LES VRAIS PENSEURS 

Guy Sorman

Fayard © 1989

Friedrich von Hayek

1899 — 1992

Économiste britannique
né à Vienne

8. Libéralisme — Thatchérisme

Il a dirigé l'Institut de recherches sur les cycles économiques à Vienne jusqu'en 1930. Ensuite, il a été professeur à la London School of Economics et, en 1950, professeur à l'Université de Chicago. Grand théoricien du néo-libéralisme, prix Nobel d'économie 1974, il est le maître à penser de tous les libéraux modernes.

La supériorité de l'économie de marché, la privatisation, la liberté de choix dans l'école et le mode de protection sociale sont les thèmes favoris de l'oeuvre de Hayek.

La plupart des thèmes dont on trouve trace chez les libéraux français, comme dans le reaganisme ou le thatchérisme, ont leur source dans l'oeuvre de Hayek. C'est de Londres, en 1944, qu'il publie un pamphlet d'une incroyable audace : La route de la servitude. Dans ce texte, il accuse les gouvernements britannique et américain de verser dans le socialisme : sous prétexte de gagner la guerre, ils concentrent tous les moyens économiques dans les mains de l'État. Cette étatisation n'est pas nécessaire, écrit Hayek, et elle est perverse, car elle rapproche le régime politique des Alliés du modèle nazi qu'ils combattent.

Le libéralisme, dit Hayek, est la seule philosophie politique véritablement moderne, et c'est la seule compatible avec les sciences exactes. Elle converge avec les théories physiques, chimiques et biologiques les plus récentes, en particulier la science du chaos formalisée par Ilya Prigogine. Dans l'économie de marché comme dans la Nature, l'ordre naît du chaos : l'agencement spontané de millions de décisions et d'informations conduit non au désordre, mais à un ordre supérieur. Adam Smith, le premier, avait su pressentir cela dans La richesse des nations, il y a deux siècles.

Nul ne peut savoir, précise Hayek, comment planifier la croissance économique parce que nous n'en connaissons pas véritablement les mécanismes et que le marché met en jeu une quantité incalculable de décisions. Croire que le pouvoir politique est capable de se substituer au marché est une absurdité. Il faut donc s'en remettre au marché, à l'initiative individuelle. À l'inverse, le dirigisme ne peut fonctionner que dans une société minuscule où toutes les informations sont directement contrôlables. Le socialisme est avant tout une nostalgie de la société archaïque, de la solidarité tribale.

Là où l'initiative est libre, le progrès économique, social, culturel, politique, est toujours supérieur aux résultats obtenus par les sociétés planifiées et centralisées. Le libéralisme est donc scientifiquement supérieur au socialisme, et surtout au marxisme que Hayek qualifie de superstition. La plupart des intellectuels sont socialistes, ou plutôt « constructivistes », c'est-à-dire qu'ils croient que l'on peut refaire le monde à partir d'un projet de société théorique. Ce que Hayek met en cause, ce ne sont pas les intentions ou la moralité des socialistes, mais leurs erreurs scientifiques et leur « vanité fatale ». Selon Hayek, la supériorité historique et scientifique du libéralisme c'est la supériorité de l'ordre spontané sur l'ordre décrété. La famille ou l'économie de marché sont des produits de l'ordre spontané. Aucun intellectuel n'a décidé un jour de créer ces deux grandes institutions qui marchent bien. Elles sont fondées sur une morale. Cette morale, dit Hayek, n'est pas naturelle, parce que spontanément — par exemple — l'homme n'est pas tenté de respecter la propriété privée ou les contrats. C'est la sélection qui, en agissant sur le comportement moral, a fait apparaître, au cours des âges, que les peuples qui respectent la propriété et les contrats devenaient plus prospères ! Voilà pourquoi, selon Hayek, la société occidentale est devenue morale, et sans cette moralité fondamentale, le capitalisme ne pourrait exister.

Hayek n'apprécie parmi les chefs d'État que Margaret Thatcher — la seule libérale cohérente, selon lui.

La démocratie est devenue un fétiche : le dernier tabou sur lequel il est interdit de s'interroger. À l'origine, en démocratie, les pouvoirs de l'État, contrairement à ce qui se passe en monarchie, étaient limités par la Constitution et par la coutume. Mais nous avons glissé progressivement dans la démocratie illimitée : un gouvernement peut désormais tout faire sous prétexte qu'il est majoritaire. La majorité a remplacé la Loi. En réalité, derrière la « justice sociale », il y a simplement l'attente semée dans l'esprit des électeurs par la générosité des législateurs envers certains groupes. Les gouvernements sont devenus des institutions de bienfaisance exposées au chantage des intérêts organisés. Les hommes politiques cèdent d'autant plus volontiers que la distribution d'avantages permet d' « acheter » des partisans.

Dans ce système que l'on persiste à appeler « démocratique », l'homme n'est plus le représentant de l'intérêt général. Il est devenu le gestionnaire d'un fonds de commerce : l'opinion publique est un marché sur lequel les partis cherchent à « maximiser » leurs voix par la distribution de faveurs. D'ailleurs, note Hayek, les partis modernes se définissent désormais par les avantages particuliers qu'ils promettent, et non par les principes qu'ils défendent.

La démocratie, selon Hayek, est devenue immorale, injuste et tend à devenir « totalitaire ». Les citoyens, dans les sociétés occidentales, ont cessé d'être autonomes : ils sont comme drogués, dépendants des bienveillances de l'État. Cette perversion de la démocratie conduit à terme à l'appauvrissement général et au chômage.

La démocratie s'est pervertie parce que nous avons confondu idéal démocratique et tyrannie de la majorité. Pour retrouver l'idéal démocratique, il faut désormais imaginer une organisation nouvelle qui limitera le pouvoir du gouvernement. C'est ce que Hayek appelle la Démarchie : du grec demos, le peuple, et archein, l'autorité. Ce nouveau nom permettra de préserver l'idéal sans employer un terme souillé par un abus prolongé.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?