qu'on ne peut tolérer.

Tout d'abord, je ne crois pas que la boulimie et l'anorexie soients à cause du divorce revendiqué par les femmes. Ce ne sont pas les femmes qui exigent aux jeunes filles d'être minces et bien formées, mais les hommes. Si on prend en exemple les chanteuses populaires qui sont en même temps des modèles pour les jeunes filles (des modèles plutôt néfastes), croyez-vous que ces chanteuses seraient aussi populaires si elles n'étaient pas minces et belles? Croyez-vous qu'une grosse toutoune peut réussir dans la pop musique? C'est nous les hommes qui exigeons ce standard de beauté des jeunes filles. Face à cette pression sociale, certaines ne voient d'autre solution que de se faire vomir. Pour ce qui est du décrochage scolaire, je ne crois pas qu'au temps de Duplessis, l'éducation était en bien meilleure posture qu'aujourd'hui.

En plus, vous comparez la femme à une sorte de consommatrice excessive. Vous prenez comme exemple les magazines qui sont voués à la clientèle féminine qui ne tend que vers la consommation et le culte du corps. Et bien croyez-vous que les rédactrices de ces magazines sont féministes? Les hommes sont autant consommateurs que les femmes qui remplissent les revues destinées aux hommes ; ce n'est pas mieux. Comme par exemple, la revue Playboy ou Maxim, où la femme est considérée comme un objet sexuel. Même dans les revues sportives, on peut y voir des femmes en petites tenues pour que les lecteurs puissent se rincer l'œil. La consommation n'a aucun rapport avec le genre, mais c'est tout simplement un fléau qui s'est répandu dans notre société. Les féministes ne sont pas responsables de l'ascension du capitalisme véreux, mais la société en tant que telle.

Vos idées frôlent scandaleusement l'extrême droite religieuse, en surnommant (sic) même les relations homosexuelles étant pathologiques! Êtes-vous l'un de ceux qui croient encore que l'homosexualité est une maladie?! Jean Piaget a bien affirmé que peu importe le style de relations qu'engendrent les parents, l'enfant n'a besoin que d'amour. En plus, les homosexuels ne sont pas des pédophiles en puissance!!! Vous parlez constamment que ces enfants ont (sic) besoin d'un père, mais comment pouvez-vous expliquer le taux assez élevé de femmes étant obligées d'élever leurs enfants seules? Ah c'est vrai, ça doit être à cause que l'homme a été féminisé et qu'il est trop « moumoune » pour faire face à ses responsabilités!!! Puis, vous dénoncez l'avortement, comme étant pratiquement un génocide (30 000), approuvé par les féministes. Voulez-vous bien me dire à quoi ça sert de mettre un enfant au monde, quand l'on sait qu'il vivra dans une pauvreté éternelle? Les jeunes d'aujourd'hui sont de plus en plus confrontés à des problèmes sociaux importants, comme le crime organisé, le manque de logis, l'éducation qui sera bientôt inaccessible, etc. Le capitalisme prend de l'ampleur à un tel point, que la chance pour nous les jeunes de vivre une vie pleinement épanouissante est pratiquement nulle. Donc, l'avortement reste le choix de la jeune fille, car c'est son corps et elle-seule (elle) a le pouvoir de choisir. Choisir à sa place, c'est brimer sa liberté.

En lisant votre document, j'ai cru comprendre que vous favorisiez un retour au système patriarcal. Êtes-vous un fervent admirateur de Maurice Duplessis? Je crois dur comme fer(,) que la femme à cette époque, était bel et bien opprimée!! La preuve, elle n'avait pas le droit de vote. À cette époque, la femme devait obéir aux volontés de l'homme, c'était une relation (de) dominant-dominée (je tiens à préciser qu'ici, le dominant est (sic) l'homme!). Comment peut-on s'épanouir dans une telle relation autant (que) pour l'homme que pour la femme? Certes, l'homme et la femme vivent une crise(,) qui, bientôt, se terminera par une véritable égalité. Mais avec l'apparition des masculinistes, apportant avec eux leurs idées réactionnaires, la liberté de la femme est de nouveau en péril.

Malgré les grandes améliorations (qu'il y a eu) pour établir une égalité entre les deux sexes, la femme est toujours opprimée par l'homme. On a juste à penser à l'inégalité salariale. Un retour au patriarcat serait désastreux. La seule solution pour vivre dans une société libre, égalitaire et juste, c'est dans une société libertaire. Avec l'éradication complète de toute forme d'autorité, Dieu et l'État, sans oublier l'effondrement du capitalisme pourri, l'homme et la femme pourront vivre dans une société épanouissante. Ce n'est sûrement pas le patriarcat qui nous rendra plus heureux. (Je tiens à préciser que le système patriarcal doit disparaître.)

J'ai effectivement étudié Freud dans plusieurs de mes cours au gep, et oui, l'usage de drogue et d'alcool est une régression, mais de là à prétendre que cela est causé par un amour maternel exagéré, je crois que c'est de la foutaise!! La drogue est valorisée par les mass-média (vidéoclip, cinéma, etc.), alors je crois que si les jeunes en prennent, c'est qu'ils sont influencés par ces modèles. Après tout, bien des pères consomment de façon abusive devant leurs enfants et malgré tout cela, ça serait à cause d'un amour exagéré envers la mère? On ne peut pas accuser les féministes d'un tel problème, cette argumentation n'a juste pas de place dans ce débat.

Vive l'Anarchisme! Vive la Liberté! Fuck le patriarcat!

Cordialement vôtre,

Rémi Arsenault


[1] D'origine québécoise, Gérard Lévesque est professeur d'anglais au Japon. Il anime le Blogue antiféministe de Gérard.

[2] Jean-Pierre Gagnon, L'égalité entre les hommes et les femmes - Égalité ou féminisation, L'Après-Rupture © 2004, page 1. Document présenté à la Commission parlementaire sur l'égalité hommes-femmes.


Philo5...
                   ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?