Texte référence 2009

Le stress [1]

par François Gaudreau

Institut Teccart 1994

Approche médicale

Approche psychologique

Types de stress

Symptômes

Causes

Réactions face au stress

Faire face au stress

* * *

Approche médicale

D'abord, en médecine, le stress désigne des états contraires. D'une part, le stress est la réaction saine d'un organisme sollicité ; d'autre part, il est la manifestation d'alarme dénonçant une panne sérieuse dans les fonctions d'un ou plusieurs organes. Au 19e siècle, plus précisément en 1865, Claude Bernard, physiologiste français (Rhône, 1813 - Paris, 1878), démontra l'importance de maintenir pour l'organisme une stabilité dans son milieu interne et ce, quelles que soient les agressions de 1'environnement. Sans cette stabilité ou autorégulation, le système encourt de grands dangers allant de la maladie à la mort.

Puis, environ 60 années plus tard, le neurophysiologiste américain Walter Bradford Cannon (1871-1945) amena la notion d'homéostasie, déjà entrevue par Claude Bernard, désignant la tendance générale de l'organisme au rétablissement de l'équilibre.

Par la suite, Hans Selye, physiologiste canadien d'origine autrichienne (Vienne 1907 - Montréal 1982), observe que, quelle que soit l'origine du stress, la réponse de l'organisme demeure toujours la même. Il appelle cette réponse non spécifique le « syndrome général d'adaptation ». Selon lui, cette réponse se déroule en trois phases : la réaction d'alarme mobilise l'organisme ; la réaction d'adaptation organise les défenses de façon durable ; et la phase d'épuisement, au cours de laquelle les mécanismes de protection s'effondrent.

Approche psychologique

Le grand mérite de Hans Selye fut d'introduire les recherches sur le stress dans le domaine de la psychologie. En psychologie, on parle de stress quand les demandes extérieures, réelles ou perçues comme telles, représentent une menace pour la paix intérieure d'un individu ou pour son intégrité physique et psychique.

Types de stress

Il existe trois types de stress : le stress négatif, le stress positif et le stress neutre ou nécessaire. Tout événement qui engendre des processus d'adaptation est source de stress. Selon les différentes capacités d'absorption d'une personne, on parlera de stress négatif ou stress positif. Par rapport à une même tension, une personne qui est en harmonie avec elle-même verra le stress comme une source de performance ; alors que, chez une personne qui n'a pas cette harmonie, le stress provoquera un déséquilibre.

Le stress négatif

Sans être nécessairement pathologique, le mauvais stress est l'échec, la peine ou tout événement qui place l'individu en déséquilibre ou qui provoque de la douleur.

Le stress positif

C'est le bon stress ou « eustress » ou ce qui fait plaisir, la joie, la réussite, l'amour, etc. Le bon stress provoque les mêmes réactions physiologiques que le mauvais stress ou que la détresse (rythme cardiaque plus rapide, mains moites, pupilles dilatées, respiration accélérée), mais la sensation qu'il procure est agréable.

Le stress neutre ou nécessaire

L'être humain a besoin de stress pour avancer. Une absence totale de stress signifie la mort. Et à l'inverse, une surstimulation peut mettre fin à une existence, physiquement et professionnellement. Un niveau excessif ou une diminution de stress agit sur le rendement de la personne au travail.

La diminution de stress au travail provoque l'ennui, la frustration et l'insatisfaction. Au contraire, la surcharge de stress conduit à l'épuisement, à une baisse de 1'estime de soi ; l'individu se rend compte, à un moment donné, qu'il a dépassé ses limites personnelles. Entre ses deux extrêmes, il existe un niveau optimal de stress dont la présence stimule la créativité, invite au progrès, au changement : il procure alors de la satisfaction.

