Bonté de Dieu!?

 Cogitations 

 

François Brooks

2017-04-14

Essais personnels

 

Bonté de Dieu ! ?

SOMMAIRE

Projet démoniaque

Colère de l'homme

Jésus, bouc émissaire et Dieu repentant

Châtier Dieu

Parricide et supplice du cuellus

Après la mort de Dieu

Projet démoniaque

La Création est un crime contre l'humanité.

F. B.

Quel Dieu « bon » aurait pu penser à créer un monde tel qu'une planète où toute vie est programmée pour se multiplier à l'infini et dont l'expansion consiste à ce que ces vies s'entre-dévorent pour se préserver et échapper à la mort ? De plus, que toute vie animale soit dotée d'un système nerveux qui inflige une souffrance insupportable dès qu'elle est mise en péril. Et pour comble, que l'humanité entière soit consciente chaque jour d'une existence éphémère et soit dotée d'un désir de survivre éternellement. Vraiment, il faut une vie entière de prière à s'autohypnotiser sur la bonté de Dieu pour ne pas comprendre que la vie est le projet le plus démoniaque qui soit. Quel père « bon » offrirait à son fils vie, fortune et gloire pour lui enlever subrepticement au fil des jours tout ce qu'il lui a offert ? La métaphore d'un Dieu paternel n'est-elle pas ignoble ? Faut-il chercher ailleurs la source de toute haine humaine ? Si c'était pour tout retirer, Dieu n'avait qu'à rien donner ; où est sa générosité ?

Quand l'homme louange Dieu, c'est l'homme qui est bon. Nous viendrait-il à l'idée de chanter les louanges d'un bourreau qui nous maintient en vie que pour allonger le supplice ?

On comprend alors les sages bouddhistes qui ne peuvent concevoir le principe d'un Dieu créateur, et engagent leurs vies à se tenir assis tranquilles en essayant d'éprouver pour l'humanité et le genre animal toute la compassion possible.

Pourquoi faudrait-il louanger Dieu alors que la vie ne se conclut jamais par une fin heureuse ? Bien sûr, elle comporte quelques moments délicieux, mais toujours voués à disparaître, et si elle se prolonge, ce n'est jamais que pour éterniser la dégradation fatale. Lorsque le Christ ressuscite Lazare, a-t-il conscience qu'il l'oblige à vivre deux fois les affres de la mort ?

Colère de l'homme

Devant l'injustice terrible que l'individu subit de souffrir et mourir dans une vie qu'il n'a ni causée ni voulue, n'est-il pas juste qu'il éprouve une colère incommensurable ? Il cherchera donc vengeance. Le leader canalise cette colère en syndiquant le groupe et en désignant le bouc émissaire, la victime à sacrifier : un peuple ennemi, un étranger, tout Autre. Le chef est donc coupable puisqu'il autorise la colère, la justifie, l'affranchit ; il l'oriente et la sanctifie au nom du groupe. Aucune collectivité ne saurait tolérer que ses propres éléments se retournent contre elle-même ; la colère ontologique doit être dirigée vers l'extérieur ou sur un bouc émissaire, c'est le prix de la concorde.

Jésus, bouc émissaire et Dieu repentant

Sous cet angle, le christianisme prend tout son sens. Jésus est le bouc émissaire volontaire, le leader et le Dieu repentant pour l'humanité entière qu'Il a créée, puisqu'il déclare être Dieu. Il incarne à la fois le chef : commandeur de se propre exécution à laquelle il consent volontairement ; le bouc émissaire : paratonnerre de la juste colère du peuple contre un Dieu impitoyable ; et l'homme : innocente victime d'un cycle barbare qui se termine toujours par la mort. Lorsqu'on voit le Christ en croix, il faut alors penser que Jésus est véritablement Dieu, et qu'il a mérité son châtiment. Mais sachant qu'il n'était en réalité qu'un homme banal et mortel comme n'importe quel quidam, on est ému de penser qu'il puisse aimer l'humanité au point de prendre sur lui tous les péchés de Dieu et expier à sa place. C'est Jésus — l'homme — qui est estimable, certainement pas Dieu.

On se plait à croire que Jésus s'est fait le bouc émissaire volontaire pour sauver l'humanité. Ceci lui apporterait certainement une valeur suprême, mais il se peut qu'il n'ait été qu'un homme emporté dans le tourbillon des événements de l'époque. Quoi qu'il en soit, on peut comprendre pourquoi il symbolise le type d'amour le plus sublime. Qui donnerait sa vie pour sauver une humanité programmée pour s'entre-dévorer ? Qui déciderait volontairement de prendre sur lui tous les péchés de Dieu ? Sans doute un être plus divin que Dieu lui-même, le seul être dont l'amour est si immense qu'il parvient à aimer un Dieu démoniaque. Non pas tant l'amour de ce Dieu immonde, mais tout être vivant et innocent qui en découle et qui ne mérite certainement pas de participer au gâchis qui découle inévitablement de la Création, et qui appelle une compassion infinie.

