1955

La valeur de la science [1]

by Richard Feynman

W. W. Norton & Co. © 2001

 

Épilogue - Préface

La valeur de la science - The Value of Science

* * *

Epilogue - Preface

When I was younger, I thought science would make good things for everybody. It was obviously useful; it was good. During the war I worked on the atomic bomb. This result of science was obviously a very serious matter: It represented the destruction of people.

After the war I was very worried about the bomb. I didn't know what the future was going to look like, and I certainly wasn't anywhere near sure that we would last until now. Therefore one question was: is there some evil involved in science?

Put another way, what is the value of the science I had dedicated myself to—the thing I loved—when I saw what terrible things it could do? It was a question I had to answer.

"The Value of Science" is a kind of report, if you will on many of the thoughts that came to me when I tried to answer that question.

Richard Feynman

The Value of Science

From time to time people suggest to me that scientists ought to give more consideration to social problems — especially that they should be more responsible in considering the impact of science on society. It seems to be generally believed that if the scientists would only look at these very difficult social problems and not spend so much time fooling with less vital scientific ones, great success would come of it.

It seems to me that we do think about these problems from time to time, but we don't put a full-time effort into them — the reasons being that we know we don't have any magic formula for solving social problems, that social problems are very much harder than scientific ones, and that we usually don't get anywhere when we do think about them.

 I believe that a scientist looking at nonscientific problems is just as dumb as the next guy — and when he talks about a nonscientific matter, he sounds as naive as anyone untrained in the matter. Since the question of the value of science is not a scientific subject, this talk is dedicated to proving my point — by example.

The first way in which science is of value is familiar to everyone. It is that scientific knowledge enables us to do all kinds of things and to make all kinds of things. Of course if we make good things, it is not only to the credit of science; it is also to the credit of the moral choice which led us to good work. Scientific knowledge is an enabling power to do either good or bad — but it does not carry instructions on how to use it. Such power has evident value — even though the power may be negated by what one does with it.

I learned a way of expressing this common human problem on a trip to Honolulu. In a Buddhist temple there, the man in charge explained a little bit about the Buddhist religion for tourists, and then ended his talk by telling them he had something to say to them that they would never forget — and I have never forgotten it. It was a proverb of the Buddhist religion:

To every man is given the key to the gates of heaven; the same key opens the gates of hell.

What then, is the value of the key to heaven? It is true that if we lack clear instructions that enable us to determine which is the gate to heaven and which the gate to hell, the key may be a dangerous object to use.

But the key obviously has value: how can we enter heaven without it?

Instructions would be of no value without the key. So it is evident that, in spite of the fact that it could produce enormous horror in the world, science is of value because it can produce something.

Another value of science is the fun called intellectual enjoyment which some people get from reading and learning and thinking about it, and which others get from working in it. This is an important point, one which is not considered enough by those who tell us it is our social responsibility to reflect on the impact of science on society.

Is this mere personal enjoyment of value to society as a whole? No! But it is also a responsibility to consider the aim of society itself. Is it to arrange matters so that people can enjoy things? If so, then the enjoyment of science is as important as anything else.

But I would like not to underestimate the value of the world view which is the results of scientific effort. We have been led to imagine all sorts of things infinitely more marvelous than the imaginings of poets and dreamers of the past. It shows that the imagination of nature is far, far greater than the imagination of man. For instance, how much more remarkable it is for us all to be stuck — half of us upside down — by a mysterious attraction to a spinning ball that has been swinging in space for billions of years than to be carried on the back of an elephant supported on a tortoise swimming in a bottomless sea.

I have thought about these things so many times alone that I hope you will excuse me if I remind you of this type of thought that I am sure many of you have had, which no one could ever have had in the past because people then didn't have the information we have about the world today.

For instance, I stand at the seashore, alone, and start to think.

There are the rushing waves
mountains of molecules
each stupidly minding its own business
trillions apart
yet forming white surf in unison.

Ages on ages
before any eyes could see
year after year
thunderously pounding the shore as now.
For whom, for what?
On a dead planet
with no life to entertain.

