091224

Vie louée
La conscience que nous sommes

par François Brooks

Fascinant de réaliser ce que nous sommes vraiment. L'être que nous sommes est la construction, la somme de tous les moments qui nous ont fait devenir la conscience unique que nous croyons être. Et pourtant nous aurions pu être tellement différents, tout autre, avec la même conscience. L'émergence de la conscience commence fœtus. Peu à peu nous nous identifions à notre corps. La mémoire ajoute notre spécificité. Et pourtant, nous ne sommes rien d'autre que la suite d'événements fortuits qui nous ont construits et qui ont provoqué notre identité. Identité furtive. Et devant la mort, l'effacement ultime de ce que l'illusion d'exister nous a fait croire que nous sommes, nous sentons le vertige alors qu'elle n'est rien d'autre que ce qui se produit chaque jour dans notre vie lors de notre sommeil quotidien. La vie, l'existence est une illusion qui s'emballe elle-même ; une magie à laquelle nous croyons... Et même ce que je viens d'écrire est furtif et dérisoire...

Chaque jour j'essaie de retracer la genèse de ce qui me fait penser être celui que je suis. En faisant marcher le film à reculons, quand j'entre dans la phase qui précède le langage (le seul lieu où on habite) des  image furtives sont attachées à des moments difficiles. Seul l'ennui, le choc ou l'intense désir a provoqué des souvenirs dans le temps qui a précédé mon apprentissage du langage. Si bien que si je n'étais jamais sorti de l'utérus de ma mère, je veux dire, si j'y étais toujours (si c'était possible) je ne saurais même pas que j'existe, n'ayant jamais manqué de rien. La douleur créée l'être. Je souffre donc j'existe. La pensée est une souffrance. Elle n'existe pas dans le monde intra utérin.

Je suis le locataire d'une vie qui ne m'appartient pas et que je paie de ma souffrance. « Rien de ce que je possède ne m'appartient vraiment.[1] »

[1] « Nothing I have is thruely mine. » (Dido, Life For Rent, Sony Music © 2003.)

Philo5...
                    ... à quelle source choisissez-vous d'alimenter votre esprit?