Rire et s'attendrir 

060129

 

[1]

Aristote et Phyllis

[2] Le Lai d'Aristote, représenté sur un aquamanile (objet contenant de l'eau, et destiné au lavage des mains) en bronze de la fin du XIVe siècle. Au Moyen Âge, alors que les théories d'Aristote sortent tout juste d'un long oubli, circule un roman relatant un curieux épisode de la vie d'Aristote : Aristote reprochait à son élève Alexandre de délaisser ses études pour l'amour d'une courtisane, Phyllis. Celle-ci se vengea en séduisant le philosophe et en se promettant à lui s'il se laissait chevaucher par elle. Il céda, et Phyllis prévint alors Alexandre en chantant un lai d'amour [petit poème narratif]. Ce dernier ne manqua pas de se moquer de son maître...

[3] Le pouvoir de la femme sur l'homme, même s'il s'agit du plus grand des savants, sera représenté durant des siècles dans cette scène d'Aristote et Phyllis. La Sensualité assise sur la Sagesse, la soumet.

[1] Cl. Chantal Hémon, Musée départemental Dobrée, Conseil Général de Loire-Atlantique, Nantes
Éditions Dargaud © 1973

[2] Les génies de la science – Aristote, Pour la science © Trimestriel nov. 2005 – févr. 2006, p. 44.

[3] Jean Bor Errit Petersma & Jelle Kingma, Histoire universelle de la philosophie et des philosophes, Flammarion © 1997, p 188.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?