Never at rest
tortured by energy
wasted prodigiously by the sun
poured into space
A mite makes the sea roar.

Deep in the sea
all molecules repeat
the patterns of one another
till complex new ones are formed.
They make others like themselves
and a new dance starts.

Growing in size and complexity
living things
masses of atoms
DNA, protein
dancing a pattern ever more intricate.

Out of the cradle
onto dry land
here it is
standing:
atoms with consciousness;
matter with curiosity.

Stands at the sea,
wonders at wondering: I
a universe of atoms
an atom in the universe.

The same thrill, the same awe and mystery, comes again and again when we look at any question deeply enough. With more knowledge comes a deeper, more wonderful mystery, luring one on to penetrate deeper still. Never concerned that the answer may prove disappointing, with pleasure and confidence we turn over each new stone to find unimagined strangeness leading on to more wonderful questions and mysteries — certainly a grand adventure!

It is true that few unscientific people have this particular type of religious experience. Our poets do not write about it; our artists do not try to portray this remarkable thing. I don't know why. Is no one inspired by our present picture of the universe? This value of science remains unsung by singers: you are reduced to hearing not a song or poem, but an evening lecture about it. This is not yet a scientific age.

Perhaps one of the reasons for this silence is that you have to know how to read the music. For instance, the scientific article may say, "The radioactive phosphorus content of the cerebrum of the rat decreases to one-half in a period of two weeks." Now what does that mean?

It means that phosphorous that is in the brain of a rat — and also in mine, and yours — is not the same phosphorus as it was two weeks ago. It means the atoms that are in the brain are being replaced: the ones that were there before have gone away.

So what is this mind of ours: what are these atoms with consciousness? Last week's potatoes! They now can remember what was going on in my mind a year ago — a mind which has long ago been replaced.

To note that the thing I call my individuality is only a pattern or dance, that is what it means when one discovers how long it takes for the atoms of the brain to be replaced by other atoms. The atoms come into my brain, dance a dance, and then go out — there are always new atoms, but always doing the same dance, remembering what the dance was yesterday.

When we read about this in the newspaper, it says "Scientists say this discovery may have importance in the search for a cure for cancer." The paper is only interested in the use of the idea, not the idea itself. Hardly anyone can understand the importance of an idea, it is so remarkable. Except that, possibly, some children catch on. And when a child catches on to an idea like that, we have a scientist. It is too late [2] for them to get the spirit when they are in our universities, so we must attempt to explain these ideas to children.

I would now like to turn to a third value that science has. It is a little less direct, but not much. The scientist has a lot of experience with ignorance and doubt and uncertainty, and this experience is of very great importance, I think. When a scientist doesn't know the answer to a problem, he is ignorant. When he has a hunch as to what the result is, he is uncertain. And when he is pretty darn sure of what the result is going to be, he is still in some doubt. We have found it of paramount importance that in order to progress we must recognize our ignorance and leave room for doubt. Scientific knowledge is a body of statements of varying degrees of certainty — some most unsure, some nearly sure, but none absolutely certain.

Now, we scientists are used to this, and we take it for granted that it is perfectly consistent to be unsure, that it is possible to live and not know. But I don't know whether everyone realizes this is true. Our freedom to doubt was born out of a struggle against authority in the early days of science. It was a very deep and strong struggle: permit us to question — to doubt — to not be sure. I think that it is important that we do not forget this struggle and thus perhaps lose what we have gained. Herein lies a responsibility to society.

We are all sad when we think of the wondrous potentialities human beings seem to have, as contrasted with their small accomplishments. Again and again people have thought that we could do much better. Those of the past saw in the nightmare of their times a dream for the future. We, of their future, see that their dreams, in certain ways surpassed, have in many ways remained dreams. The hopes for the future today are, in good share, those of yesterday.

It was once thought that the possibilities people had were not developed because most of the people were ignorant. With universal education, could all men be Voltaires? Bad can be taught at least as efficiently as good. Education is a strong force, but for either good or evil.

Communications between nations must promote understanding — so went another dream. But the machines of communication can be manipulated. What is communicated can be truth or lie. Communication is a strong force, but also for either good or evil.

