RENAISSANCE 

Francis Bacon

1620-1623

Texte fondateur

 

Fonder les sciences

SOMMAIRE

Dominer la nature

Rompre avec le passé

Quatre idoles entravent la connaissance objective

1. Idoles de la race (nature humaine)

2. Idoles de la caverne (l'individu et son expérience)

3. Idoles de la place publique (langage, mots)

4. Idoles du théâtre (théories, dogmes)

Renoncer aux idoles

Recherche et expérimentation

Humble science

Méthode expérimentale

1. Observer positivement

2. Observer négativement

3. Évaluer comparativement

L'induction vraie

Exemple décisif des deux horloges

Nécessité de la logique inductive

Dominer la nature [1]

1

L'homme, ministre et interprète de la nature, n'étend ses actions et ses connaissances qu'à mesure de ses observations, par les choses ou par l'esprit, sur l'ordre de la nature ; il ne sait ni ne peut rien de plus.

2

Ni la main nue ni l'entendement laissé à lui-même n'ont beaucoup de force ; l'exécution demande des instruments et des aides dont l'entendement n'a pas moins besoin que la main. Et de même que les instruments de la main entraînent ou gouvernent son mouvement, de même les instruments de l'esprit incitent ou gardent l'entendement.

3

Science et puissance humaines aboutissent au même, car l'ignorance de la cause prive de l'effet. On ne triomphe de la nature qu'en lui obéissant ; et ce qui dans la spéculation vaut comme cause, vaut comme règle dans l'opération.

Rompre avec le passé [2]

6

Il serait insensé, et contradictoire, de penser que ce qui n'a jamais été fait jusqu'à présent, puisse l'être autrement que par des moyens qui n'ont encore jamais été essayés.

8

[...] toutes les oeuvres inventées à ce jour doivent plus au hasard et à la simple expérience qu'aux sciences : car les sciences qui sont les nôtres aujourd'hui ne sont rien d'autre que certaines combinaisons de découvertes antérieures, et non des moyens d'invention ou des indications pour de nouvelles oeuvres.

12

La logique en usage est plus propre à affermir et à fixer les erreurs (qui ont leur fondement dans les notions communes), qu'à soutenir la recherche de la vérité ; elle est ainsi plus nuisible qu'utile.

14

Le syllogisme est composé de propositions, les propositions sont composées de mots ; les mots sont les tessères des notions. C'est pourquoi, si les notions elles-mêmes (qui sont la base de l'édifice) sont confuses et sont abstraites des choses de manière hasardeuse, on ne trouve rien de ferme dans ce qui est construit sur elles. C'est pourquoi il n'y a d'espoir que dans l'induction vraie. [3]

15

Rien de sensé dans les notions reçues en logique ou en physique : ni la substance, ni la qualité, ni l'agir, ni le pâtir, ni l'être même ne sont de bonnes notions ; encore moins, le lourd, le léger, le dense, le ténu, l'humide, le sec, la génération, la corruption, l'attraction, la répulsion, l'élément, la matière, la forme, et autres notions de cette sorte, qui toutes sont imaginées et mal déterminées.

16

Les notions des espèces dernières, l'homme, le chien, la colombe, et celles des perceptions immédiates des sens, le chaud, le froid, le blanc, le noir sont peu trompeuses ; elles sont cependant, elles-mêmes, parfois rendues confuses, par le flux de la matière et par le mélange des choses ; toutes les autres (dont on a fait usage jusqu'à ce jour) sont extravagantes et n'ont pas été abstraites ni dégagées par les moyens requis.

33

Il faut le dire ouvertement : on ne peut juger justement de la voie que nous proposons ni de ce qu'on invente en la suivant, par le moyen des anticipations (procédé aujourd'hui en usage). Il ne faut pas en effet demander qu'on s'en rapporte au jugement de ce qui est soi-même mis en jugement.

36

Il ne nous reste donc qu'un seul mode de transmission ; il est simple : amener les hommes aux particuliers eux-mêmes, à leurs séries et leurs ordres ; obtenir d'eux en retour qu'ils s'imposent pour un temps de renier leurs notions et qu'ils commencent à se familiariser avec les choses mêmes.

90

En outre, dans les usages et les règlements des écoles, des académies, des collèges et des autres établissements semblables, destinés à être le siège des savants et le foyer de l'instruction, tout se révèle contraire au progrès des sciences. Car les leçons et les exercices sont si arrêtés qu'il vient difficilement à un esprit de penser et d'étudier hors du cadre coutumier. Si tel ou tel prend sur soi d'exercer sa liberté de jugement, c'est à lui seul que pourra en incomber la charge ; il ne tirera rien d'utile de la communauté des autres. Et s'il supporte cet isolement, cependant il fera l'expérience que ce zèle et cette grandeur d'âme sont des obstacles sérieux à sa fortune. Dans ces lieux, en effet, les études sont renfermées dans les écrits de certains auteurs, comme dans des prisons. Si quelqu'un vient à exprimer un jugement différent, on s'en prend à lui sur-le-champ, comme à un homme dérangé et avide de nouveautés. [...]

Quatre idoles entravent la connaissance objective [4]

39

De quatre genres sont les idoles qui assiègent l'esprit humain. Pour plus de clarté, nous leur avons donné des noms distincts : nous appellerons celles du premier genre les idoles de la race, celles du second les idoles de la caverne, celles du troisième les idoles de la place publique, et celles du quatrième genre les idoles du théâtre.

