Textes références

Eugénie Bastié

11 mai 2016

 

 

"Jamais les filles n'ont autant été
   traitées de putes et de salopes...
"

 

Soixante-dix ans après Simone de Beauvoir, la révolution féministe menée contre la domination masculine ne serait-elle pas achevée ? La conquête des droits politiques et sociaux est actée, le contrôle de la procréation acquis, le système de la parité imposé. Mais, telles les antiques Furies, les idéologues contemporaines s'acharnent à militer pour un avenir radieux dont elles nient qu'il soit déjà advenu. C'est pourquoi, prévient et explique Eugénie Bastié, le combat pour les femmes tourne à l'« isme » orwellien, revanchard et totalitaire.

Propos recueillis par Thomas Mahler, paru dans Le Point, 12 mai 2016.

Dans Adieu mademoiselle, vous ciblez le néo-féministe. Mais c'est quoi, ce néo-féminisme ?

C'est un féminisme à la fois groupusculaire et institutionnel, et qui dicte une doxa dans l'air du temps. Il impose une vision du monde. On l'a vu avec la suppression du mot « mademoiselle », la suppression du délai de réflexion pour l'avortement, les ABCD de l'inégalité qui ont échoué... On se détache de l'objet concret de la vie des femmes pour s'enferrer dans des luttes symboliques contre un patriarcat qu'on prétend déconstruire. Par ailleurs, je m'érige contre la notion même de « féminisme ». On pouvait très bien considérer que la condition ouvrière au XIXe siècle était abominable sans adhérer au marxisme, qui est une relecture de l'histoire sous le prisme de la lutte des classes. De même, on peut très bien considérer que la femme a été dominée dans certaines circonstances et certaines époques sans adhérer au prisme d'un féminisme qui consiste à relire toute l'histoire sous le paradigme d'un dominant-dominé. Je dénonce cette idée d'un patriarcat, autrement dit d'un complot millénaire des hommes contre les femmes.

« Vouloir que les femmes soient patrons du CAC 40 n’est pas forcément un épanouissement »

Vous vous en prenez à des « ayatollettes » qui « luttent sans relâche pour un monde déjà advenu ». Mais quid de l'égalité salariale ? Du harcèlement ? Les femmes sont par exemple ultra-minoritaires dans des professions aussi différentes que chef d'orchestre ou joueur d'échecs...

Mais l'horizon, c'est quoi ? L'égalité quantitative partout ? Pour moi, le féminisme en tant que combat politique, c'était la libération de la femme de sa sujétion domestique. Vous ne pouvez pas exiger du 50-50 partout. Je crois fondamentalement en une différence des sexes, qui se déploient de manière différente. Vouloir à tout prix que les femmes soient patrons du CAC 40 n'est pas forcément un épanouissement exceptionnel. Peut-être faudrait-il réfléchir au fait qu'une femme puisse apporter une vision autre de l'économie. Alors, oui, il subsiste des inégalités salariales. Mais ce palier incompressible que l'on observe dans toutes les études est principalement dû au fait que les femmes continuent à choisir le temps partiel plus que les hommes. Certains pensent que c'est subi. Moi, j'estime que c'est aussi choisi, parce que la femme a un rapport particulier aux enfants en bas âge et qu'elle veut continuer à s'en occuper, bien que trente ou quarante ans de propagande féministe leur aient dit de sortir du foyer.

Parce que les femmes font des enfants, elles n'auraient donc pas le droit à l'égalité salariale !?

Je dis simplement qu'il y a une différenciation fondamentale entre les hommes et les femmes, qui est le privilège exorbitant de la maternité. Cela introduit des différences dans la vie concrète des femmes. En effet, une femme est moins performante et moins disponible sur le marché du travail, parce qu'elle a des enfants. Du coup, beaucoup d'employeurs rechignent à les employer dans cette tranche d'âge. Ces différences systémiques sont dues à des différences de sexe. Soit on décide d'abolir cette différence et on dit aux femmes d'aller congeler leurs ovocytes pour pouvoir être aussi disponibles que les hommes, soit on essaye de réfléchir à une économie qui prenne plus en compte cette différence.

Et pourquoi l'homme ne pourrait-il pas s'occuper de sa progéniture ?

