100712

Quel est votre rapport signal/bruit ?

par François Brooks

À force d'en parler, le néant finit par avoir de la consistance.

(Léo Ferré, Ludwig, 1981)

En technique du son, le rapport signal/bruit représente le pourcentage de bruit contenu dans le signal sonore désirable. Depuis que la sonorisation s'est perfectionnée, le signal est puissant à volonté, clair et sans parasites. Cette donnée attire aujourd'hui moins l'attention des techniciens. Mais si le bruit de fond audio est maîtrisé, celui contenu dans les messages médiatiques, augmente sans cesse. Comme si on essayait d'entendre un fin concerto de violon enterré par un ronflement dix fois plus puissant, il nous faut désormais une vigilance accrue pour distinguer le signal du bruit.

Par exemple, il semble que l'information utile de l'Internet ne cesse de se noyer dans un bruit considérable qui s'accroisse sans cesse. On le note à la quantité de clics qu'il faut désormais faire pour trouver une information pertinente et véritablement originale. L'Internet est comme une grande salle qui permet à tout le monde de parler en même temps en permettant à chacun de se faire entendre distinctement. Mais comme ce médium est un accumulateur de données, à mesure que celles-ci augmentent, la qualité est de moins en moins significative. Chacun devient le réverbérateur des idées qu'il entend et ses raisonnements sont davantage résonnement que réflexion originale. À quand date la dernière fois que vous y avez trouvé quelque chose de véritablement inédit ?

Comme nous ne cherchons le plus souvent qu'à conforter notre savoir et nos sentiments, ce médium reste encore très utile. Mais saura-t-il encore longtemps satisfaire notre appétit pour la nouveauté ? Les moteurs de recherche n'ont cessé de se perfectionner et permettent de filtrer de mieux en mieux ce que l'on recherche. Mais ils deviennent inefficient quant il s'agit de distinguer la véritable originalité. Certains sites prétendent nous présenter du contenu inédit, mais il ne font que pousser le volume de la transgression à fond et choquer disgracieusement [1]. D'autre part, quand, un bloggeur ou un chercheur gagne en notoriété, son potentiel de singularité s'amenuise et il sombre souvent dans la redite.

Un long détour par tant de bruit donne désormais au silence que tant de sages ont suggéré le goût d'une sérénité désirable qui contraste prodigieusement avec l'ennui de celui qui jadis nous était imposé dans les réfectoires des collèges classiques au moment du repas.

[1] Je pense ici à un site comme Kaotic.com (attention, refuser les fenêtre « pop-up » pour esquiver certaines images peuvant choquer).

Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?