050414

Nietzsche n'a même pas vendu 100 livres

par François Brooks

Si un auteur est au service de ses idées – des mèmes qui l'habitent – comment peut-il savoir quand et où elles recevront l'accueil qu'il espère? Mais pourquoi veut-on que nos idées soient populaires? Pour s'évader de la solitude, je suppose... Pourtant, soyez populaire et vous verrez à quel point ceci ne vous soustraira en rien de l'isolement, bien au contraire. Vous serez en même temps si galvaudé que votre popularité ne fera qu'ajouter à la solitude à laquelle vous avez voulu échapper.

 

Mais il n'y a pourtant rien de démoralisant dans cette situation, et pour cause! Saviez-vous que Nietzsche, de son vivant, n'a même pas vendu 100 exemplaires de ses bouquins, alors qu'il s'est distribué à millions d'exemplaires depuis? Il est aujourd'hui l'un des philosophes du XIXe siècle les plus cités. Voilà un fait encourageant! En effet, tout écrivain qui cherche la notoriété sait que celle qui est posthume est la plus glorieuse. Mais quel écrivain sait s'il sera adulé ou non après sa mort? Alors chacun peut caresser cette espérance que, de toute façon, il ne connaîtra jamais, à moins de faire partie de ce petit groupe de gagnants à la loterie des idées.

 

Ã