Parce que, de facto, la mère a plus envie de s'occuper de ses enfants. C'est une réalité dans toutes les enquêtes d'opinion. Aujourd'hui, encore un tiers des femmes voudraient être mères au foyer, parce qu'il y a un lien particulier entre la mère et l'enfant.

Vous vous moquez des féministes qui se battent pour modifier les noms des rues. Mais que seulement 4% des rues françaises portent des noms de femmes, ça ne vous choque pas ?

C'est l'idée d'imposer par le haut une réécriture de l'histoire sous un prisme moderne. Tant mieux si aujourd'hui elles réussissent suffisamment dans leur vie pour qu'on leur donne un nom de rue. Mais ce qui m'exaspère, c'est l'idée d'exhumer des femmes parfois inconnues dans l'histoire pour en faire des icônes rétroactives. Et puis, il me semble qu'il y a d'autres priorités. Est-ce que ça va changer concrètement la vie des femmes ? Permettez-moi d'en douter...

« Les Femen ? Du féminisme spectaculaire soixante-huitard »

Que pensez-vous des Femen ?

C'est un revival du féminisme spectaculaire soixante-huitard. Elles ont débarqué des pays de l'Est où il y a eu un décalage historique, puisque la révolution sexuelle et le libéralisme sont arrivés beaucoup plus tard. Du coup, elles sont complètement décalées et outrancières quand elles miment un avortement dans l'église de la Madeleine, alors que ça fait quarante ans que l'avortement est légal en France. Mais je leur reconnais une certaine forme, non pas d'honnêteté intellectuelle, mais de courage, comme à Caroline Fourest d'ailleurs, car elles englobent toutes les religions dans une universelle détestation. Elles ne font pas de tri entre les croyances comme le font certaines féministes...

Justement, comment voyez-vous la scission au sein du féminisme sur la question du voile ?

J'essaye de me tenir à distance de deux écueils. D'un côté, il y a une espèce d'universalisme laïque, un peu impérialiste, à la Badinter, qui se contente de mépriser le fait religieux en mésestimant l'importance de son retour. De l'autre, il y a le relativisme d'une certaine gauche qui se plaît dans une victimisation des musulmanes et les voit comme les nouvelles damnées de la Terre. Je pense qu'il faut prendre le voile au sérieux. Pourquoi, quarante ans après la révolution féministe, autant de femmes se saisissent d'un objet rétrograde ? Qu'est-ce que ça dit de notre société ? Je pense que certaines femmes musulmanes le font par choix, et que ce choix nous interroge. C'est un geste qui peut être pris du point de vue religieux, identitaire, ou alors de celui de la pudeur, qui est un rejet de l'ultra-libéralisme sexuel et d'une consommation du corps féminin. Le problème, c'est que plus on dira « le voile, c'est pas bien », plus elles s'en saisiront pour montrer leur opposition à la société française et toute volonté d'intégration. Je ne crois pas que ce soit la solution de sans cesse parler du voile.

Mais que fait-on alors ?

Il faut prendre le voile pour ce qu'il est. On peut le déplorer, mais on ne dévoilera pas les musulmanes. Cela ne va pas dé-islamiser les gens si on leur enlève le voile. Je suis ainsi opposée à l'interdiction du voile à l'université, car beaucoup de femmes voilées, en fréquentant le savoir, peuvent faire le geste de se dévoiler. Si on leur interdit, elles iront dans des universités islamiques et on les ghettoïse. Personne ne songerait d'ailleurs à interdire les femmes de ménage voilées dans les entreprises du CAC 40 qui viennent à 5 heures du matin... En revanche, je suis contre le voile à l'école, car elles sont trop jeunes. Je trouve ça triste que des femmes portent le voile, mais il faut être lucide sur ce que l'on peut faire. En le stigmatisant trop, on va en faire un symbole de révolte de plus en plus répandu.

Vous attaquez la désormais fameuse « idéologie du genre ». Mais quel mal y a-t-il à questionner les stéréotypes ? Surtout que vous confessez avoir été un garçon manqué dans une famille « d'indécrottables » catholiques et traditionalistes...