The applied sciences should free men of material problems at least. Medicine controls diseases. And the record here seems all to the good. Yet there are some patiently working today to create great plagues and poisons for use in warfare tomorrow.

Nearly everyone dislikes war. Our dream today is peace. In peace, man can develop best the enormous possibilities he seems to have. But maybe future men will find that peace, too, can be good and bad. Perhaps peaceful men will drink out of boredom. Then perhaps drink will become the great problem which seems to keep man from getting all he thinks he should out of his abilities.

Clearly, peace is a great force — as are sobriety, material power, communication, education, honesty, and the ideals of many dreamers. We have more of these forces to control than did the ancients. And maybe we are doing a little better than most of them could do. But what we ought to be able to do seems gigantic compared with our confused accomplishments.

Why is this? Why can't we conquer ourselves?

Because we find that even great forces and abilities do not seem to carry with them clear instructions on how to use them. As an example, the great accumulation of understanding as to how the physical world behaves only convinces one that this behavior seems to have a kind of meaninglessness. The sciences do not directly teach good and bad.

Through all ages of our past, people have tried to fathom the meaning of life. They have realized that if some direction or meaning could be given to our actions, great human forces would be unleashed. So very many answers have been given to the question of the meaning of it all. But the answers have been of all different sorts, and the proponents of one answer have looked with horror at the actions of the believers in another — horror, because from a disagreeing point of view all the great potentialities of the race are channeled into a false and confining blind alley. In fact, it is from the history of the enormous monstrosities created by false belief that philosophers have realized the apparently infinite and wondrous capacities of human beings. The dream is to find the open channel.

What, then, is the meaning of it all? What can we say to dispel the mystery of existence?

If we take everything into account — not only what the ancients knew, but all of what we know today that they didn't know — then I think we must frankly admit that we do not know.

But, in admitting this, we have probably found the open channel.

This is not a new idea; this is the idea of the age of reason. This is the philosophy that guided the men who made the democracy that we live under. The idea that no one really knew how to run a government led to the idea that we should arrange a system by which new ideas could be developed, tried out, and tossed out if necessary, with more new ideas brought in — a trial-and-error system. This method was a result of the fact that science was already showing itself to be a successful venture at the end of the eighteenth century. Even then it was clear to socially minded people that the openness of possibilities was an opportunity, and that doubt and discussion were essential to progress into the unknown. If we want to solve a problem that we have never solved before, we must leave the door to the unknown ajar.

We are at the very beginning of time for the human race. It is not unreasonable that we grapple with problems. But there are tens of thousands of years in the future. Our responsibility is to do what we can, learn what we can, improve the solutions, and pass them on. It is our responsibility to leave the people of the future a free hand. In the impetuous youth of humanity, we can make grave errors that can stunt our growth for a long time. This we will do if we say we have the answers now, so young and ignorant as we are. If we suppress all discussion, all criticism, proclaiming "This is the answer, my friends; man is saved!" we will doom humanity for a long time to the chains of authority, confined to the limits of our present imagination. It has been done so many times before.

It is our responsibility as scientists, knowing the great progress which comes from a satisfactory philosophy of ignorance, the great progress which is the fruit of freedom of thought, to proclaim the value of this freedom; to teach how doubt is not to be feared but welcomed and discussed; and to demand this freedom as our duty to all coming generations.

Épilogue - Préface

Quand j'étais plus jeune, je pensais que la science ferait de bonnes choses pour tout le monde. Elle était évidemment utile ; elle était donc bonne. Pendant la guerre, j'ai travaillé sur la bombe atomique. Ce produit de la science déboucha évidemment sur une question très grave : la destruction de vies humaines.

Après la guerre, j'étais très inquiet au sujet de la bombe. Je ne savais pas de quoi l'avenir serait fait, et j'étais loin de penser que nous allions nous rendre jusqu'à aujourd'hui. Par conséquent, une question s'imposait : la science peut-elle impliquer le mal ?

En d'autres termes, quelle est la valeur de la science à laquelle je m'étais consacré — et que j'aimais — après avoir vu les choses terribles qu'elle pouvait faire ? Je devais répondre à cette question.