40

Quoique dégager les notions et les axiomes par l'induction vraie soit le remède propre à écarter et à éliminer les idoles, cependant les dénoncer ne laisse pas d'être d'une grande utilité. En effet, la doctrine des idoles est à l'interprétation de la nature comme la doctrine des réfutations sophistiques est à la dialectique commune.

1. Idoles de la race (nature humaine)

41

Les idoles de la race ont leur fondement dans la nature humaine elle-même, dans la race, dans la souche des hommes. C'est à tort en effet qu'on affirme que les sens humains sont la mesure des choses ; bien au contraire, toutes les perceptions, des sens comme de l'esprit, ont proportion à l'homme, non à l'univers. Et l'entendement humain ressemble à un miroir déformant qui, exposé aux rayons des choses, mêle sa propre nature à la nature des choses, qu'il fausse et brouille.

45

L'entendement humain, en vertu de son caractère propre, est porté à supposer dans les choses plus d'ordre et d'égalité qu'il n'en découvre ; et, bien qu'il y ait dans la nature beaucoup de choses sans concert et sans pareil, cependant l'entendement surajoute des parallèles, des correspondances, des relations qui n'existent pas. De là cette fiction : tous les corps célestes se meuvent selon des cercles parfaits [...]. De là, aussi, le rapport de dix à un imposé arbitrairement aux prétendus éléments, pour déterminer leur densité décroissante ; et autres songes de ce genre. [...]

46

L'entendement humain, une fois qu'il s'est plu à certaines opinions (parce qu'elles sont reçues et tenues pour vraies ou qu'elles sont agréables), entraîne tout le reste à les appuyer et à les confirmer ; si fortes et nombreuses que soient les instances contraires, il ne les prend pas en compte, les méprise, ou les écarte et les rejette par des distinctions qui conservent intacte l'autorité accordée aux premières conceptions, non sans une présomption grave et funeste. C'est pourquoi il répondit correctement celui qui, voyant suspendus dans un temple les tableaux votifs de ceux qui s'étaient acquittés de leur voeu, après avoir échappé au péril d'un naufrage, et pressé de dire si enfin il reconnaissait la puissance des dieux, demanda en retour : « Mais où sont peints ceux qui périrent après avoir prononcé un voeu ? » C'est ainsi que procède presque toute superstition, en matière d'horoscopes, de songes, de présages, de vengeances divines, etc. Les hommes, infatués de ces apparences vaines, prêtent attention aux événements, quand ils remplissent leur attente ; mais dans les cas contraires, de loin les plus fréquents, ils se détournent et passent outre. Or ce mal se glisse beaucoup plus subtilement dans les philosophies et les sciences, où ce à quoi on s'est plu une fois contamine et enrégimente tout le reste (même ce qui a bien plus de solidité et de force). En outre, même en l'absence de cet engouement et de cette vaine frivolité dont nous venons de parler, c'est une erreur constante et propre à l'entendement humain d'être mis en branle davantage par les affirmatives que par les négatives, alors que, en bonne règle, il devrait se prêter également aux deux. Tout au contraire, lorsqu'il faut établir un axiome vrai, la force de l'instance négative est plus grande.

49

L'entendement humain n'est pas une lumière sèche : en lui s'infusent la volonté et les passions ; ce qui engendre des sciences taillées sur mesure, car ce que l'homme désire être vrai, il le croit de préférence. C'est pourquoi il rejette les choses difficiles, par impatience dans la recherche ; les choses modérées, parce qu'elles contraignent ses espérances ; les profondeurs de la nature, par superstition ; la lumière de l'expérience, par orgueil et par morgue, de peur de paraître occuper l'esprit à des objets vils et changeants ; les paradoxes à cause de l'opinion du vulgaire. Bref, c'est de mille façons, parfois imperceptibles, que les passions imprègnent et imbibent l'entendement.

50

Mais le plus grand obstacle et le plus grand égarement de l'entendement humain provient de l'hébétation, de la grossièreté et des déceptions des sens. De la sorte, ce qui frappe les sens l'emporte sur ce qui, même préférable, ne les frappe pas immédiatement. De là vient que la spéculation cesse communément quand cesse la vision, au point qu'il n'y a guère d'examen, voire aucun, des choses invisibles. [...] Car par eux-mêmes les sens sont quelque chose de faible et d'égarant ; et les instruments employés pour les aiguiser et pour en étendre la portée ont peu d'effet. Mais toute interprétation plus vraie de la nature s'obtient à l'aide d'instances et d'expériences convenables et appropriées. Là, les sens jugent de l'expérience seule ; l'expérience, de la nature et de la chose même.

2. Idoles de la caverne (l'individu et son expérience)

42

Les idoles de la caverne sont celles de l'homme considéré individuellement. En effet (outre les aberrations de la nature humaine, prise comme genre), chacun a une sorte de caverne, d'antre individuel qui brise et corrompt la lumière de la nature, par suite de différentes causes : la nature propre et singulière de chacun ; l'éducation et le commerce avec autrui ; la lecture des livres et l'autorité de ceux qu'on honore et admire ; ou encore les différences des impressions, selon qu'elles rencontrent une disposition prévenue et déjà affectée, ou au contraire égale et paisible, et ainsi de suite. Aussi l'esprit humain, selon sa disposition en chaque homme, est manifestement une chose variable, tout à fait troublée et presque hasardeuse. D'où cette juste observation d'Héraclite que les hommes cherchent les sciences dans leurs petits mondes et non dans le grand, qui leur est commun.

