050321

Se sentir bien vs. bien faire [1]
La définition du bonheur s'est transformée avec les époques

par Megan Easton

Magazine de l'Université de Toronto © 2005

Contrairement aux Nord-américains d'aujourd'hui, les anciens Grecs croyaient que la seule manière de parvenir au bonheur était de devenir une bonne personne ; ceci n'avait rien à voir avec « se sentir bien ».

Sur la conception du bien-être par les anciens, c'est Aristote qui en a brossé le tableau le plus complet. Il disait que le bonheur ne pouvait être atteint que par un comportement vertueux et une pensée rigoureuse. Le professeur Thomas Hurka, partage un point de vue semblable. Il affirme que la bonne vie consiste à poursuivre des buts qui on une valeur par eux-mêmes, même s'ils ne vous font pas sentir joyeux ni éprouver de plaisir. La connaissance de soi, l'accomplissement de soi et la vertu morale en sont des exemples. « Quelquefois, l'authentique connaissance de soi est pénible » nous dit Hurka, l'illustre professeur d'études philosophiques de Henry N.R. Jackman.

La doctrine des premiers chrétiens a intégré la notion de souffrance dans leur enseignement. Saint Augustin, théologien du IVe siècle, affirmait que le péché originel empêchait le bonheur parfait pendant la vie, mais que les dévots seraient récompensés après la mort. Les théoriciens de la Réforme pensaient que les plaisirs terrestres pouvaient être un signe de la grâce de Dieu ou une récompense pour un bon comportement en prémisse de joies plus grandes au paradis.

Une rupture radicale survint au XVIIe siècle avec le philosophe John Locke. Celui-ci avança que les bons sentiments étaient intrinsèquement bons parce que Dieu souhaite le bonheur de ses créatures. La bonne action fut désormais celle qui générait les sentiments les plus de plaisants. L'utilitarisme –  une philosophie florissante du XVIIIe siècle – étendit cette théorie à la vie publique. Elle prétendait que les gouvernements devaient juger de la valeur de leurs lois en déterminant lesquelles produisaient le plus grand bonheur au plus grand nombre. Le philosophe Anglais du XIXe siècle John Stuart Mill offrit une version raffinée de l'utilitarisme dans laquelle il distinguait les plaisirs de « haut rang » et ceux de « bas niveaux ». D'après lui, les satisfactions intellectuelles étaient supérieures aux délices purement physiques communs à tous les animaux.

L'idée que le bonheur appartient davantage au « bien se sentir » qu'au « bien agir » a ses défenseurs modernes. Wayne Summer, professeur de philosophie à l'Université de Toronto et partisan de l'utilitarisme, nous dit que le bonheur a deux composantes, une à court terme et l'autre à plus long terme. La première se caractérise par sa composante émotionnelle (se sentir accompli dans sa vie) ; la seconde par sa composante cognitive (juger que notre vie entière se déroule bien). Pour Wayne Summer, cette dernière manière d'être heureux est la part la plus importante d'une bonne vie.


[1] Paru sous le titre original de FEELING GOOD vs. DOING GOOD, The meaning of happiness has changed over time, Magazine de l'Université de Toronto, Printemps 2005 (traduction F. Brooks).
Source reproduite de : http://www.magazine.utoronto.ca/spring-2005/historial-views-of-happiness-aristotle-augustine-locke/ (page consultée le 8 janvier 2010).
Dans le cadre d'un dossier sur le bonheur. (Lien du dossier complet : http://www.magazine.utoronto.ca/spring-2005/).


Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?