« La valeur de la science » est une sorte de rapport, si l'on veut, sur les nombreuses idées qui me sont venues lorsque j'ai essayé de répondre à cette question.

Richard Feynman

La valeur de la science

De temps en temps les gens me portent à croire que les scientifiques devraient accorder plus d'attention aux problèmes sociaux — en particulier, qu'ils devraient être plus responsables dans l'examen de l'impact des sciences sur la société. Il semble être généralement admis que si les scientifiques se penchaient sur les très difficiles problèmes sociaux plutôt que sur les problèmes scientifiques secondaires, il en résulterait un grand succès.

Il me semble que nous pensons effectivement à ces problèmes de temps à autre, mais nous n'y mettons pas un effort soutenu parce que nous savons que nous n'avons pas de formule magique pour résoudre les problèmes sociaux, que ces problèmes sont beaucoup plus dur que les problèmes scientifiques, et que lorsque nous le faisons nous aboutissons dans une impasse.

Je crois qu'un scientifique qui se penche sur les problèmes non scientifiques est tout aussi impuissant que n'importe qui — et quand il parle d'une question non-scientifique, il apparaît aussi naïf que ceux qui ne sont pas formés sur le sujet. Puisque la question de la valeur de la science n'est pas un sujet scientifique, cette conférence est consacrée à donner mon point de vue — en exemple.

La première valeur de la science est connue de tous. La connaissance scientifique nous permet de faire et de réaliser toutes sortes de choses. Bien sûr, si nous faisons de bonnes choses, ce n'est pas seulement au bénéfice de la science, c'est aussi au bénéfice du choix moral qui nous a conduits à un bon travail. La connaissance scientifique est un pouvoir de faire le bien ou le mal — mais elle ne contient pas les instructions sur la façon de l'utiliser. Ce pouvoir a une valeur évidente — même s'il peut être annulé par ce que l'on en fait.

Pendant un voyage à Honolulu, j'ai appris comment exprimer ce problème commun à l'humanité. Dans un temple bouddhiste, un guide expliquait aux touristes quelques rudiments sur la religion bouddhiste. Puis il a terminé en disant qu'il avait quelque chose à dire qu'ils n'oublieraient jamais — et je ne l'ai jamais oublié. C'était un proverbe bouddhiste :

Chaque homme reçoit la clé de la porte du paradis ; la même clé ouvre les portes de l'enfer.

Quelle est donc la valeur de la clé du paradis ? Si nous manquons d'instructions claires qui nous permettent de déterminer quelle est la porte du paradis et quelle est la porte de l'enfer, cette clé peut être un objet dangereux à utiliser.

Mais la clé a, de toute évidence, une valeur : comment pouvons-nous entrer au paradis sans elle ?

Les instructions n'auraient aucune valeur sans la clé. Il est donc évident qu'en dépit du fait qu'elle pourrait produire l'horreur monstrueuse dans le monde, la science a de la valeur parce qu'elle peut produire quelque chose.

Une autre valeur de la science est la jouissance intellectuelle de certains à lire, apprendre et réfléchir à son sujet, pour d'autres, à travailler sur elle. C'est un point important, souvent négligé par ceux qui nous disent qu'il est de notre responsabilité sociale de réfléchir sur l'impact des sciences sur la société.

Sa valeur pour la société dans son ensemble n'est-elle que la simple jouissance personnelle ? Non! Mais c'est aussi une responsabilité d'examiner le but de la société elle-même. Est-il question d'élaborer des sujets pour que les gens puissent jouir des choses ? Si oui, alors la jouissance de la science est aussi importante que toute autre chose.

Mais je ne voudrais pas sous-estimer la valeur de la vision du monde qui est le résultat de l'effort scientifique. Nous avons été amenés à imaginer toutes sortes de choses infiniment plus merveilleuses que l'imagination des poètes et des rêveurs du passé. Ceci montre que l'imagination de la nature va au-delà de l'imagination de l'homme. Par exemple, n'est-il pas plus remarquable pour nous tous d'être coincé — moitié d'entre nous la tête en bas — par l'attraction mystérieuse d'une balle en rotation qui se balance dans l'espace depuis des milliards d'années, que d'être porté sur le dos d'un éléphant pris en charge sur un groupe de tortues dans une mer sans fond.