53

Les idoles de la caverne ont leur origine dans la nature propre de chaque individu (âme et corps), et également dans l'éducation, l'habitude et les circonstances. Ce genre d'idoles est fort divers et varié ; mais nous ne présenterons que celles qui appellent le plus de précaution et qui parviennent le plus facilement à souiller l'entendement, l'empêchant d'être pur.

54

Les hommes s'attachent avec passion à telles sciences ou spéculations particulières, soit parce qu'ils s'en croient les auteurs et les inventeurs, soit parce qu'ils leur ont consacré beaucoup d'études ou parce qu'ils y sont le plus habitués. Or, quand des hommes de ce caractère se tournent vers la philosophie ou les spéculations universelles, ils distordent et corrompent ces dernières, à partir de leurs premières imaginations. On le voit très clairement chez Aristote, qui a totalement assujetti sa philosophie naturelle à sa logique, au point de la rendre presque inutile et contentieuse. Quant aux chimistes, à partir de quelques expériences faites dans des fours, ils ont établi une philosophie imaginée et bornée. Il n'est pas jusqu'à Gilbert qui, après s'être donné beaucoup de peine dans l'examen de l'aimant, a forgé aussitôt une philosophie en accord avec son domaine favori.

56

On trouve des esprits remplis d'admiration pour l'antiquité, d'autres d'amour et d'engouement pour la nouveauté ; mais peu sont de caractère à pouvoir conserver la mesure, de façon à ne point saper ce qui a été correctement fondé par les anciens, ni à mépriser ce qui est correctement apporté par les modernes. Tout ceci se fait au grand dam de la philosophie et des sciences, car on prend parti pour l'antiquité ou la modernité, plutôt qu'on n'en juge. Or il ne faut pas demander la vérité au bonheur d'une époque, qui est chose passagère, mais à la lumière de la nature et de l'expérience, qui est éternelle. C'est pourquoi il faut abandonner ces partis pris et veiller à ce qu'ils ne forcent pas l'entendement au consentement.

3. Idoles de la place publique (langage, mots)

43

Il y a aussi les idoles qui naissent, pour ainsi dire, du rapprochement, et de l'association des hommes entre eux ; et, à cause de ce commerce et de cet échange, nous les nommons les idoles de la place publique. Car les hommes s'associent par les discours ; mais les mots qu'ils imposent se règlent sur l'appréhension du commun. De là, ces dénominations pernicieuses et impropres, qui assiègent l'entendement humain de manière si surprenante. Et les définitions, les explications, dont les doctes usent à l'occasion pour s'en prémunir et s'en dégager, ne rétablissent nullement la situation. Mais il est manifeste que les mots font violence à l'entendement, qu'ils troublent tout et qu'ils conduisent les hommes à des controverses et à des fictions innombrables et vaines.

59

Mais les idoles de la place publique sont de toutes les plus incommodes ; elles se glissent dans l'entendement à la faveur de l'alliance des mots et des noms avec les choses. Les hommes croient en effet que leur raison commande aux mots. Mais il se fait aussi que les mots retournent et réfléchissent leur puissance contre l'entendement ; effet qui a rendu sophistiques et inactives les sciences et la philosophie. Or les mots sont le plus souvent imposés selon l'appréhension du commun et dissèquent les choses selon les lignes les plus perceptibles à l'entendement commun. Mais qu'un entendement plus pénétrant, qu'une observation plus attentive veuille déplacer ces lignes, afin qu'elles soient plus conformes à la nature, les mots s'y opposent à grand bruit. De là vient que de grandes et imposantes disputes entre les doctes dégénèrent souvent en controverses sur les mots et les noms, alors que ce serait montrer plus de réflexion que de commencer par ces controverses (selon l'usage prudent des mathématiciens) et de les ramener à l'ordre par des définitions. Cependant ces définitions, pour les choses naturelles et matérielles, ne peuvent guérir ce mal, puisque les définitions elles-mêmes sont composées de mots et que les mots engendrent les mots ; en sorte qu'il est nécessaire de revenir aux instances particulières, à leurs séries et leurs ordres, comme nous le montrerons bientôt, quand nous en serons venus au procédé et à la méthode qui permettent d'établir les notions et les axiomes.

60

Les idoles que les mots imposent à l'entendement sont de deux sortes : ou ce sont des noms de choses qui n'existent pas (de même en effet qu'il existe des choses qui, faute d'observation, sont privées de noms, de même il existe aussi des noms qui, nés d'une supposition imaginée, sont privés de choses) ; ou ce sont des noms de choses qui existent, mais des noms confus, mal déterminés, abstraits des choses à la légère ou irrégulièrement. Du premier genre sont la fortune, le premier moteur, l'orbe des planètes, l'élément du feu, et les fictions de cette sorte, qui doivent leur origine à des théories creuses et fausses. Et les idoles de ce genre sont les plus aisément chassées, car on peut en finir avec elles, en reniant et en abrogeant résolument ces théories.