Symptômes

Comment pouvons-nous reconnaître les symptômes d'un stress excessif occasionné par le travail? Leur liste est plutôt longue :

Physiques :

Mains froides, bouche sèche, indigestion, fatigue, tension sanguine élevée, migraines, constipation, maux de dos, palpitations, respiration difficile, muscles tendus, ulcères, brûlure d'estomac...

Comportementaux :

Insomnie, excès ou manque d'appétit, abus d'alcool, de tabac ou de drogues, témérité, dénigrement chronique, isolement, dépenses excessives, envies inexplicables, perte de contrôle ou emportement, inaptitude à se concentrer ou à se détendre, baisse de la libido...

Émotionnels :

Anxiété, peur de l'échec ou autres peurs, désespoir, angoisse chronique, faible estime de soi, dépression chronique, tristesse, impuissance devant l'obstacle, impression d'accablement impossible à dissiper, la persistance des préoccupations liées aux difficultés professionnelles, la nuit ou pendant la fin de semaine, le sentiment d'être pris au piège ou immobilisé sont autant d'indices révélant l'existence de problèmes sérieux de stress.

Si des mesures correctives ne sont pas prises, la personne peut sombrer dans une dépression. Au travail, cela se manifestera par certains signes tels que des actes impulsifs ou irrationnels de l'irritabilité, un tempérament colérique, des arrivées tardives et une tendance à éviter les collègues.

Causes

Le surmenage et les conflits de personnalité, en particulier avec les supérieurs, sont deux des causes de stress les plus fréquentes. Une accumulation excessive de responsabilités et les tâches considérées comme ennuyantes et répétitives peuvent engendrer des tensions tout aussi intenses que celles comportant l'exercice de responsabilités élevées (ex.: une chaîne de montage). Les changements technologiques constituent aussi une cause de stress pour de nombreux travailleurs, en particulier ceux qui, en raison de leur âge avancé, considèrent que leurs efforts passés leur donnent le droit d'occuper leur place dans le système. Parfois, nous ressentons du stress dans notre métier parce que nous ne sommes pas à la hauteur de notre tâche, souvent par le manque de formation lors d'une promotion ; ce phénomène s'appelle le Principe de Peter [2].

Le chômage constitue aussi une situation stressante parce qu'il affecte la sécurité financière et l'idée que l'individu se fait de lui-même, au niveau de son identité et de son amour propre.

Réactions face au stress

L'individu stressé peut choisir de...

  1. Parler aux autres, exprimer ses griefs, faire part de ses problèmes, sans prendre de mesures directes pour remédier à la situation ;

  2. Travailler plus longtemps et avec plus d'assiduité pour essayer d'accomplir, coûte que coûte, son surcroît de travail ;

  3. S'adonner à une activité récréative qui absorbe toute son attention et lui permet de se détendre pour que les heures au travail puissent être aussi productive que possible ;

  4. Se dérober physiquement en démissionnant, en cherchant un autre travail ou en réduisant le temps et les efforts qu'il est disposé à consacrer à son travail ;

  5. Analyser la situation, réviser les stratégies et chercher le moyen de changer les choses.

Laquelle est la plus raisonnable?

C'est l'option numéro cinq. Il est important de prendre la situation en main, cela donne une grande satisfaction de soi. Mais, il faut se souvenir qu'il n'existe pas de solutions instantanées ou miraculeuses aux difficultés causées par le stress au travail.

Faire face au stress

Cependant, nous disposons de toute une série de moyens pour faire face au stress lié aux problèmes professionnels, et d'en atténuer ses effets.

  1. Prenez votre situation en main. Établissez ou modifiez l'ordre de vos priorités. Réglez les choses les plus importantes et les plus difficiles. Organisez votre emploi du temps.

  2. Faites preuve de réalisme quant à ce que vous pouvez changer. Ne vous condamnez pas vous-même à la déception et à l'échec. Faites ce qui est dans la mesure de vos moyens. Acceptez le reste tel quel.

