040313

Invasion des e-barbares [1]
(English version )

par Josh Freed

The Gazette © 13 mars 2004

Je suis sujet à des attaques continuelles de virus et je ne sais pas combien de temps je survivrai. Ce sont des virus d'ordinateur, le dernier fléau de ma vie électronique. Les cinq derniers jours, j'ai survécu à plus de 200 attaques variées, toutes tentant de pénétrer et de détruire le cerveau de mon PC. Elles sont habituellement déguisées en courriels présentant des titres inoffensifs tels que « Au sujet de votre demande de facturation, Josh » ou « Bonjour! de Charlie » ou encore « Message de Vidéotron, à lire SVP ».

La seule chose qui me préserve de la mort électronique est un instrument « d'alerte antivirus » qui m'affiche continuellement à l'écran d'effrayants messages d'avertissement, comme : « Virus mortel. Voulez-vous mettre en quarantaine et détruire les fichiers infectés maintenant? »

Je clique sur « oui » et je retiens mon souffle pendant que les forces du bien et du mal luttent comme dans une version domestique du Seigneur des anneaux.

L'assaut sur mon château électronique n'est qu'un rappel de plus que la communication moderne est une épée à deux tranchants, et plus nous communiquons, moins notre vie privée est protégée. Le village global est devenu une passoire globale.

Quand ce ne sont pas les virus électroniques qui m'attaquent, je suis inondé de pourriels par douzaines chaque jour qui m'offrent les habituelles merveilles de l'Internet.

Il y a les « Tétines bandées brûlantes » ou des images de « Filles russes XXX très chaudes ». Je reçois des centaines d'offres pour une chirurgie de « Perfectionnement de pénis », avec des titres comme « Un cheval fera pitié à côté de vous ».

Les principaux fournisseurs Internet des États-Unis comme Yahoo! se sont récemment plaint que les utilisateurs d'Internet reçoivent maintenant plus de 2 trillions de messages orduriers par année – et je pense que j'en reçois environ la moitié. Je reçois des pubs interminables qui éclatent à l'écran, promettant de m'aider à me débarrasser des « désagréables publicités intempestives » seulement si j'achète leur incroyable « destructeur de pub intempestives ». C'est une version électronique de protection de la Mafia où vous payez des criminels pour ne pas vous nuire.

Ou alors il y a les réclamations innombrables que j'obtiens des Africains autrefois riches, et qui ressemblent à de ceci : « Cher Monsieur : J'agonise d'un cancer d'œsophage et j'ai un besoin urgent de $1,800,000 pour une chirurgie complexe. Si je survis, ceci me permettra de reprendre les $95 millions en lingots d'or que mon père a enterré dans la jungle avant sa mort, et vous serez récompensé généreusement. SVP, envoyez votre généreuse contribution maintenant. QUE DIEU VOUS BÉNISSE! »

Dernièrement, mes e-ennemis ont même pris la commande de ma ligne de fax qui crache constamment des offres en 24 pages pour quelque chose comme des conférences d'affaires de GetRichNow Business Seminars. J'ai débranché ma machine définitivement parce que je n'en ai plus vraiment l'usage. Elle leur appartient, et je suis fatigué de payer leurs factures de papier de fax.

Que peut-on faire? Nous vivons dans un monde où nous pouvons nous relier à n'importe qui, n'importe où, mais en contrepartie, tous peuvent aussi nous atteindre.

La communication est une route bidirectionnelle qui vient avec ses propres bandits de grands chemins, désireux de vous envoyer leurs projets, arnaques et virus.

Comme tout le monde, je voudrais voir de nouvelles lois canadiennes pourfendant ces vandales du XXIe siècle, ou au moins, une version électronique du *69 téléphonique qui vous permet de rappeler votre harceleur. Ainsi, nous pourrions renvoyer tous les trillions de courriels aux nouveaux e-barbares d'où ils proviennent, et les laisser s'effrayer à leur tour de leurs « Alerte de virus ».

En attendant, pendant que les virus envahissent de plus en plus ma maison au fil des heures, je me demande où mes e-vandales frapperont-ils ensuite?

Je vis dans la crainte du premier « Virus de messages téléphoniques » qui effacera tous mes autres messages, ou qui les embrouillera de telle sorte que la voix de ma mère offrira de me vendre des « Get Rich Seminars ».

Aurai-je un « Virus de boîte aux lettres » où une lettre pourra contaminer mes autres lettres, puis, se répandre dans mes livres et journaux?

Ou un virus à la télévision, où un programme en infecte un autre? : En regardant « Virginie », apparaîtra soudainement le Premier Ministre et son personnel abattu par des truands dans une filière italienne, parce que quelqu'un a électroniquement substitué les fins avec Les Sopranos.

Ma plus grande crainte est qu'un e-virus parvienne à se propager des ordinateurs aux gens, comme ce récent poulet asiatique dont la grippe a sauté des poulets aux humains. Après deux heures sur l'Internet, je commencerai soudainement à parler à mon épouse en langage d'ordinateur, et lui dirai des choses comme : « FYI, chérie, au sujet de notre LOL causerie sur le détergent, tu es interrompue. C'est une - ERREUR FATALE. ERREUR FATALE. ALERTE DE VIRUS! »  Et elle devra me mettre en quarantaine dans le sous-sol jusqu'à ce qu'un spécialiste puisse me déboguer.

En attendant, dans votre intérêt, je m'arrête ici. Je viens de recevoir un courriel de quelqu'un appelé « Psychopathe-Sadie » et mon alerte de virus s'est remise à clignoter. Alors, débarrassez-vous du journal maintenant avant d'être contaminé.


[1] Traduction F. Brooks.


Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?