Mais l'autre genre est complexe et profondément enraciné, car il est produit par une abstraction fautive et malhabile. À titre d'exemple, prenons un mot quelconque (tel le mot humide) et voyons comment s'accordent les diverses choses qui sont signifiées par l'intermédiaire de ce mot. Nous découvrirons que ce mot humide n'est rien d'autre que la marque confuse de diverses actions qui n'admettent rien de fixe ni de commun. Il signifie en effet : ce qui se répand facilement autour d'un autre corps ; ce qui est en soi indéterminable et ne peut avoir de consistance ; ce qui cède facilement de partout ; ce qui se divise et se disperse facilement ; ce qui facilement s'unit et s'assemble ; ce qui facilement s'écoule et est mis en mouvement ; ce qui facilement s'attache à un autre corps et le mouille ; ce qui facilement se réduit à l'état liquide, se liquéfie, étant auparavant à l'état solide. C'est pourquoi, lorsqu'on en vient à appliquer ce nom et à le prédiquer, on dira en un sens que la flamme est humide, en un autre sens que l'air n'est pas humide, qu'une fine poussière est humide ou encore que le verre est humide. En sorte qu'il est aisé de voir qu'on s'est contenté d'abstraire cette notion à partir de l'eau et des liquides communs et ordinaires, sans réflexion et sans les vérifications nécessaires.

Les mots présentent cependant des degrés dans la difformité et l'erreur. Le genre le moins vicieux est celui des noms de substance, surtout ceux des espèces qui sont dernières et bien dégagées (car la notion de craie, de boue, est bonne, celle de terre est mauvaise). Pire est le genre des actions telles qu'engendrer, corrompre, altérer. Mais le genre le plus vicieux est celui des qualités (les objets immédiats des sens exceptés) telles que lourd, léger, ténu, dense, etc. Et, cependant, dans tous ces cas, il ne laisse pas d'arriver que certaines notions soient un peu meilleures que d'autres, en proportion de l'abondance des choses qui tombent sous les sens de l'homme.

4. Idoles du théâtre (théories, dogmes)

44

Il y a enfin des idoles qui, propagées par les systèmes des philosophies et aussi par les règles défectueuses des démonstrations, sont venues s'implanter dans l'esprit des hommes. Nous les appelons les idoles du théâtre. Car autant de philosophies reçues ou inventées, autant, à nos yeux, de fables mises en scène et jouées, qui ont créé des mondes fictifs et théâtraux. Et nous ne parlons pas seulement des fables en vogue aujourd'hui ou des philosophes et des sectes anciennes : on peut en effet en composer et en agencer bien d'autres de la même espèce, les erreurs les plus diverses ne manquant pas d'avoir des causes presque communes. Et ce que nous disons, il faut le comprendre non seulement des philosophies prises en leur entier, mais aussi d'un grand nombre de principes et d'axiomes, appartenant aux sciences, qui tirent leur force de la tradition, de la croyance et de la négligence. Mais de ces différents genres d'idoles, il faut parler plus amplement et plus distinctement, afin d'en prémunir l'entendement humain.

62

Les idoles du théâtre, ou des théories, sont nombreuses ; elles peuvent être beaucoup plus nombreuses, et le deviendront peut-être un jour. Si, en effet, pendant tant de siècles, l'esprit des hommes n'avait été occupé de religion et de théologie, si d'autre part les gouvernements civils (surtout les monarchies) n'avaient eu de la répugnance pour les nouveautés de cette espèce, même dans le domaine spéculatif, en sorte qu'on s'y applique au risque et au péril de sa fortune, et qu'au lieu d'obtenir des récompenses, on s'expose au mépris et à l'envie ; s'il n'en avait été ainsi, nul doute qu'auraient surgi bien d'autres sectes philosophiques et doctrinales semblables à celles qui, en grande variété, fleurirent autrefois chez les Grecs. De même, en effet, que sur les phénomènes de l'éther on peut forger de nombreux systèmes du ciel, de même, et davantage, peut-on sur les phénomènes de la philosophie fonder et élaborer une grande variété de conceptions. Et les fables de cette sorte de théâtre ont ceci de commun avec ce qui est en usage dans le théâtre des poètes, que les récits imaginés pour la scène sont plus harmonieux, plus raffinés et plus conformes à ce qu'on voudrait qu'ils soient, que les récits véridiques tirés de l'histoire.

En général, quand il s'agit de donner à la philosophie son matériau, on tire beaucoup de peu ou peu de beaucoup, en sorte que, des deux côtés, la philosophie repose sur une base d'expérience et d'histoire naturelle trop étroite, et décide sur l'autorité de trop peu de données. En effet, il est un premier genre de philosophes, le genre rationnel, qui glanent de l'expérience des observations variées et communes, sans les avoir établies avec certitude ni examinées ou pesées avec soin ; et tout le reste, ils le font reposer, dans la méditation et l'agitation de l'esprit.

Il y a aussi un autre genre de philosophes qui, s'étant appliqués avec attention et précision à un petit nombre d'expériences, se sont enhardis jusqu'à former et façonner des philosophies ; et tout le reste, de façon singulière, ils le ramènent de force à ces expériences.

Il y a encore un troisième genre : ceux qui mêlent à la philosophie la théologie et les traditions, au nom de la foi et de la vénération ; il en est même qui, égarés par une vaine frivolité, ont voulu chercher l'origine des sciences dans les esprits et les génies. Ainsi, la souche des erreurs et la fausse philosophie se divisent en trois genres : sophistique, empirique, superstitieux.

Renoncer aux idoles

68

En voilà assez sur les différentes sortes d'idoles et sur leur appareil. Il faut toutes les renier, y renoncer, avec une résolution ferme et solennelle ; il faut en libérer et en purifier l'entendement définitivement. C'est pourquoi l'accès au royaume de l'homme, qui est fondé sur les sciences, est presque semblable à l'accès au royaume des cieux, auquel nul ne peut entrer, si ce n'est en la personne d'un petit enfant [Matthieu, 18:2].