J'ai pensé à ces choses si souvent par moi-même et j'espère que vous m'excuserez si je vous rappelle que ce type de pensée — dont je suis sûr que beaucoup d'entre vous ont eu — ne pourrait jamais avoir eu lieu dans le passé parce que les gens n'avaient alors aucune des informations dont nous disposons aujourd'hui.

Par exemple, debout, face à la mer, seul, je commence à réfléchir.

Les vagues se précipitent
montagnes de molécules
chacune bêtement préoccupée que d'elle-même
séparée en trillions
formant pourtant l'écume blanche à l'unisson.

Siècles des siècles
avant même que des yeux puissent les voir
année après année
heurtant bruyamment le rivage comme aujourd'hui.
Pour qui, pour quoi faire ?
Sur une planète morte
sans vie à divertir.

Jamais au repos
tourmenté par l'énergie
gaspillée prodigieusement par le soleil
versé dans l'espace
Un atome fait rugir la mer.

Au fond de la mer
toutes les molécules répètent le même motif
jusqu'à ce que de nouvelles complexes se forment.
Elles se reproduisent
et une nouvelle danse commence.

Grandissant en taille et en complexité
êtres vivants
masses d'atomes
ADN, protéines
dansant en motifs de plus en plus complexes.

Hors du berceau
sur la terre ferme
la voilà debout :
atomes avec la conscience ;
matière animée de curiosité.

Debout face à la mer,
merveille songeuse : moi
un univers d'atomes
atome dans l'univers.

Le même frisson, la même stupeur et mystère, vient encore et encore quand on regarde toute question assez profondément. Avec plus de connaissances s'approfondit le mystère le plus merveilleux, attirant vers une de pénétration encore plus profonde. Ne craignant jamais que la réponse se révèle décevante, avec plaisir et confiance nous retournons chaque pierre pour trouver d'inattendues étrangetés qui nous mènent à des questions et des mystères plus merveilleux encore — et certainement à une grande aventure !

Il est vrai que peu de non-scientifiques ont ce type particulier d'expérience religieuse. Nos poètes n'ont rien écrit à ce sujet, nos artistes ne cherchent pas à décrire cette chose remarquable. Pourquoi personne n'est inspiré par notre image actuelle de l'univers ? Cette valeur de la science reste méconnue des chanteurs : vous êtes réduits à n'entendre aucune chanson ou poème, sauf une conférence de soirée à ce sujet. Nous ne sommes pas encore à l'âge scientifique.

Peut-être l'une des raisons de ce silence est que vous devez savoir lire la musique. Par exemple, l'article scientifique peut dire : « La teneur en phosphore radioactif du cerveau du rat diminue de moitié dans un délai de deux semaines. » Maintenant, qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que le phosphore qui est dans le cerveau d'un rat — et aussi dans le mien, et le vôtre — n'est pas le même phosphore qu'il y a deux semaines. Cela signifie que les atomes qui sont dans le cerveau sont remplacés : ceux qui étaient là avant ont disparu.

Alors, de quel esprit sommes-nous faits : quels sont ces atomes dotés de conscience ? Les pommes de terre de la semaine dernière peuvent maintenant se souvenir de ce qui se passait dans mon esprit il y a un an — un esprit qui a depuis longtemps été remplacé.

À noter que la chose que j'appelle mon individualité n'est qu'un motif ou une danse ; voilà ce que cela signifie quand on découvre combien de temps il faut pour que les atomes du cerveau soient remplacés par d'autres atomes. Les atomes viennent dans mon cerveau, font une danse, puis en sortent — toujours remplacés par de nouveaux atomes, mais toujours ils font la même danse, se souvenant de la danse effectuée la veille.

