CONTRÔLE SOCIAL 

Skinner (B. F.)

19041990

Psychologue américain

Béhaviorisme / Technologie du comportement

Comportementalisme / Environnementalisme

* CONDITIONNEMENT OPÉRANT *

La liberté et la dignité sont des valeurs mystificatrices ; l'esprit n'est qu'une fiction explicative.

Le comportement est déterminé par l'environnement ; les sentiments sont un résultat et non une cause.

Le conditionnement opérant provient d'un environnement dont les contingences agissent sur l'individu comme renforcement positif ou négatif du comportement.

La liberté est une illusion

La liberté est une illusion produite par une littérature dénonçant comme aversif le moindre indice de contrôle. Celle-ci a instillé l'idée qu'il fallait y échapper en déclarant tout contrôle comme mauvais. L'humain n'est pas attaché à la liberté, mais ne cherche qu'à échapper aux aspect aversifs de l'environnement.

L'environnement détermine le comportement

Dans un monde de facilité et de sécurité où les forces sauvages de la nature ont été maîtrisées, la bravoure, la loyauté et la dignité deviennent des sentiments difficile à démontrer. Nous admirons le plus souvent les gens par ignorance des véritables motifs qui les animent. L'humain autonome est une fiction dont il faut se détacher. C'est l'environnement qui détermine le comportement qui à son tour détermine les sentiments. Les pensées et les sentiments sont le résultat induit par le comportement, et non la cause de celui-ci. Et c'est l'environnement, aussi bien physique que social, qui détermine le comportement.

Aménagement et renforcement positif

Les renforcements positifs sont préférables aux renforcements négatifs. Il vaut mieux inciter les gens à un comportement désirable que les décourager par des menaces. On obtient ainsi leur collaboration volontairement en évitant de froisser leurs sentiments de liberté et dignité.

Si l'humain était libre, il serait responsable de son comportement, donc punissable ou louable. Mais les comportements arbitraires le sont du fait que l'on ignore les causes qui les déclenchent ; tout comportement individuel, qu'il soit répréhensible ou non, est causé par l'environnement. Certains comportements sont désirables, d'autres néfastes. Ils sont déterminés par les contingences inhérentes aux lieux où l'on habite. Il importe donc de les aménager au moyen de renforcements opérants qui vont agir sans coercition pour mettre en place les contingences appropriées en vue de favoriser les comportements recherchés. Façonner les milieux et les habitats, c'est induire les comportements. On peut bien sûr dormir dans le garage, bricoler dans le salon, manger dans la chambre à coucher, faire sa toilette dans la cuisine et lire dans la salle de bains ; mais l'aménagement standard de ces pièces a favorisé une utilisation beaucoup plus appropriée qui déterminera le comportement des gens sans éprouver le sentiment d'être lésé dans sa liberté ou dignité.

Conditionnement opérant vs pavlovien

Le conditionnement « répondant », ou pavlovien se distingue du conditionnement opérant en ce sens que le premier vise à induire un réflexe conditionné, machinal, qui impose le comportement sans tenir compte de la volonté de l'individu, et même contre son gré. Le conditionnement opérant ne cherche pas à agir directement sur la personne sans passer par sa volonté ; il crée seulement un environnement propice aux actions désirables et impropice aux actions indésirables. Par exemple dans les pénitenciers on ne met à la disposition des détenus que des ustensiles en plastique : couteaux et fourchettes ne peuvent servir d'armes. On crée ainsi un environnement sécuritaire, sans changer « l'essence personnelle » de l'individu. En sécurité routière, on réduit la possibilité d'accidents mortels sur les autoroutes en aménageant une aire de dérapage dans un large terre-plein central. Dans les magasins on décourage le vol à l'étalage au moyen de caméras de surveillances discrètes, mais bien visibles. La plupart des gens ne les remarquent pas alors que les autres y trouvent un constant rappel à la civilité responsable.

Liberté et autonomie

L'homme autonome est une fiction invoquée pour expliquer ce que l'on ignore. L'homme lui-même est certes contrôlé par son environnement, mais cet environnement, il l'a presque entièrement construit de ses propres mains. L'environnement physique de la plupart des gens est pour une grande part de fabrication humaine. [1] Et puisque notre comportement est déterminé par l'environnement, c'est en l'aménageant que nous exerçons notre liberté ; autrement nous laisserions au hasard le loisir de déterminer nos comportements et les sentiments qui en découlent.

Sources

[1] B. F. Skinner, Par delà la liberté et la dignité, Robert Laffont © 1972, p. 249.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?