Recherche et expérimentation [5]

70

Mais la meilleure démonstration est de loin l'expérience, pourvu qu'elle tienne ferme à cela même qui est expérimenté. Car, si elle est étendue à d'autres cas qui sont jugés semblables sans que cette extension soit faite de manière réglée et ordonnée, elle est alors fallacieuse. [...]

98

Quant à l'expérience (puisqu'il faut entièrement y revenir), elle a jusqu'à présent manqué de fondements ou n'en a connu que de très fragiles. On n'a pas recherché ni rassemblé une vaste matière ou une forêt de particuliers qui, par sa quantité, son genre ou sa certitude, soit propre à informer l'entendement, ou qui suffise de quelque façon. Tout au contraire (avec une réelle nonchalance et négligence), les savants se sont bornés, pour établir ou confirmer leur philosophie, à recueillir des rumeurs, des on-dit et des échos d'expérience, auxquels ils ont pourtant attribué le poids d'un témoignage légitime. Tel serait un royaume ou un État qui gouvernerait ses conseils et ses affaires, non d'après les lettres et les rapports envoyés par des légats et des messagers dignes de foi, mais d'après les racontars des rues et des carrefours ; telle est exactement l'administration qui a été introduite en philosophie, relativement à l'expérience. On ne trouve rien dans l'histoire naturelle qui ait été recherché, vérifié, nombre, pesé, mesuré, par les moyens requis : or tout ce qui est indéfini et vague dans l'observation, devient trompeur et traître dans l'information. [...]

99

[...] l'espoir d'un progrès ultérieur des sciences sera bien fondé, quand dans l'histoire naturelle on recueillera et amassera une foule d'expériences qui par elles-mêmes ne sont d'aucun usage, mais qui prêtent à la seule invention des causes et des axiomes. Expériences, que nous appelons lumineuses, pour les distinguer des fructueuses. Les premières ont en elles une vertu et une propriété remarquable : ne jamais tromper ni décevoir. En effet, comme leur emploi ne vise pas à produire une oeuvre, mais à dévoiler en quelque chose une cause naturelle, peu importe le résultat ; elles répondent également au but recherché, en mettant un terme à la question.

100

Il ne s'agit pas seulement de porter ses recherches et ses soins à des expériences plus nombreuses et d'un autre genre que les expériences pratiquées jusqu'ici, il faut aussi introduire un lien méthodique, un ordre et un progrès tout différent, dans l'enchaînement et l'avancement de l'expérience. Car une expérience vague et s'abandonnant à elle-même (comme on l'a dit plus haut) est un simple tâtonnement et paralyse les hommes plus qu'elle ne les informe. Mais quand l'expérience progressera selon une loi sûre avec suite et sans interruption, on pourra espérer mieux des sciences.

101

[...] il ne suffit d'aucune manière de s'en remettre alors à l'entendement, pour qu'il agisse sur cette matière de soi-même et de mémoire ; autant vaudrait espérer retenir et maîtriser, de mémoire, le calcul d'une éphéméride. Et, pourtant, jusqu'à présent on a accordé dans l'invention un rôle beaucoup plus important à la réflexion qu'à l'écriture. Et l'expérience n'a pas encore appris ses lettres. Or aucune invention ne doit être acceptée, à moins qu'elle n'ait été mise par écrit. [...]

103

[...] Certes, nous ne nions pas que, lorsque toutes les expériences de tous les arts auront été recueillies et classées et qu'elles s'offriront à la connaissance et au jugement d'un seul homme, la simple transposition des expériences d'un seul art dans les autres arts ne puisse susciter de nombreuses inventions nouvelles, utiles à la vie et à la condition humaines, grâce à cette expérience que nous appelons lettrée. Toutefois, il ne faut pas trop espérer de cette dernière ; mais il faut espérer bien davantage de la lumière nouvelle des axiomes, lorsqu'ils sont extraits des particuliers par une voie et une règle sûre ; axiomes capables à leur tour d'indiquer et de désigner de nouveaux particuliers. Car la voie à suivre ne se tient pas dans un même plan ; elle monte et elle descend. Elle monte d'abord aux axiomes et descend ensuite aux oeuvres.

Humble science [6]

120

Venons ensuite à la bassesse et à la vulgarité des choses, pour lesquelles (comme dit Pline) il faut commencer par s'excuser. Ces choses doivent n'être pas moins reçues dans l'histoire naturelle que celles qui sont les plus distinguées et les plus précieuses. L'histoire naturelle ne s'en trouve pas souillée ; car le soleil pénètre les cloaques, comme les palais, sans jamais se souiller. Pour nous, nous ne fondons ni n'élevons à l'orgueil des hommes un Capitole ou une Pyramide, mais nous jetons dans l'entendement humain les bases d'un temple saint, d'après le modèle du monde. Et ce modèle, nous le suivons. Car tout ce qui est digne d'être est digne aussi de la science, qui est l'image de l'être. Et les choses viles existent autant que les choses distinguées. Bien plus, de même que de certaines substances putrides, comme le musc et la civette, se dégagent parfois des odeurs exquises, de même d'instances viles et repoussantes jaillit parfois une lumière et une information précieuse. [...]

121

[...]

