060922

Couple homosexuel?

par François Brooks

Je ne vais pas ici me mettre à dire que l'homosexualité est à proscrire ; je n'aurais aucune base morale, éthique ou logique pour le faire. Je n'ai pas non plus l'intention de critiquer la mode sociale actuelle qui ne manque pas une occasion de chouchouter cette classe privilégiée de citoyens dont le péché d'hier relève maintenant de la fierté ethnique. De plus, bien que je sois résolument hétérosexuel, rien dans l'homosexualité discrète ne m'offense, pas plus que dans toute autre pratique sexuelle légale. Aussi, j'ai d'excellents amis homosexuels pour qui j'ai la plus grande estime. Ils apportent souvent quelque chose de bien essentiel à la société comme, entre autre, un sens artistique remarquable.

 

Cependant, la notion de couple homosexuel me pose un problème ontologique. Pourquoi couple? Pourquoi pas triade, tétrade ou « pentade »? Pourquoi les homosexuels s'encombrent-ils du comportement classique de la nature qui veut que ça prenne un couple pour se reproduire? Nous savons que leurs activités sexuelles relèvent exclusivement de la fantaisie et n'a rien à voir avec la reproduction. Pourquoi donc veulent-ils vivre à deux? Quand on connaît les inconvénients de la vie à deux et les écueils habituels des couples, (fidélité, promesses, jalousie etc.) une fois affranchi de la sexualité complémentaire, comment peut-on encore vouloir vivre ainsi? Pourquoi ne pas simplement s'en tenir aux relations amicales qui incluent les jeux sexuels à deux, trois quatre ou plus? Y aurait-il dans l'homosexualité quelque résidu hétérosexuel qui cherche à s'émanciper?

 

La société a traditionnellement réservé un traitement privilégié à la famille et aux couples en passe de se reproduire. Comme la cellule familiale est la source du renouvellement des populations, on peut le comprendre : le couple met au monde des citoyens payeurs de taxes, des soldats pour défendre la patrie, etc. Mais voila que des homosexuels se mettent à vivre en couple et réclament les mêmes privilèges sans apporter la contrepartie familiale. Peut-être cherchent-ils à mimer le comportement des couples hétéros pour profiter de ces avantages, mais comment se fait-il que nous nous laissions berner par ce mimétisme? Aurions-nous de vieux péchés d'exclusion à nous faire pardonner? L'émancipation sexuelle des homos doit-elle aller jusqu'à ébranler la notion de couple reproducteur?

 

Certains couples homosexuels poussent le mimétisme jusqu'à vouloir devenir parents. Mais comment peut-on être parents homosexuels? Comment vont se distribuer les rôles maternel et paternel? Dans le couple homosexuel, me direz-vous, ces rôles seront joués indépendamment selon les différentes occasions, comme ils le seraient dans un couple ordinaire. Mais une mère n'a-t-elle aucune valeur en tant que femme? Et réciproquement, un père n'a-t-il aucune valeur particulière en tant qu'homme? Plus encore, un enfant n'a-t-il rien à profiter d'avoir été conçu par un homme et une femme, ou d'avoir un père homme et une mère femme? Les rôles sont-ils interchangeables indifféremment?

 

Depuis la montée du féminisme, les rôles sexués ne cessent de se brouiller. À moins que ce soit le contraire, et que les zones obscures d'autrefois nous aient donné une conception erronée de la famille. Est-il possible qu'en suivant l'ordre de la nature, notre civilisation ait pu concevoir la famille et le vivre ensemble de manière erronée?

 

En fait, au temps de la colonisation du Canada, la reproduction était un impératif. Se soustraire à ce devoir aurait mis en péril la survie de la communauté. Aucun individu ne pouvait vivre pour lui-même sans payer sa dette envers ceux qui l'avaient mis au monde et assuré à grand peine sa survie. Sous cet angle, on peut comprendre que l'homosexualité fût interdite. Maintenant que la nature est dominée et que notre survie est assurée nous passons de l'ère naturelle à l'ère culturelle. Plus rien ne peut être pensé comme avant. Pourquoi donc vivre en couple homosexuel?