Nous lisons à ce sujet dans le journal : « Les scientifiques disent que cette découverte peut avoir une importance dans la recherche d'un remède contre le cancer. » Le document s'intéresse seulement à l'utilisation de l'idée, non à l'idée elle-même. Presque personne ne peut comprendre l'importance d'une idée ; ceci est remarquable. Sauf que, éventuellement, un enfant va comprendre. Et quand un enfant comprend une idée pareille, un scientifique vient de naître. À l'université, il est trop tard [2] pour que leur esprit comprenne ; nous devons donc essayer d'expliquer ces idées aux enfants.

Je voudrais maintenant me tourner vers une troisième valeur que possède la science. Elle est un peu moins directe, mais pas beaucoup. Le scientifique a beaucoup d'expérience avec l'ignorance, le doute et l'incertitude, et je pense que cette expérience est d'une très grande importance. Quand un scientifique ne connaît pas la réponse à un problème, il est ignorant. Quand il a une intuition de ce que le résultat est, il est incertain. Et quand il est assez sûr de ce que le résultat va être, il est toujours dans le doute. Nous savons qu'il est de la plus haute importance, pour avancer, de reconnaître notre ignorance et de laisser place au doute. La connaissance scientifique est un ensemble de déclarations avec divers degrés de certitude — certains plus douteux, certains à peu près sûr, mais aucune certitude absolue.

Voilà notre utilité à nous, scientifiques,  et nous prenons pour acquis qu'il est parfaitement normal d'être incertain, qu'il est possible de vivre sans savoir. Mais je ne sais pas si tout le monde a cette certitude. Notre liberté de douter est née d'une lutte contre l'autorité aux premiers jours de la science. Ce fut une lutte ardente et vaste qui nous permit de questionner — de douter — de ne pas être certain. Je pense qu'il est important que nous n'oubliions pas cette lutte, ce qui peut-être nous ferait perdre nos acquis. C'est là que réside la responsabilité envers la société.

Nous sommes tous tristes quand nous pensons aux faibles réalisations en regard des potentialités merveilleuses que les êtres humains semblent posséder. Les gens ont sans cesse pensé que nous pourrions faire beaucoup mieux. Nos prédécesseurs ont vu dans le cauchemar de leur présent un rêve d'avenir. Nous, avons vu que leur futur, à certains égards dépassé, est aussi souvent resté un rêve. Les espoirs pour l'avenir aujourd'hui sont, en bonne partie, ceux d'hier.

On pensait autrefois que le peuple avait des possibilités non développées, car la plupart des gens étaient ignorants. Avec l'éducation universelle, tous les hommes pouvaient-ils être Voltaire ? Le mauvais peut être enseigné au moins aussi efficacement que le bon. L'éducation est une grande force, autant pour le bien que pour le mal.

La communication entre les nations devait promouvoir la compréhension — un autre rêve s'annonçait. Mais les moyens de communication peuvent être manipulés. Le contenu de la communication peut être vérité ou mensonge. La communication est une grande force, autant pour le bien que pour le mal.

Les sciences appliquées devraient au moins libérer l'homme des problèmes matériels ; la médecine, contrôler les maladies. Les données semblent ici tout à fait positives. Pourtant, il y en a qui travaillent aujourd'hui à créer de grands fléaux et des poisons en vue de guerres à venir.

Presque tout le monde déteste la guerre. Nous rêvons aujourd'hui à la paix. En temps de paix, l'homme peut développer d'énormes possibilités, et les meilleures. Mais peut-être qu'à l'avenir ils trouveront que la paix aussi peut être bonne ou mauvaise. Peut-être que des hommes pacifiques, envahis par l'ennui, seront portés à boire. Alors peut-être l'alcoolisme deviendra-t-il le grand problème qui empêche l'homme de réaliser tout son potentiel.

De toute évidence, la paix est une grande force — autant que la sobriété, la puissance matérielle, la communication, l'éducation, l'honnêteté, et les idéaux de nombreux rêveurs. Nous devons contrôler ces forces davantage que les Anciens n'avaient à le faire. Et peut-être faisons-nous un peu mieux que ce que la plupart d'entre eux pouvaient faire. Mais ce que nous devrions être en mesure de faire semble gigantesque par rapport à nos réalisations confuses.

Pourquoi est-ce ainsi ? Pourquoi notre quête de soi échoue-t-elle ?