Enfin, à ce mépris, dans l'histoire naturelle, pour les choses communes, viles ou trop subtiles et inutiles à leur commencement, qu'on oppose en guise de sentence cette parole d'une humble femme à un prince tout enflé de lui-même, qui avait rejeté sa supplique, comme une chose indigne et en dessous de Sa Majesté : cesse donc d'être roi. Car il est très certain que l'empire sur la nature ne peut se gagner ni s'exercer, si on refuse de s'adonner à ces choses, en les estimant trop minces et trop misérables.

122

N'est-il pas étonnant et choquant, dira-t-on encore, que nous écartions d'un seul coup et d'un seul geste toutes les sciences et tous les auteurs, sans chercher aide et secours auprès d'aucun des anciens, mais en nous confiant à nos propres forces?

[...] l'invention des choses doit se prendre de la lumière de la nature, et non se reprendre des ténèbres de l'antiquité.

[...]

Parle-t-on de notre présomption ? Certes, si quelqu'un prétend par la fermeté de sa main et la sûreté de son oeil pouvoir tracer une ligne plus droite, un cercle plus parfait que quiconque, il incite à la comparaison des aptitudes ; mais celui qui affirme être capable, en appliquant une règle ou en tournant un compas, de tracer une ligne plus droite ou un cercle plus parfait que quiconque, par la seule force de son oeil ou de sa main, certainement, celui-ci ne se sera nullement vanté. Et ce que nous disons ici ne vaut pas seulement pour ce premier effort que nous engageons, mais concerne aussi tous ceux qui poursuivront l'entreprise. Car notre méthode d'invention des sciences tend à égaliser les talents et laisse peu à leur excellence propre : elle accomplit tout par les règles et les démonstrations les plus sûres. C'est pourquoi, comme nous l'avons souvent dit, notre oeuvre tient davantage de la bonne fortune que du talent ; elle est plus le fruit du temps que du génie. Car il n'y a assurément pas moins de hasard dans les pensées des hommes, que dans leurs oeuvres et dans leurs actions.

Méthode expérimentale [7]

1. Observer positivement

10

Le but de la connaissance étant ainsi posé, passons aux préceptes, en suivant l'ordre le moins détourné et le moins irrégulier. Les directives pour l'interprétation de la nature se répartissent en deux genres : le premier qui traite de l'extraction et du dégagement des axiomes à partir de l'expérience ; le second de la déduction et de la dérivation de nouvelles expériences à partir des axiomes. Et le premier se divise à son tour en trois parties, c'est-à-dire en trois sortes d'assistances : l'assistance aux sens, l'assistance à la mémoire, l'assistance à l'esprit ou à la raison.

Il faut en effet d'abord préparer une histoire naturelle et expérimentale qui soit suffisante et de qualité. C'est le fondement de tout, car il ne faut ni imaginer ni supposer, mais inventer ce que la nature fait et admet.

Mais l'histoire naturelle et expérimentale est si variée et si disséminée qu'elle confondrait et disperserait l'esprit, si elle n'était présentée et offerte dans un ordre convenable. C'est pourquoi il faut constituer des tables et des arrangements d'instances, selon un mode et une disposition telle que l'entendement puisse s'y appliquer.

Mais malgré de tels secours l'esprit laissé à lui-même et à ses propres mouvements se montre incompétent et inapte à forger des axiomes, s'il n'est pas gouverné et renforcé. C'est pourquoi, en troisième lieu, il faut recourir à l'induction légitime et vraie qui est la clé de l'interprétation. Nous commencerons par cette dernière partie et reviendrons ensuite aux premières.

11

La recherche des formes procède de la façon suivante : une nature étant donnée, il faut d'abord faire comparaître devant l'entendement toutes les instances connues qui concourent dans cette même nature, quoiqu'en des matières fort dissemblables. Il faut faire ce recueil en historien, sans spéculation prématurée ni subtilité excessive. Prenons pour exemple l'étude de la forme du chaud.

Instances qui concourent dans la nature du chaud

1. Les rayons du soleil, surtout l'été et à midi.

2. Les rayons du soleil, réfléchis et concentrés ; par exemple, entre les montagnes, sur les murs et surtout dans les verres ardents.

3. Les météores ignés.

4. Les foudres brûlantes.

5. Les éruptions de flammes qui viennent des cavités des montagnes, etc.

6. Toute flamme.

[...]

28. Autres instances.

Cette table, nous l'appelons table de l'être et de la présence.

2. Observer négativement

12

En second lieu, il faut faire comparaître devant l'entendement les instances qui sont privées de la nature donnée ; en effet, comme nous l'avons dit, la forme doit être aussi bien absente, quand la nature donnée est absente, que présente, quand celle-ci est présente. Mais citer toutes ces instances serait une entreprise infinie.

C'est pourquoi il faut joindre et soumettre les négatives aux affirmatives, et examiner les privations dans les sujets seulement qui s'apparentent le plus à ceux dans lesquels se trouve et comparaît la nature donnée. Cette table, nous l'appelons table de déclinaison ou table d'absence dans la proximité.

3. Évaluer comparativement

13

En troisième lieu, il faut faire comparaître devant l'entendement les instances où la nature sur laquelle porte la recherche se trouve à un degré plus ou moins grand, soit que l'on compare son accroissement et son décroissement dans un même sujet, soit que la comparaison porte sur différents sujets, les uns par rapport aux autres. En effet, comme la forme de la chose est la chose dans son être même, qu'il n'y a pas d'autre différence entre la chose et la forme que celle entre l'apparent et l'existant, ou l'extérieur et l'intérieur, ou la chose relativement à l'homme et la chose relativement à l'univers, il suit nécessairement qu'on ne recevra pas une nature comme étant la forme vraie, si elle ne décroît pas toujours quand la nature en question décroît, et semblablement, si elle n'augmente pas toujours quand la nature en question augmente. C'est pourquoi nous appelons ordinairement cette table table des degrés ou table de comparaison.

Table des degrés ou de comparaison dans le chaud

Ainsi, nous parlerons d'abord des corps qui n'ont aucun degré de chaleur sensible au toucher, mais qui semblent avoir tout au plus une certaine chaleur potentielle, une disposition, une aptitude au chaud. Ce n'est qu'ensuite que nous passerons aux corps qui sont chauds en acte ou au toucher, et que nous considérerons leurs intensités et leurs degrés.

1. [...]

2. [...]

3. [...]

[...]

40. Plus petite est la masse du corps, plus rapidement elle est échauffée à l'approche d'un corps chaud ; ce qui démontre que toute chaleur que nous pouvons connaître est d'une certaine façon contraire à la matière tangible.

41. Le chaud est, par rapport au sens et au toucher humain, une chose variée et relative ; ainsi, une eau tiède apparaît chaude à une main saisie de froid, et froide, si la main est devenue chaude.

14

Que nous soyons bien pauvres en histoire, chacun le remarquera aisément en considérant les tables qui précèdent : non seulement, au lieu d'une histoire prouvée et d'instances certaines, il nous arrive d'introduire des ouï-dire et des relations (en y ajoutant toujours cependant un avertissement sur leur crédibilité et leur autorité), mais souvent aussi nous ne pouvons éviter d'employer les formules : il faudrait faire l'expérience... il faudrait procéder à un examen plus poussé...

L'induction vraie [8]

15

L'oeuvre et la fonction de ces trois tables, nous les nommons comparution des instances devant l'entendement. Une fois la comparution faite, il faut mettre en oeuvre l'induction elle-même. Il faut inventer, en effet, en s'appuyant sur la comparution de toutes les instances et de chacune en particulier, une nature qui, avec la nature donnée, soit toujours présente, toujours absente, toujours croissante et décroissante, et qui soit (comme il a été dit plus haut) la limitation d'une nature plus commune. Si l'esprit tente d'y parvenir d'emblée, par la voie affirmative (ce qu'il ne manque jamais de faire, quand il est laissé à lui-même), alors accourent les phantasmes de l'imagination, les vérités d'opinion, les notions mal déterminées et les axiomes qu'il faut corriger à tout instant ; à moins qu'on ne prenne plaisir, comme on le fait dans les écoles, à soutenir le faux. Certes, le résultat sera meilleur ou pire, selon la puissance et la force de l'entendement qui est à l'oeuvre. Mais il n'appartient absolument qu'à Dieu (maître et artisan des formes), et peut-être aux anges et aux intelligences supérieures, de connaître les formes immédiatement, par la voie affirmative, dès la première contemplation. Chose qui excède assurément le pouvoir de l'homme à qui il est donné de n'avancer d'abord que par les négatives, et de n'atteindre qu'en dernier lieu les affirmatives, après épuisement de l'exclusion.

16

Ainsi, il faut procéder à la solution et à la séparation de la nature, non par le feu assurément, mais par l'esprit, qui est comme un feu divin. C'est pourquoi le premier travail de l'induction vraie (relativement à l'invention des formes) est le rejet ou l'exclusion de chacune des natures qui ne se trouvent pas dans une instance où la nature donnée est présente, ou qui se trouvent dans une instance où la nature donnée est absente ; ou qui se trouvent croître dans une instance où la nature donnée décroît, ou décroître dans une instance où la nature donnée croît. Alors seulement, en second lieu, après que ce rejet et cette exclusion ont été dûment accomplis, toutes les opinions volatiles s'en allant en fumée, demeurera au fond la forme affirmative, solide, vraie et bien déterminée. Il est vrai qu'il faut peu de mots pour le dire, mais beaucoup de détours pour y parvenir. Pour notre part, peut-être réussirons-nous à ne rien omettre de ce qui y conduit.

Exemple décisif des deux horloges [9]

36

Au nombre des instances prérogatives, nous placerons au quatorzième rang les Instances de la Croix, en empruntant le mot aux croix qui, dressées aux bifurcations, indiquent et signalent la séparation des chemins. Nous les appelons aussi instances de décision ou de jugement, et dans quelques cas instances de l'oracle ou du mandat. Voici en quoi elles consistent. Lorsque dans l'étude d'une nature, l'entendement est placé dans un état d'équilibre, ne sachant à laquelle de deux natures (ou parfois d'un plus grand nombre) doit être attribuée ou assignée la cause de la nature étudiée, en raison du concours répété et ordinaire de nombreuses natures, les instances de la croix montrent que le lien de l'une de ces natures (avec la nature étudiée) est étroit et indissoluble, et celui de l'autre variable et susceptible d'être rompu ; ce qui met un terme à la question, la première nature étant alors retenue comme cause, l'autre étant écartée et répudiée. [...]

[...]

