HAUTE SCOLASTIQUE 

Duns Scot (John)

12651308

Théologien écossais

Opposant d'Averroès et de Thomas d'Aquin

 Augustinisme

 École franciscaine moderne

* ECCÉITÉ *

 La théologie amène un Dieu concret.

 Ce qui est bon l'est en cela que Dieu le veut.

L'objet de la métaphysique n'est pas Dieu, mais l'être. L'eccéité [1] est l'essence propre et distinctive d'un individu. C'est la troisième et dernière réalité de l'étant ; la première étant le genre (l'être vivant) et la seconde l'espèce (l'homme).

Dieu est le premier étant ; il est l'être primordial ; il existe par définition. La métaphysique mène à un concept abstrait de Dieu alors que la théologie débouche sur un concept concret. La connaissance de Dieu montre l'univocité de l'étant à toute créature. La volonté de Dieu procède d'une bonté, d'une nécessité immuable, mais ce qui est hors de lui, il le veut libre.

Ce qui arrive peut ne pas arriver. La liberté en décide par la volonté. L'acte de vouloir a pour cause effective la volonté et l'objet connu. Cependant, la volonté se meut elle-même ; elle est sa propre cause.

Sources

[1] eccéité (ou haeccéité) : Singularité. (Du latin scolastique ecceitas, ou haecceitas (haec : celle-ci) de ecce : voici.)
Ce qui fait qu'une chose est celle-ci et non une autre ; principe qui fait qu'une essence est rendue individuelle. Propriété qu'a l'individu d'exister en tant que distinct de tout autre et qui peut être distinguée comme l'espèce ou le genre chez Aristote.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?