Ce qui me gêne, c'est que la déconstruction soit enseignée comme geste fondamental de tout savoir. Avant même d'engranger un savoir, on apprend aux enfants de primaire, comme avec les ABCD de l'égalité, le geste critique. Peut-être faudrait-il attendre la terminale. Derrière cette idéologie, on instrumentalise les sciences sociales à des fins politiques. On ne peut pas dire que Judith Butler soit juste une scientifique. Elle a un projet politique de société, avec une interchangeabilité des rôles masculins et féminins et la fin de l'hégémonie de l'hétérosexualité. Ce n'est pas neutre ! Enfin, on n'a pas attendu Judith Butler pour savoir qu'il existe des stéréotypes et des rôles sociaux. Tout est déjà décrit, par exemple dans Balzac, et en plus c'est merveilleusement bien écrit ! Ce qui me dérange, c'est que l'on doive impérativement passer du « c'est construit » au « il faut déconstruire ». Et les rapports hommes-femmes sont beaucoup plus complexes que la prétention objectivante des sciences sociales. Dans les familles les plus traditionalistes, les mères sont parfois très autoritaires et les pères complètement effacés. Or, on veut toujours ramener ça à un prisme de domination.

« On peut choisir jusqu’à son sexe. C’est l’application du libéralisme à la vie sociale »

Les « réacs » sont, selon vous, disqualifiés en étant traités de phobiques (homophobes, xénophobes...). Vous ironisez même sur une nouvelle phobie, la transphobie, vu que le trans serait devenu « la dernière icône de la pop culture »...

Il faut s'assurer que des personnes transsexuelles ne souffrent pas de leur identité. Mais dans la conquête absolue du progrès qui doit toujours trouver une nouvelle victime à libérer, il y a d'abord eu le noir américain, la femme, l'homosexuel, et maintenant le trans. Du coup, on nous présente le trans comme l'apôtre des temps nouveau, symbole d'une identité indéterminée et fluctuante.

En quoi cela vous gêne-t-il que l'on puisse se réinventer ?

C'est l'idée d'une indétermination totale de l'homme qui serait son propre créateur. On peut tout choisir, jusqu'à sa sexualité et son sexe. C'est l'application du libéralisme économique à toutes les strates de la vie sociale, y compris l'intimité la plus profonde. Ce qui n'est pas choisi n'a plus de validité. Cela créé une nouvelle norme extrêmement coercitive pour les individus.

Pourquoi des normes ? C'est plutôt une libération, non ?

Prenez la dictature des étiquettes extrêmement précises LGBTQ. On sort du placard pour entrer dans une case. On se libère des normes de la sexualité bourgeoise dominante, mais finalement on retrouve un communautarisme exacerbé dans ses codes. Ce ne sont pas des codes d'une culture sédimentée, mais d'une micro-communauté qui peuvent à mon avis être aussi très coercitifs pour l'individu. Ce n'est pas forcément une libération totale. C'est la tyrannie du choix individuel.

« 200 000 avortements quarante ans après la loi Veil, c’est un problème »

En parlant de choix, vous vous dites « pro-choix » en matière d'avortement. N'est-ce pas hypocrite ?

Ceux qu'on nomme les « pro-choix » n'en défendent en réalité qu'un seul, qui est celui de l'avortement. Personne ne défend l'aide à la grossesse aux mères en difficulté ou en état de précarité. Moi, je pense que l'avortement est un drame. 200 000 avortements quarante ans après la loi Veil, c'est un problème. Ne pourrait-on pas faire de la baisse des avortements un objectif de politique publique, en créant des alternatives pour les mères ?

Mais vous soutenez les programmes éduquant les jeunes à la contraception ?

C'est plus compliqué que ça. Trois IVG sur quatre concernent des femmes sous contraception. La « mentalité contraceptive » introduit l'idée que l'enfant est toujours un accident, un risque, une charge. Il faut construire une société où l'attente d'un enfant soit dédramatisée. C'est vers cela qu'il faut tendre. La généralisation de la contraception ne résoudra rien.

Vous en appelez les féministes à se dissocier de la cause homosexuelle. Pourquoi ?