La haine de Dieu fonde l'amour du Christ. Nous n'avons pas tant besoin de la foi en Dieu ou au Christ, mais foi en la foi de Jésus. Il est impossible d'aimer à ce point. Comment serait-ce possible ? Et pourtant c'est dans les immondices de la haine la plus profonde, la plus juste, que peut germer l'amour le plus grand. Nous est-il possible de pardonner à un Dieu aussi révoltant ? Je comprends maintenant pourquoi on dit qu'il n'y a aucun autre chemin que le Christ pour accéder à l'amour de Dieu. Si un tel type d'amour est possible, seul le Christ conçu par la chrétienté peut aimer Dieu.

Châtier Dieu

Dieu est certainement coupable de crime contre l'humanité. On comprend alors qu'il encourt la peine de mort. Comme Il a créé toute vie, et que toute vie est périssable, Il est donc coupable de chaque souffrance et chaque mort programmée. Ne mérite-t-il pas le châtiment suprême ? Comment l'éviter ? Il faut donc tuer Dieu. L'anéantir à jamais. Il faut qu'Il disparaisse ; nous ne voulons plus le servir d'aucune façon ni rien avoir affaire avec un être aussi machiavélique.

Mais avant de tirer la trappe, avant de déclencher le couperet, une hésitation nous tracasse. Serions-nous sur le point de commettre un geste irréparable qui risque de se retourner contre nous ? Nous voulons que tout bien et mal disparaisse à la source, mais nous sommes encore vivants ; il nous reste encore quelque chose à préserver ; ne sommes-nous pas programmés pour survivre ?

Parricide et supplice du cuellus

L'Antiquité romaine imposait la peine de mort au parricide. Le châtiment prévoyait une modalité particulière : le supplice du cuellus. On enfermait le condamné cagoulé dans un sac en compagnie d'un coq, un chien, un serpent et un singe. Puis, le sac lesté d'une pierre était jeté à la mer. On imagine la lutte effroyable que ce sac de vie désespérée devait livrer durant la noyade, les animaux s'entre-déchirant dans un espace d'où ils ne peuvent ni s'échapper ni sortir vivants.

L'image est si effrayante qu'elle risque d'enrayer la raison, mais attardons-nous plutôt au symbolisme d'un tel châtiment. Le parricide est celui qui tue son père ou tout autre ascendant légitime. Sans le père, qui symbolise la loi et l'ordre, l'homme est livré à ses instincts animaux les plus basiques. Le sac figure l'espace social, culturel, d'où l'humain ne peut s'échapper. Quel homme serait insensé au point de tuer son père, ou Dieu ? Qui voudrait vivre en un lieu où l'absence de lois laisserait libre cours aux instincts de survie désespérés ?

Évidemment, si l'on considère Dieu comme Créateur de toutes choses et omniscient, de nombreuses raisons nous portent à le détester. En fait, nul besoin de l'aimer ; le Dieu de la Bible recommande l'obéissance sous peine de châtiment, non pas l'amour. L'amour et le pardon constituent une proposition chrétienne pour se libérer d'une haine légitime, mais accablante. Comment pourrions-nous vivre sereinement autrement ? En canalisant l'énergie de la haine destructive vers un amour volontairement bienveillant, il nous reste quand même la liberté de choisir d'améliorer nos conditions. Après tout, la vie pourrait être considérablement plus effroyable. On n'a qu'à penser à la Terreur qui déferla en France suite à l'exécution du Roi Louis XVI.

Après la mort de Dieu

Si Dieu n'existe plus, alors tout est permis, et surtout la déferlante passionnelle qui déchire tout sur son passage. La France n'a pas aussitôt tranché la tête du roi que Robespierre l'a remplacé. Ce naïf intellectuel utopiste de trente ans pensait que la vertu allait s'imposer au bon peuple après l'exécution du tyran. Aussitôt, mille tyrans surgirent pour le remplacer. Et il fallut encore et encore trancher des têtes jusqu'à ce que la sienne tombe. La France de Robespierre — parricide — s'était alors enfermée dans un sac de coqs, chiens, serpent et singes ; elle sombra dans l'horreur et la déchéance jusqu'à ce que Napoléon reprenne les guides, et canalise les instincts autodestructeurs d'une France aveuglée par une liberté vertueuse inaccessible, vers la conquête du monde extérieur. L'alliance de l'État et de l'Église rétablirent l'ordre dans une France pour un temps glorieuse.

Encore et toujours, le principe du bouc émissaire est le seul qui garantisse la paix. L'humain a toujours soif de sang pour pacifier un besoin de vengeance qui ne pourrait s'éteindre qu'au terme de toute vie.

Bref, tuer Dieu n'est pas qu'une mince affaire. Comme le Phoenix, Il renaît toujours de ses cendres. Comment pourrait-il en être autrement ? Il semble d'ailleurs qu'Il ait prévu le processus. Si la vie n'était pas fondée sur une telle rage d'existence, même Darwin conviendrait qu'elle serait éteinte depuis longtemps. S'il est juste de détester Dieu en tant que libre créateur omniscient, nous ne pourrions pas nous en passer sans affronter une existence pire encore. La vie est impitoyable.

Philo5
                À quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit ?