LES VRAIS PENSEURS 

Guy Sorman

Fayard © 1989

Edward Teller

1908 — 2003

Physicien américain
né à Budapest et d'origine juive

6. Guerre — Nucléaire

Il obtient son doctorat de physique nucléaire en 1930. Reconnu pour ses contributions à la théorie moléculaire, il sera un des pères de la bombe A et père de la bombe H. Il inspire la création, à Berkeley, du Livermore Laboratory pour la recherche thermonucléaire.

« La bombe d'Hiroshima nous a apporté 45 ans de paix. »

« On dit souvent que Hiroshima a changé le cours de l'Histoire. Ce qui l'a bouleversé, ce n'est pas l'arme nucléaire en elle-même, c'est le fait que les États-Unis furent le premier pays à en posséder une. Les États-Unis ne s'en sont pas servis pour dominer le monde, mais pour arrêter la guerre. Imaginez que notre équipe de Los Alamos ait été doublée par les Russes ou par le Allemands : la démocratie aurait aujourd'hui disparu de la surface de la terre ! »

Teller est de ceux qui ont fait surgir de sa boîte le génie atomique. Le regrette-t-il ? « Non. La recherche et la connaissance sont la pâte même de la civilisation occidentale. Il n'appartient pas aux savants d'interrompre les progrès de la connaissance. D'ailleurs, le savant n'est pas plus responsable que n'importe quel autre citoyen du bon ou du mauvais usage qui est fait de ses découvertes. » Mais, ajoute Teller, les savants ne sont pas moins responsables non plus. C'est pourquoi, malgré son âge, le physicien sillonne les États-Unis pour rallier l'opinion au bouclier antimissile. Le temps qu'il lui reste, il le consacre à rechercher des utilisations positives de la bombe H. Par exemple, pour détourner une météorite qui viendrait s'écraser sur notre planète...

« C'est une probabilité que nous devons envisager », explique Teller. Il y a des précédents. « Kimura nous a dit que les dinosaures ont probablement été victimes d'une météorite qui a indirectement entraîné une destruction de la végétation. Il a aussi attiré notre attention sur le caractère statistiquement inévitable de ces chutes de météorites. Il a raison, cela peut se produire, confirme Teller : les risques sont de 1 sur 100 000 au cours de notre existence, ce qui n'est pas négligeable. Les conséquences seraient plus graves que celles d'un conflit nucléaire. Mais nous pourrions l'éviter : il est possible de détourner une météorite. Nous la verrions foncer vers nous avec plusieurs années d'avance, et il suffirait de la dévier avec une bombe H bien ajustée. D'après mes calculs, le coût du projet serait de un milliard de dollars. Un investissement tout ce qu'il y a de plus raisonnable pour l'humanité... »

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?