  3. Faites une chose à la fois. Divisez chaque projet en plusieurs phases pouvant être exécutées sans effort excessif. Déterminez la première phase à accomplir; puis, passez à l'action. Cela va mieux? Vous êtes prêt à aborder l'étape suivante.

  4. Soyez honnête avec vos collègues et votre patron. Montrez clairement que vous vous trouvez dans une impasse. Il est fort possible que d'autres se trouvent dans la même situation. Ne vous contentez pas de vous plaindre; adoptez une attitude positive et faites des suggestions pratiques sur les possibilités d'améliorer la situation.

  5. Acceptez 1'aide de votre employeur. De nombreuses compagnies aident leurs employés à combattre les effets du stress en organisant des cliniques. Ces cliniques montrent comment améliorer le régime alimentaire, à réduire la consommation de tabac et d'alcool en établissant des programmes de conditionnement physique et en fournissant des services conseils sur les problèmes personnels.

  6. Ralentissez. Apprenez à dire non. Renoncez aux activités qui ne sont pas nécessaires.

  7. Reconnaissez les signes annonciateurs. Apprenez à reconnaître les symptômes du stress lié aux problèmes professionnels et prenez des mesures correctives dès qu'ils semblent prendre des proportions excessives.

  8. Efforcez-vous de rester en bonne santé physique. Vous augmenterez ainsi votre tolérance au stress. Mangez bien et dormez bien. Réduisez, s'il y a lieu, votre consommation d'alcool et de tabac ; n'abusez ni des médicaments ni des drogues. Faites régulièrement des activités physiques.

  9. Apprenez à vous détendre. Trouvez-vous un sport ou un passe-temps qui vous plaise. Servez-vous de ce loisir pour vous assurer une transition entre le travail et votre vie familiale.

  10. Ne négligez pas votre vie privée. Préparez-vous un programme conçu pour accorder une part raisonnable de votre temps à votre vie personnelle. Efforcez-vous de ne pas vous en écarter.

  11. Envisagez un changement d'emploi (si cela est possible) Cette option, bien qu'elle ne doive être considérée qu'en dernier recours, n'en constitue pas moins une autre possibilité de résoudre vos problèmes. Si, pour des raisons financières, vous devez renoncer à cette alternative, essayez alors de vous concentrer davantage sur votre vie personnelle. Si votre vie familiale est riche en satisfaction, qu'elle est stimulante et productive, elle vous permettra d'atténuer un peu les frustrations ressenties sur le lieu de travail.

  12. Tournez-vous vers l'extérieur pour obtenir de l'aide. Le fait de chercher de 1'aide, lorsque les circonstances le justifient, constitue un autre moyen de faire face aux problèmes de la vie professionnelle. C'est un signe de force, une façon de prouver que vous vous connaissez vous-même. Ceci n'est pas une marque de faiblesse.

Techniques de relaxation à la portée de tous :

  1. La respiration naturelle :

    •  Inspirez par le nez.

    •  Expirez complètement en appuyant sur votre diaphragme.

    •  Prenez la respiration suivante automatiquement à mesure que remonte votre diaphragme.

    •  Comptez de 10 à 1 entre chaque respiration. La respiration est l'une des techniques de relaxation les plus accessibles et les plus efficaces.

  2. L'imagerie :

L'imagerie est la faculté de se représenter, consciemment, des scènes ou des événements. Le fait d'imaginer une scène paisible peut ainsi aider à abaisser la pression sanguine, à faciliter la respiration et à réduire la douleur.

  1. L'activité physique :

Lorsque vous vous sentez nerveux ou irrité, faites de l'exercice ou une activité physique pour vous détendre. La fatigue physique vous détendra 1'esprit et le corps.


[1] François Gaudreau, Notes de l'atelier Connaître la profession de TECHNOLOGUE, Institut Teccart, 1994.

[2] Laurence J. Peter et Raymond Hull, Le principe de Peter, Éditions Stock © 1969, p.23. « Chaque employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence. »


Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?