[...] supposons que la nature étudiée soit le poids ou la gravité. Sur cette nature deux voies se présentent. Il est nécessaire ou bien que les corps graves et pesants tendent par nature vers le centre de la Terre en raison de leur schématisme propre, ou bien qu'ils soient attirés, entraînés par la masse corporelle de la terre elle-même, comme par la congrégation des corps de même nature, et qu'ils soient dans ce cas portés vers elle par concordance. La seconde hypothèse entraîne les conséquences suivantes : plus les graves s'approchent de la terre, plus fort et rapide est l'élan avec lequel ils se portent vers elle ; plus ils en sont éloignés et plus faible et lent est cet élan (comme dans les attractions magnétiques) ; et cet effet se produit dans des limites déterminées, en sorte que si les corps étaient éloignés de la terre, à une telle distance que la vertu de la terre ne puisse plus agir sur eux, ils demeureraient suspendus, comme la terre elle-même et cesseraient tout à fait de tomber.

Voici donc l'instance de la croix [l'exemple décisif] qui pourra être proposée sur ce sujet. Prenez une horloge mue par des poids de plomb et une autre mue par la compression d'une lame de fer ; veillez à les régler exactement, pour que l'une n'aille pas plus rapidement ou plus lentement que l'autre ; placez ensuite l'horloge qui se meut par des poids au faîte de quelque édifice très élevé, en laissant l'autre en bas ; et observez soigneusement si l'horloge placée en haut ne marche pas plus lentement que d'habitude, en raison de la vertu diminuée des poids. Faites la même expérience au fond d'une mine, enfouie profondément sous terre, et observez si la même horloge ne marche pas plus vite que d'habitude, en raison de la vertu augmentée des poids. Et si l'on trouve que la vertu des poids diminue dans les hauteurs et s'aggrave sous terre, on retiendra pour cause du poids l'attraction due à la masse corporelle de la terre.

Nécessité de la logique inductive [10]

Dans la logique vulgaire, tout le travail a pour objet le syllogisme. Quant à l'induction, à peine les dialecticiens paraissent-ils y avoir pensé sérieusement ; ils ne font que toucher ce sujet en passant, se hâtant d'arriver aux formules qui servent dans la dispute. Pour nous, nous rejetons toute démonstration qui procède par voie de syllogisme, parce qu'elle ne produit que confusion et fait que la nature nous échappe des mains. Nous faisons partout usage de l'induction, tant pour les mineures que pour les majeures, et nous pensons que c'est l'induction qui est vraiment cette forme qui garantit les sens de toute erreur, qui suit de près la nature, qui est voisine de la pratique et qui va presque s'y mêler.

Ainsi l'ordre de la démonstration est aussi tout à fait opposé à la marche ordinaire ; car jusqu'ici on s'y est pris de telle manière que des sensations et des faits particuliers on saute tout d'un coup aux principes les plus généraux, comme à des pôles fixes autour desquels puissent rouler des disputes, et que de ces principes-là on déduit tous les autres à l'aide des propositions moyennes, méthode sans contredit très expéditive, mais précipitée, incapable de nous conduire dans les voies de la nature, et tout à fait favorable et appropriée aux disputes, au lieu que, selon nous, il faut faire germer les axiomes insensiblement par une marche tellement graduée qu'on n'arrive qu'en dernier lieu aux principes généraux. Or ces principes très généraux ne seront point des généralités purement idéales, mais des principes bien déterminés, tels en un mot que la nature les avouera pour les siens et qu'ils sympathiseront avec les choses mêmes.

Quant à la forme même de l'induction et au jugement qu'elle doit diriger, c'est là surtout que nous devons faire les plus grands changements ; car cette induction dont parlent les dialecticiens, et qui procède par voie de simple énumération, est quelque chose de puéril ; elle ne conclut que précairement ; elle est exposée à être renversée par le premier exemple contradictoire qui peut se présenter ; elle n'envisage que les choses les plus familières ; enfin elle est sans issue.

Mais dans les vraies sciences, nous avons besoin d'une induction qui soit capable d'analyser l'expérience, de la décomposer, et qui conclue nécessairement à l'aide des conclusions et des éliminations convenables. Que si ce jugement banal des dialecticiens a exigé tant de travaux et exercé de si grands génies, que sera-ce donc de cet autre jugement qui ne se tire pas simplement du fond de l'esprit humain, mais des entrailles même de la nature ?

[1] Bacon, Novum Organum, PUF © 2001, (Livre I - Aphorismes), pp. 101.

[2] Ibid, pp. 102-104, 109, 152, 153.

[3] [Toute déduction provient du syllogisme ou de l'induction. Le syllogisme est un raisonnement formel, c'est-à-dire qui part d'une loi formelle sans rapport avec le réel. (Ex. : Tous les bipèdes ont deux jambes ; or mon voisin est un bipède ; donc, il a deux jambes.) L'induction prosée par Bacon est un raisonnement à partir des effets observés sur un grand nombre de cas particuliers, pour établir la cause et déduire l'énoncé général des lois qui régissent le phénomène.]

[4] Ibid, pp. 110-122, 129.

[5] Ibid, pp. 130, 158-161.

[6] Ibid, pp. 173, 175-176.

[7] Ibid, (Livre II - Aphorismes), pp. 194-198, 207, 208, 215, 216.

[8] Ibid, pp. 216, 217.

[9] Ibid, pp. 255, 260, 261.

[10] Francis Bacon, Instauratio magna (Préface, divis. de l'ouvrage en 6 parties ; cf. Collect., Hatier, p. 22.)
Extrait de F.-J. Thonnard, Extraits des grands philosophes, Desclée & Cie © 1963, pp. 402, 403.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?