Il y a eu une alliance de circonstances dans les années 1970 entre les homosexuels et les femmes contre le patriarcat. Mais aujourd'hui, on voit très bien que ça pose problème, notamment sur la GPA. Les couples homosexuels masculins qui la réclament veulent instrumentaliser le corps des femmes. Les intérêts sont très divergents. Plus profondément, Marie-Jo Bonnet, féministe lesbienne et qui a écrit Adieu les rebelles !, explique qu'il y a eu une prise de pouvoir, à l'intérieur du mouvement LGBT, des hommes sur les femmes. Or il y a une culture beaucoup plus libérale et consumériste chez les hommes. Cette historienne réintroduit ainsi la différence des sexes au sein de l'homosexualité.

Malgré le fait que l'on soit de plus en plus attentif aux stéréotypes sur les sexes, vous soulignez non sans justesse que les jouets n'ont jamais été si « genrés ». Comment l'expliquez-vous ?

Je suis effondrée quand je vais dans un magasin de jouets de voir du rose et du bleu. C'est moche et c'est du plastique. C'est tout le paradoxe : après 30 ou 40 ans de lutte féministe, jamais les jouets n'ont été aussi stéréotypés. Je regardais Bambi avec mes soeurs et mon frère. Aujourd'hui, c'est La Reine des neiges pour les filles, et Star Wars et les super-héros pour les garçons. Ça n'a jamais été aussi cloisonné. Parce que le marketing segmente le marché pour pouvoir deux fois plus plaire aux parents. Au lieu de vendre un vélo, ils en vendent un rose et un bleu. Le problème n'est pas le patriarcat, mais la marchandisation de l'enfant, ainsi qu'un marketing mondialisé. Ça m'a d'ailleurs amusé quand les féministes se sont plaintes que les rasoirs roses étaient deux fois plus chers que les rasoirs bleus. Mais il faut être stupide pour acheter un rasoir rose si c'est exactement la même chose !

« On est dans une machine médiatique dans laquelle la subtilité est difficilement audible »

Était-ce vraiment nécessaire d'écrire « les filles sont libres, oui [...]. Libres d'être livrées par leur petit ami à ses potes lors de tournantes qui sont cools » ? Sincèrement...

C'est peut-être un peu caricatural. Mais je me suis inspirée de la sexologue Thérèse Hargot, qui travaille en collège et qui a observé une résurgence de la femme objet, une hypersexualisation dès le plus jeune âge avec des filles de 12 ans qui font des fellations dans les toilettes pour un portable, et des petits garçons qui commencent le porno à 11 ans. C'est une réalité. Jamais les filles n'ont été autant traitées de « putes » et de « salopes » dans les cours de récré. Je ne suis pas sûre que ce soit très libérateur pour elles.

Comment réagissez-vous quand on vous range vous-même dans la case catho réac à serre-tête ?

Je suis aussi victime des stéréotypes ! Ce que j'essaye de faire, c'est de me battre contre le fait de vouloir mettre des gens dans des cases, que ce soit pour les diaboliser ou en faire des icônes. Mais on est dans une machine médiatique dans laquelle la subtilité est difficilement audible.

Jacques Attali vous a qualifiée de « petite Zemmour, en pire »...

Je suis en désaccord profond avec Éric Zemmour sur la question du féminisme. Lui a une vision donjuanesque du féminisme. Sa thèse sur la féminisation de la société me paraît fausse. Au contraire, il y a une désexualisation de la société. J'ai écrit un article dans Le Figaro hors-série sur Houellebecq et les femmes. Dans son oeuvre, on voit le contraire d'une féminisation. Il a exploré la prostitution, le tourisme sexuel, le libéralisme. Il décrit la disparition de la femme aimante, de la mère. Houellebecq raconte dans son oeuvre la perte du désir dans la société occidentale sous le couvert d'exacerbation de la sexualité et de libération des moeurs. À l'inverse, les sociétés plus puritaines, comme dans l'islam, sont des sociétés à la libido si exacerbée qu'il fallait une morale puritaine pour la canaliser. Dans Soumission, l'islam devient ainsi un moyen fantasmé pour réveiller le désir chez les Occidentaux. Après, pour en revenir à Éric Zemmour, il a permis, dans On n'est pas couché, d'offrir une parole à l'époque iconoclaste...

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?