Nous constatons que même de grandes forces et capacités ne semblent pas porter en elles des instructions claires sur la façon de les utiliser. Par exemple, la grande accumulation de connaissances sur la façon dont le monde physique se comporte ne convainc que celui pour qui le comportement est susceptible de contresens. Les sciences n'enseignent pas directement le bien et le mal.

De tout temps, les gens ont essayé de comprendre le sens de la vie. Ils ont réalisé que si une certaine orientation peut être donnée à ses actions, l'homme aurait entre les mains une immense puissance. Ainsi, de très nombreuses réponses ont été données à la question du sens de la vie. Mais les partisans d'une réponse ont vu avec horreur les actions de ceux qui croyaient dans une autre — horreur, parce que d'un point de vue discordant toutes les grandes potentialités de l'humanité sont confinées dans des ornières étroites. En fait, c'est par l'histoire des monstruosités créés par l'erreur que les philosophes ont pu réaliser le potentiel apparemment infini et merveilleux de l'humain. Le rêve est de trouver la voie.

Quel est donc le sens de la vie ? Que pouvons-nous dire pour dissiper le mystère de l'existence ?

Si nous prenons tout en compte — non seulement ce que les Anciens savaient, mais tout ce que nous savons aujourd'hui, et qu'ils ne savaient pas — alors je pense que nous devons admettre franchement notre ignorance.

Mais, en admettant cela, nous avons sans doute trouvé la voie.

Ceci n'est pas une idée nouvelle ; c'est l'idée de l'âge de raison. Telle est la philosophie qui a guidé les hommes qui ont instauré la démocratie sous laquelle nous vivons. L'idée que personne ne savait vraiment comment faire fonctionner un gouvernement a mené à l'idée que nous devrions organiser un système par lequel de nouvelles idées pourraient être développées, expérimentées, et rejetées si nécessaire, avec toujours plus de nouvelles idées proposées dans un procédé d'essai-erreur. Cette méthode scientifique montrait déjà son efficacité dès la fin du XVIIIe siècle. Dès lors, il était clair pour les gens socialement responsables que l'ouverture de possibilités créait des opportunités, et que le doute et la discussion sont essentiels au progrès. Si nous voulons résoudre un problème que nous n'avons jamais résolu avant, nous devons laisser une porte ouverte sur l'inconnu.

L'humanité est à ses tout débuts. Il n'est pas étonnant que nous soyons aux prises avec des problèmes. Mais il y a des dizaines de milliers d'années à venir. Notre responsabilité est de faire ce que nous pouvons, d'apprendre ce que nous pouvons, d'améliorer les solutions, et de les transmettre. Il est de notre responsabilité de laisser aux peuples de l'avenir une liberté d'action. Dans la jeunesse impétueuse de l'humanité, nous pouvons faire des erreurs graves qui peuvent retarder notre croissance pendant une longue période. C'est ce qui arrivera si nous prétendons avoir les réponses maintenant, jeunes et ignorants que nous sommes. Si l'on supprime toute discussion, toute critique, en proclamant « C'est la réponse, mes amis ! L'homme est sauvé ! » nous enchaînons l'humanité pour longtemps au joug de l'autorité, confinée dans les limites de notre imagination actuelle comme nous l'avons si souvent fait auparavant.

Il est de notre responsabilité, en tant que scientifiques, connaissant les grands progrès que génère la philosophie du questionnement, les grands progrès qui sont le fruit de la liberté de pensée, de proclamer la valeur de cette liberté à apprendre. Le doute n'est pas à craindre, mais accueilli et discuté, et la revendication de cette liberté est notre devoir envers toutes les générations à venir.

[1] Feynman, Richard P., The Value of Science (from What Do You Care What Other People Think?, W. W. Norton & Company © 1988, pages 239 to 248). A public address given at the 1955 autumn meeting of the National Academy of Sciences.
From
 : http://www.phys.washington.edu/users/vladi/phys216/Feynman.html (page viewed April 13th, 2011).
(Traduction F. B.)

[2] I would now say. "It is late—although not too late—for them to get the spirit..."

Philo5....
 ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?